51 nuances de pâte à tartiner

La semaine dernière il s’est passé un phénomène à tel point qu’Anthony JOUBERT, humoriste de région PACA que je connais un peu en a fait une parodie une chanson célèbre de Bénabar le « Dîner », visible sur internet lien : https://youtu.be/ajAz3YCwngI (presque 20000 vues)
L’épisode de la pâte à tartiner a super marché. Mais que cache la couche de noisettes qui se trouve sous la tartine ? L’affaire Nut’ fait le tour du monde et intéresse jusqu’à nos politiques, avec des images qui circulent sur le net où une foule se bouscule, se bat et s’invective au point de faire intervenir les gendarmes, dans des supermarchés pour s’arracher des pots bradés à 1,41 € contre 4,70 € en temps normal. La solidarité n’a plus sa place quand c’est une affaire de chocolat. Suivant la sociologue du digital Catherine Lejealle internet a eu un rôle primordial pour s’informer du bon plan à Intermarché. Il se forme alors un contre-pouvoir citoyen face à la grande industrie. Cette pâte est un « slime » néfaste. Les raisons de s’en passer ont été rappelées par Ségolène Royal, ancienne ministre de l’ Ecologie : « c’est mauvais pour la santé, tragique pour l’environnement par la déforestation des pays pauvres ». Le Nut’ contient 20 % d’huile de palme et 50 % de sucre! C’est donc un acte dramatique en marketing que de se lancer dans une opération au rabais, au moment même où l’OMS publie un rapport alarmiste sur la dérive sucrée de notre alimentation en occident. La politique sanitaire n’est pas la préoccupation première des grandes surfaces, même si avec les états généraux de l’alimentation, ils ont pu faire mouvement –timide-en ce sens. Enfin, il y a pire… selon l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot, une question se pose: cette promotion, réduisant le prix du pot de pâte à tartiner de 70%, est-elle légale?
La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) va se saisir du dossier, indique ce lundi Le Parisien. Le gendarme de la consommation devra notamment déterminer si cette campagne s’est faite dans le cadre de soldes, d’une promotion simple et à quel prix Intermarché a acheté ces pots au producteur, Ferrero.
Le code du commerce autorise la vente, dans le cadre de soldes, de nourriture. Mais il y a deux conditions :
– Ces produits sont achetés « au moins un mois avant le début de la période de soldes considérée »
– Que « l’annonce de réduction de prix (soit) loyale ».
Ironie du sort : le jour des émeutes, le ministre de l’Agriculture et de l’alimentation, Stéphane Travert avait annoncé son intention de lutter contre les remises promotionnelles trop importantes, en les limitant à 34% du prix d’achat par le distributeur. Cette mesure doit faire partie du projet de loi Alimentation, présenté mercredi prochain, devant le Conseil des ministres. « C’est un travail pour redonner de la valeur aux choses », a commenté dimanche sur BFMTV le ministre, alors que fait le citoyen ? Passez il n’y a plus de Nut au comptoir. On ignore pour le moment à quel prix Intermarché a acheté ses pots. Mais si la future restriction évoquée par le ministre était effective à ce jour, la promotion aurait été illégale. De son côté, Ferrero nie toute implication dans cette campagne.  Sur BFMTV, le ministre a rappelé que le 14 novembre, « les producteurs, les distributeurs et les transformateurs français » ont signé une « charte d’engagement », dans laquelle ils s’engagent à adopter des règles de bonne conduite et à effectuer notamment « des achats éthiques et responsables. Cette charte n’est pas suffisamment respectée », a déploré Stéphane Travert. Selon lui, le chef de l’Etat aurait réagi ces jours derniers en réclamant la réunion des acteurs de la grande distribution, pour leur intimer de respecter ce texte. « Aujourd’hui, ils ne jouent pas le jeu », a critiqué le ministre.
Quelle misère humaine, intellectuelle, sociale quand tout un chacun s’emballe, y compris du politique. Quand à ma famille, on a trouvé sur internet une super recette de pâte à tartiner à un prix imbattable 1,80€ le pot de 450g. Il faut un peu d’huile de coude et aller faire les courses mais avec ma fille on est motivées à se régaler pour la chandeleur n’hésitez pas à contacter l’antenne du Vaucluse de Progressistes pour en discuter.

Auteur : Anne LAROUTIS

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *