Code du Travail: le test de la nouvelle façon de faire de la politique

La loi d’habilitation à réformer le code du travail par ordonnances a été largement votée. Je comprends bien la logique qui sous-tend le vote du parlement: la légalité de la méthode des ordonnances, la légitimité de Macron tout juste élu de faire ce qu’il avait annoncé, et la confiance dans la méthode de concertation. Donc à ce stade, pas d’évidence que les ordonnances sauront ou pas trouver l’équilibre entre la libéralisation souhaitée par les entreprises et le renforcement des protections des salariés. Seules les ordonnances permettront de juger.

Le moment de vérité pour la représentation nationale sera le vote de ratification prévu pour septembre lorsque les ordonnances reviendront au parlement pour un vote. A ce moment-là tout sera disponible, chacun pourra voir si la méthode de concertation a été menée honnêtement ou s’il s’agissait d’un simple affichage. Toutes les parties prenantes ne pourront pas avoir obtenu gain de cause sur tout, c’est la nature du donnant-donnant, mais l’aspect équilibré devra apparaître.

C’est donc à ce moment que les députés de la majorité en particulier devront se prononcer dans leur pleine et entière liberté, leur esprit critique et les valeurs auxquelles ils croient pour ou contre le texte voire s’abstenir. Je vois déjà venir les rappels à l’ordre pour éviter les « frondeurs », mais il sera aussi temps de tenir compte des valeurs démocratiques que chacun défend, ou la représentation nationale ne devrait pas être une chambre d’enregistrement.

Macron a été lors de sa campagne ambiguë sur la nouvelle façon de faire de la politique. Des promesses faites de « refonder par le bas », de « débats citoyens », de « plateformes internet participatives », on peut entrevoir aujourd’hui que la façon d’exercer le pouvoir se révèle plus proche de celle de l’entreprise traditionnelle: pyramidale de haut en bas, avec la légitimité du dirigeant suprême ne provenant pas de la base. Si cette nouvelle vision de la politique avait été présentée ainsi, elle aurait surement moins enthousiasmé, au moins dans la partie des supporter de Macron provenant de la gauche et le résultat de l’élection n’aurait probablement pas été le même.

Si lors de la réunion de groupe En Marche précédant la ratification il n’y a pas consensus (c’est-à-dire pas unanimité pour voter la ratification), il est à prévoir qu’il y aura pression de la part des leaders du groupe pour que les points de vue divergents restent dans le huis-clos de cette réunion de groupe, et ne s’expriment ni sous forme différente du vote du groupe, ni dans les médias. Si c’est la nouvelle façon de faire de la politique, ça ressemble beaucoup à l’ancienne ou la loyauté au parti est la qualité essentielle qui est attendue d’un élu. Si tout élu exprimant des positions différentes est qualifié de « frondeur » avec les connotations négatives de ceux qui utilisent cette expression.

Il est à noter également que la constitution reconnaît le parlementaire et ses droits et obligations, le parti est également reconnu, mais le groupe parlementaire ne l’est pas. Si on en vient à la façon dont les électeurs voulaient que la façon de faire de la politique change, ce n’est surement pas pour plus d’ordre et de discipline dans les rangs de la majorité, sinon Macron aurait communiqué la dessus durant la campagne et pas sur la revalorisation du rôle du parlement, les initiatives de la base, le participatif et les débats citoyens.

La loi de confiance dans la vie politique, et ses avancées nécessaires, mais simplement évidentes dans la France de 2017 ne sera probablement suffisante pour convaincre les français qu’on fait de la politique autrement. On leur a vendu l’intelligence, la diversité, le dynamisme et l’engagement désintéressé non carriériste des nouveaux députés, mais si au final les députés En Marche amendement très peu la loi, votent comme un seul humain (oui : à bas les expressions genrées au moment de la parité) et ne s’expriment pas, il va y avoir une déception à la hauteur des espoirs suscités.

Auteur : Pierre

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *