L’article à lire pour comprendre la guerre au Yémen, « pire crise humanitaire au monde »

(STRINGER / AFP)

Un article d’Anne Brigaudeau publié le 20 novembre 2018 sur le site de Franceinfo

Dans une indifférence quasi générale, le Yémen est entré dans sa quatrième année de guerre entre le gouvernement, soutenu par une coalition arabe menée par l’Arabie saoudite, et les rebelles houthis. Les organisations humanitaires ne cessent pourtant, depuis des mois, d’attirer l’attention sur les ravages – manque d’eau, malnutrition, choléra… – engendrés par ce conflit. Selon le Bureau des droits de l’homme des Nations unies, de mars 2015 au 23 août 2018, 6 660 civils ont été tués et 10 563 blessés. Mais l’organisation reconnaît que « les chiffres réels seront probablement beaucoup plus élevés ».

Il a fallu que le New York Times publie en première page la photo d’une fillette squelettique pour que cette guerre fasse la une de l’actualité. Sous la pression médiatique, les Etats-Unis et le Royaume-Uni, soutiens de la coalition, ont évoqué des pourparlers d’ici novembre, mais, sur place, les associations ne sont guère optimistes et les bombardements s’intensifient.

1 – Comment cette guerre a-t-elle commencé ?

Dans un pays peuplé à 60% de musulmans sunnites, les zaydites (un courant chiite différent du chiisme iranien) ont commencé à se révolter dès 2004, rappelle France CultureCette rébellion est depuis nommée « houthiste », du nom de son chef, Hussein Badreddine al-Houthi, tué en septembre 2004. Et elle n’a cessé d’enfler.

En 2011, dans la foulée des printemps arabes, les rebelles se joignent à la contestation étudiante, au cours de manifestations durement réprimées. La même année, sous la houlette des Etats-Unis, un « accord de transition » prévoit le départ du président Ali Abdallah Saleh et un changement de gouvernement. Il tente aussi d’instaurer un « dialogue national », qui va échouer. Car dans ce pays autrefois divisé (il y avait un Yémen du Nord et un Yémen du Sud jusqu’en 1990), les houthistes refusent une fédération composée de six provinces. Ils réclament « une région qui leur soit propre et un accès à la mer », résume la radio.

En 2015, la rébellion a tant progressé qu’elle assiège le palais présidentiel de Sanaa. Le président yéménite Abd-Rabbo Mansour Hadi s’enfuit et trouve refuge à Riyad (Arabie saoudite). « Dans la nuit du 25 au 26 mars 2015, retrace France Culture, l’armée saoudienne, à la tête d’une coalition arabe soutenue par les Etats-Unis, bombarde le palais présidentiel déserté, l’aéroport international, une base militaire et le bureau politique des rebelles. » Depuis, la guerre s’enlise.

2 – Pourquoi dure-t-elle depuis plus de trois ans ?

Les houthis sont aujourd’hui bien implantés, comme le montre cette carte de la société d’intelligence économique danoise Risk Intelligence : les territoires qu’ils tiennent sont représentés en jaune, ceux des forces pro-gouvernementales en vert. « Ils ont pris des positions solides dans la partie nord, qui est la plus peuplée avec 22 millions d’habitants. Et ils n’ont pas grand-chose à négocier puisqu’ils tiennent le terrain », expose François Frison-Roche, chercheur au CNRS et ancien directeur du projet français d’aide à la transition du Yémen (2012-2014).

« Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’est fait piéger par ce conflit yéménite, estime le spécialiste. Les rapports de force n’ont pas été bien analysés au départ. »

Quand Mohammed ben Salmane a débuté cette guerre comme ministre de la Défense, il pensait qu’elle se réglerait en quelques semaines. Elle dure depuis trois ans et demi.François Frison-Roche, chercheur au CNRS à franceinfo.

Malgré l’enlisement du conflit, le prince saoudien bénéficie d’un appui inconditionnel de Donald Trump : en mai 2017, les Etats-Unis, souligne François Frison-Roche, ont signé pour « 130 milliards de dollars » de livraisons d’armes à Riyad. Et Américains et Saoudiens campent sur la même position, en voyant « la main de l’Iran derrière la rébellion houthie ». « Ce qui reste quand même à prouver, dans la mesure où l’Iran ne fait pas du Yémen son terrain essentiel, analyse François Frison-Roche. Téhéran soutient les houthis plus politiquement que financièrement et militairement. » 

Autre caractéristique qui complique un peu plus le conflit, d’autres groupes armés sont à la manœuvre, notamment l’Etat islamique, « avec quelques centaines de combattants », et Al-Qaïda (en gris sur la carte), « présent au Yémen depuis toujours », note François Frison-Roche. « On pourrait encore citer, dans la partie sud du pays, les milices formées et armées par les Emirats arabes unis, dont on aura beaucoup de mal à se débarrasser et qui revendiquent une certaine forme d’indépendance du Sud-Yémen. »

3 – Quelle est la situation pour les civils ?

« Le Yémen subit la pire crise humanitaire du monde », alerte Alexandre Giraud, directeur général de l’association humanitaire Solidarités international, en écho au cri d’alarme lancé en octobre par les Nations unies.

Au Yémen, 22 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire, soit trois habitants sur quatre. Et, parmi eux, 16 millions de personnes ont besoin d’assistance en eau.Alexandre Giraud, directeur général de Solidarités internationalà franceinfo.

Sur ces 22 millions de Yéménites en grave danger, on compte 11 millions d’enfants. « C’est un véritable enfer pour chaque garçon et chaque fille au Yémen », a témoigné début novembre le réprésentant de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique, Geert Cappelaere, rappelant que dans ce pays, « un enfant meurt toutes les dix minutes d’une maladie qui aurait pu être évitée » et « près de 30 000 enfants meurent chaque année à cause de la malnutrition ».

« Dans les zones où nous travaillons, il n’y a pas de poche de famine, explique Frédéric Bertrand, chef de mission de Médecins sans frontières au Yémen et présent sur place, à Sanaa. Le problème principal que nous constatons, c’est un manque d’argent dû à de multiples facteurs [impossibilité de travailler, déplacement de populations, dépréciation de la monnaie yéménite]. Certaines familles ne peuvent pas subvenir à leurs besoins et doivent se rationner, d’où des cas de malnutrition. » Du côté des maladies, il constate « le retour de la diphtérie, des épidémies de rougeole et la persistance de la vague de choléra qui a touché le pays en 2016″. Les Nations unies estiment enfin qu’il y aurait des millions de déplacés, dans ce pays exsangue dépendant à 80% des importations.

Derrière ces chiffres accablants, les populations les plus en péril sont sous les bombes. Frédéric Bertrand dénonce ainsi les bombardements qui se sont intensifiés, début novembre, contre le port d’Hodeida, dans l’Ouest, détenu par les houthis. Les raids et les combats ont fait au moins 600 morts, principalement des combattants des deux camps.

On a déjà vu affluer des centaines de blessés, dans ce pays où le système de santé s’est écroulé et où le personnel hospitalier n’est plus payé.Frédéric Bertrand, chef de la mission de MSF au Yémen à franceinfo.

« Notre crainte, dit-il encore, c’est que la population civile d’Hodeida, prise au piège, soit la première victime des combats aériens et au sol. »

Fin août, le groupe d’experts de l’ONU sur le Yémen a écrit dans un rapport avoir « de bonnes raisons de croire » que les belligérants, que ce soit la coalition ou les rebelles, aient commis des « crimes de guerre » : torture, viols, enrôlement d’enfants, violations de la dignité humaine…

4 – Et la France, elle a un rôle dans ce conflit ?

Le 30 octobre, la ministre des Armées, Florence Parly, a estimé qu’il était « plus que temps » que « la guerre au Yémen cesse ». Mais la France est mise en cause, notamment par Amnesty International, pour ses ventes d’armes à deux des principaux belligérants, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.

Le 13 novembre, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a tenté de désamorcer la polémique en affirmant que « des règles très strictes nous empêchent de vendre des armes qui puissent toucher des civils » et qu' »on exagère beaucoup les relations entre la France et l’Arabie saoudite, [qui sont] limitées à la flotte ». Sur Twitter, Amnesty International a aussitôt répliqué par la voix d’Aymeric Elluin, chargé de la campagne « Armes et impunité » au sein de l’ONG :

Et encore cette liste d’armes est-elle « forcément incomplète, à cause de l’opacité entretenue par les autorités sur ces contrats », précise LibérationUne « opacité » qui choque Sébastien Nadot, député LREM, isolé au sein de son parti.

« On a livré en 2017 pour 1,4 milliard d’armes à Riyad, ça rend notre pays comptable d’une situation catastrophique. » Sébastien Nadot, député LREM de Haute-Garonne à franceinfo

« La France a claironné partout qu’elle a ratifié le traité sur le commerce des armes en 2014, rappelle cet élu membre de la commission des affaires étrangères. Ce traité oblige un pays signataire à suspendre ses ventes d’armes s’il peut supposer que l’acheteur s’en sert contre des civils. Or des rapports d’experts ont certifié que l’Arabie saoudite se sert des armes contre la population civile ! C’est un cas d’école : il faut cesser ces ventes d’armes. »  

Signataire, avec d’autres députés de pays européens, d’un appel pour la paix, Sébastien Nadot dénonce un problème institutionnel « majeur ». « Le fait de continuer ou non à vendre des armes à l’Arabie saoudite n’est pas débattu au Parlement, déplore-t-il. La question est une zone noire démocratique. »

5 – Pourquoi commence-t-on à peine à en parler ?

Ce n’est pas tout à fait vrai. Dès mars 2017, les Nations unies ont tiré la sonnette d’alarme en relevant que « dans ce pays asphyxié, les deux tiers de la population (soit 18 millions de personnes) ont désormais besoin d’assistance ». Et en août 2017, Le Monde a consacré une série de cinq longs reportages à cette guerre occultée dans un pays aux « structures de santé chancelantes ». 

Mais il a fallu l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul, avec moult détails atroces distillés par la Turquie (le corps aurait été découpé à la scie, dissous à l’acide, jeté aux égouts…) pour que les médias américains dénoncent avec force l’attitude de l’Arabie saoudite. Ce meurtre a en effet jeté une lumière crue sur la personnalité du prince héritier Mohammed ben Salmane. « Il est brutal », résume François Frison-Roche.

Samedi 26 octobre, le New York Times publie ainsi en une la photo d’une fillette yéménite squelettique, Amal, à l’agonie. « Nous sommes surpris que l’affaire Khashoggi reçoive autant d’attention alors que des millions d’enfants yéménites souffrent et personne n’en a rien à faire », s’indigne une médecin dans le journal. L’attention médiatique se focalise à nouveau sur le conflit.

6 – Comment peut-on sortir de cette guerre ?

Jusque-là soutien indéfectible de Mohammed ben Salmane, Donald Trump doit désormais composer avec son opinion publique. Première mesure : Washington a annoncé que la coalition sous commandement saoudien au Yémen allait désormais effectuer elle-même le ravitaillement en vol de ses avions, assuré jusqu’ici par les Etats-Unis. Puis, tour à tour, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, et son homologue britannique, Jeremy Hunt, ont appelé « toutes les parties » à venir « négocier une solution pacifique au conflit ». Des pourparlers pourraient avoir lieu fin novembre en Suède.

Effet de manches ou vraie pression ? François Frison-Roche est sceptique : « La vision de Trump est claire : America first [l’Amérique avant tout]. Cette histoire de ravitaillement d’avions en vol, c’est à peine le début du commencement d’une pression. » Il souligne l’importance stratégique du détroit de Bab-el-Mandeb, entre le Yémen et Djibouti, quatrième passage maritime le plus important au niveau mondial en termes d’approvisionnement énergétique, selon l’Iris. « Tout le monde regarde ailleurs, parce que le Yémen, d’une certaine manière, tout le monde s’en fout, résume François Frison-Roche. La seule chose qui compte aux yeux des grandes puissances, qu’il s’agisse des Etats-Unis, de la Russie ou de la Chine, c’est la sûreté du détroit de Bab-el-MandebSi ça doit passer par le contrôle saoudien, ça passera par le contrôle saoudien. » 

Quant à Frédéric Bertrand, il constate que « la situation ne cesse sur place de se détériorer. Pour l’instant, aucun indicateur ne dit que ça va s’améliorer, et il y a une recrudescence des violences depuis qu’on parle de pourparlers ».

7 – J’ai eu la flemme de tout lire, vous pouvez me faire un résumé ?

La guerre au Yémen est entrée dans sa quatrième année. Elle oppose le gouvernement central, soutenu par une coalition arabe menée par l’Arabie saoudite et appuyée par Washington, aux rebelles houthis, des chiites zaydistes, dans ce pays à majorité sunnite. Les deux camps sont soupçonnés de « crimes de guerre » par l’ONU. Désastreuse, la situation humanitaire a été qualifiée de « pire crise au monde » par les Nations unies : plus de 22 millions de Yéménites ont besoin d’aide alimentaire, soit trois habitants sur quatre, dans un pays où les infrastructures, déjà fragiles, ont été largement détruites.

Début octobre, l’affaire Jamal Khashoggi, du nom de ce journaliste saoudien assassiné dans le consulat saoudien à Istanbul, a un peu plus terni l’image de l’Arabie saoudite. Changera-t-elle la donne ? En France, des associations humanitaires comme Amnesty International réclament la fin des livraisons d’armes françaises à Riyad. Aux Etats-Unis, le New York Times a publié des photos insoutenables d’enfants mourant de faim au Yémen. Sous pression médiatique, les Américains et les Britanniques vont laisser l’ONU évacuer des soldats houthis vers Oman. Les Nations unies espèrent organiser des négociations de paix en Suède avant la fin de l’année.

 

Auteur : Mouvement des Progressistes

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *