Culture et sport : où sont les femmes ?

sebastiennadot

À l’heure où Olympes de Gouges fait figure de favorite pour entrer au Panthéon et grossir ainsi le maigre rang des femmes (qui ne sont aujourd’hui que 2 sur 71 personnalités)*, la question de leur place dans la société française reste entière.

En matière de culture et de sport, trois niveaux de réflexion mettent en lumière l’étendue du problème et la difficile équation à résoudre pour trouver des solutions.

Récemment, la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques)* a publié les résultats de son enquête « Où sont les femmes ? » dans le secteur du spectacle vivant. Les résultats sont édifiants. On en viendrait presque à une nouvelle controverse : les femmes ont-elles une âme… d’artiste ?

Un deuxième niveau, plus local, concerne le rapport entre la visibilité des femmes dans un domaine d’excellence et l’impact que cela peut avoir en termes de représentation. La réussite sportive du basket féminin à Bourges a-t-elle une influence sur le rapport homme-femme dans la capitale berruyère ?

Enfin, une expérience personnelle relative à la construction de la place des femmes dans le cadre scolaire me semble signifiante. Commençons par celle-là.

Connaissez-vous l’Alphabet des musiciens ? Un CD très sympathique qui permet d’apprendre l’alphabet tout en s’imprégnant de musique classique. Parfait en maternelle : A pour Albinoni, B pour Bach, C pour Chabrier et ainsi de suite jusqu’à Z. Combien de femmes à écouter ? Une seule et absolument inconnue du grand public…

Jusque-là rien de grave me direz-vous. Mais que répondre à sa fille quand elle demande si les belles musiques, c’est toujours les hommes qui les font ? Il n’est évidemment pas question de mettre au banc des accusés le créateur du CD, encore moins la professeure des écoles qui l’utilise. En revanche, cette anecdote révèle que l’histoire est celle des hommes. Le passé n’est donc pas un allié de la parité homme-femme. Pire, notre héritage est l’ennemi, bien ancré dans nos représentations.

Les propos récents de Bruno Mantovani, directeur du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, puisent dans cette vision conservatrice de l’histoire quand celui-ci explique que « le métier de chef d’orchestre est compliqué » et note que « les femmes ne sont pas forcément intéressées », ajoutant qu’il « ne peut pas mettre une baïonnette derrière chaque étudiante du conservatoire qui aurait des capacités de direction pour la forcer à faire ce métier-là ». Sans commentaire.

Abandonnons pour un temps la petite musique de l’histoire afin de rejoindre les paniers de basket. L’épopée sportive du Cercle Jean Macé Bourges a débuté au plus haut niveau en 1990. Autant dire que pour les habitants de Bourges et au-delà, du département du Cher, la représentation du champion local est désormais celui d’une championne. En plus de 20 ans, cette image renversée mériterait une étude sociologique approfondie pour mesurer sa portée exacte. Cependant, l’impact est indéniable. Probablement la manière dont se sont investies les joueuses de Basket dans la vie de leur cité a-t-elle été décisive. Ces dribbleuses endiablées ont dépassé le seul cadre sportif pour intervenir très régulièrement dans les écoles. Les Yannick Souvré, Cathy Melain et aujourd’hui Céline Dumerc ont su mouiller le maillot de l’éducation par le modèle sportif. Si l’évaluation de l’action de ce club de basket sur le rapport homme-femme est difficile à faire, il est des signes qui ne trompent guère. Ainsi, dans une ville qui ne se distingue pas vraiment par son passé bobo ou techno, à la différence de sa grande voisine parisienne, une femme devrait être élue maire de Bourges. Candidate UMP contre candidate socialiste, la griffe féminine fera son entrée à l’hôtel de ville.

Cet exemple serait-il exceptionnel ? Peut-être.

Pour se convaincre (si nécessaire) du chemin qu’il reste à faire, les résultats de l’enquête « Où sont les femmes ? » dans le secteur du spectacle vivant soulignent une réalité peu reluisante pour le monde de la culture, celui qui est censé figurer l’avant-garde…

Quelques chiffres : 3 % des concerts ou spectacles sont dirigés par des femmes (opéras, orchestres, théâtres nationaux, festivals), 12 % des Centres dramatiques nationaux sont dirigés (ou co-dirigés) par une femme… Quantité d’autres chiffres abondent toujours dans ce même sens.

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement réclame une juste représentation des femmes dans le monde de la culture, condition sine qua none du changement de société vers plus d’égalité réelle entre hommes et femmes. Vœux pieu ou évolution en cours ?

 

Sport et culture : entre une histoire de France qui ne fait pas la place qu’elle mérite aux femmes et un monde de la culture « classique » extrêmement conservateur, les espoirs de progrès vers l’égalité homme-femme semblent minces. L’exemple des basketteuses de Bourges indique de possibles transformations, lentes et découlant nécessairement d’un travail éducatif approfondi sur l’image et les représentations de la femme dans la société.

Dans un contexte politique et du monde de l’entreprise où les ministres actuelles du sport et de la culture font figures d’arbre qui cache la forêt, des initiatives existent et le volontarisme de certaines (et de certains) est là.

Mais, la toujours faible proportion de femmes dans des postes à responsabilité limite sérieusement les améliorations en matière d’égalité homme-femme. Les roucoulements d’un député pendant qu’une de ses collègues s’exprime à l’Assemblée Nationale en disent long sur l’état d’esprit des décideurs politiques.

S’il est des lieux où la bataille se gagne – car c’en est une – l’éducation (scolaire et familiale) ainsi qu’un niveau de vigilance accru sur les fréquents dérapages sont certainement les clefs d’une transformation durable. Citoyennes, citoyens, l’égalité fait appel à chacun d’entre vous au quotidien !

 

*Marie Curie et Sophie Berthelot sont les deux seules femmes au Panthéon, cette dernière en qualité d’épouse du chimiste Marcellin Berthelot…

*L’enquête de la SACD a été menée en partenariat avec le Laboratoire de l’Egalité Hommes/Femmes. Un fascicule de 15 pages a été publié, consultable également sur internet.

Auteur : Sébastien Nadot

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *