Cameroun – Sébastien Nadot demande la libération d’Amadou Vamoulké

Avec plusieurs organisations – RSF, la FIDH, le CIRLAV et le REDHAC – Sébastien NADOT, député de Haute-Garonne et porte-parole national du MdP, dénonce la détention illégale et à des seules fins politiques au Cameroun depuis le 31 juillet 2016 d’Amadou VAMOULKE, journaliste et ancien directeur général de la Cameroon Radio Television (CRTV), qui va comparaître pour une dix-septième fois le vendredi 1er mars 2019 devant le Tribunal Criminel Spécial (TCS) de Yaoundé après un record de 16 renvois !

Neuf parlementaires français de huit groupes politiques, parmi lesquels Sébastien NADOT, ont adressé le 31 janvier une lettre publique au Président de la République et au Ministre de l’Europe et des affaires étrangères dans laquelle ils soutiennent la cause de M. Vamoulké. Dans cette lettre, les parlementaires écrivent : « Au regard de son innocence, d’une procédure judiciaire inique, de son âge avancé (69 ans) et de son état de santé préoccupant, nous vous demandons d’utiliser vos relations diplomatiques privilégiées pour assurer sa réhabilitation et sa libération au plus vite ».

Dans sa réponse datée du 11 février, le cabinet du Ministre a pris une position officielle en écrivant : « Après 15 renvois à l’issue d’audiences qui n’ont duré que quelques minutes chacune, la dernière audience, le 22 janvier, s’est terminée par un nouveau renvoi. L’accusation n’a pas apporté de preuve de la pertinence de son action. RSF a annoncé également la saisine du groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU. Nous suivrons avec la plus grande attention les conclusions du groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU ».

Auteur : Mouvement des Progressistes

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *