Dépassons le modèle capitaliste !!!

Récessions, licenciements, crises économiques, injustices sociales…voilà en quelques mots ce qu’inspire le modèle capitaliste.

De Smith à Ricardo en passant par M. Friedman, théoricien de l’ecole de Chicago, le capitalisme à travers les époques a toujours contribué à l’enrichissement d’une minorité au dépens de la majorité. Certes à travers le temps on a tenté « d’habiller » ce modèle économique en lui donnant parfois apparence humaine via quelques réformes, mais sans pour autant en revoir la finalité à savoir l’enrichissement de quelques nantis.

A l’heure de la nécessaire mutation écologique, le libéralisme en est naturellement le frein. En effet, comment pourrait-on accommoder environnement et course effrénée vers cette enrichissement ?

Plus globalement, le mouvement des gilets jaunes exprime tout le malaise d’un système économique injuste du fait d’une répartition sans équité des richesses. Faire payer aux classes moyennes les réformes étatiques (réduction des APL, CSG revisitée touchant durement les retraités), augmentation des carburants, tout en préservant les classes les plus favorisées (suppression de l´ISF) autant de mesures injustes qui ne pouvaient qu’éveiller un ras le bol general.

Il est temps aujourd’hui d’innover et de dépasser le modèle libéral en s’appuyant sur un État non plus spectateur de la vie économique mais bien acteur.

A la fois modérateur et moteur de l’innovation, l’Etat doit être au cœur de la répartition des richesses produites en s’appuyant sur une politique sociale ambitieuse.

Osons sortir des carcans imposés par l’Union Européenne et de la règle des 3%. Le temps est venu de repenser notre modèle en sortant des préceptes des économistes dits modernes, à l’instar de Piketty, enfermés dans une vision capitaliste dont ils ne conçoivent pas le dépassement.

C’est à ce prix que nous pourrons construire une politique de transition écologique adaptée aux enjeux d’aujourdhui et de demain, tout en garantissant à notre pays la paix sociale.

N’opposons pas écologie et politique sociale mais construisons un nouveau modèle qui intègre cette double notion.

Enfin, si nous pouvons convenir de la nécessaire relecture de notre démocratie avec une expression plus affirmée des Francais, il nous faut cependant éviter de sombrer dans ce populisme qu’appelle de leurs vœux les extrêmes (de droite comme de gauche) via le RIC, qui serait générateur d’instabilité institutionnelle.

Auteur : LAURENT LANYI

1 commentaire

  1. Pourquoi le RIC serrait provocateur d’instabilité institutionnel?
    Il est certain que bon nombre de politiciens auraient une « guillotine » au dessus de le tête mais en cas de demande de destitution il y a un vote, celui-ci permet à l’ensemble des personnes de valider ou non.
    Pour une loi importante, je donne un exemple « augmentation de 2 cts l’essence pour développer une autre énergie » l’ensemble de la france doit pouvoir donner son accord.
    Pour l’ISF le principe était en théorie une bonne idée en pratique, elle ruines les associations.
    Pour le partage des richesses, c’est pas compliqué mais c’est plus une idée d’extrême gauche.
    Le problème c’est qu’on est pas gouverné par les politiques mais plus par les industriels qui finance la politique. On commence à voir les financements que j’estime de mafieux.
    Aucun gouvernement ne peut fonctionner correctement dans ce cas, Il y a des années l’église par çà richesse dirigeait la France aujourd’hui c’est les finances donc l’argent celle-ci ne peut pas être partagée
    Ce texte n’engage que moi petit gilet jaune apolitique

    Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *