« Europe et France » masques blanc et noir du spectacle

En France, on donne trop d’argent pour le fonctionnement des lieux subventionnés et pas assez pour la création elle-même.

Si le nombre de spectacles créés augmente, il y a cependant trop peu de représentations. On lance successivement la création d’un tel ou un tel pour seulement quelques dates. Ce qui a l’effet de multiplier les événements pour une petite minorité d’initiés, sans avoir le temps d’atteindre un plus large public. C’est là que se pose à nouveau la question de la répartition des rôles. Le projet du ministère de la Culture « mieux adapter l’offre de spectacles aux attentes du public et des collectivités » mais qui va décider ? La France et les collectivités qui financent aux deux tiers les spectacles ? De quelle manière? Et l’Europe ?

En Europe, ces derniers mois ont été symptomatiques d’un indéniable changement : des tournées annulées ou reportées, les productions programmées pour la saison prochaine sont plus petites et moins onéreuses, les sponsors rechignent à renouveler ou à signer des contrats. C’est une sérieuse menace pour les travailleurs car les États membres envisagent la réduction du budget dédié à la culture afin d’appuyer d’autres secteurs industriels et économiques fragilisés. Selon les partenaires sociaux européens, il s’agit d’une approche peu clairvoyante et contre-productive. Cette réduction du budget dédié spectacle a de graves conséquences sur le secteur : la taille et la qualité des productions européennes diminueront. Cela risque de compromettre la position de l’Europe, championne et pionnière dans le domaine de la culture, ainsi que ses engagements politiques en faveur de la diversité culturelle et du dialogue interculturel.

En tant que déléguée MDP du Vaucluse et chargée de diffusion dans le spectacle vivant, je demande aux États membres de garantir la stabilité et le développement du secteur culturel pour assurer un financement public adéquat. On devra pouvoir compter sur le soutien public afin de préserver l’emploi et de diversifier ses productions. Par exemple, déjà presque 5000 professionnels ont signé cette pétition pour la survivance du spectacle comme celles de la Fédération Les Sentinelles : http://www.lessentinelles-federation.com lien pétition: https://www.change.org/p/avignon-festival-off-en-danger

C’est pourquoi je proposerai bientôt une rencontre Europe et Culture sur Avignon avec des partenaires invités comme la Fédération Les Sentinelles, le Festival IN et OFF d’Avignon pour qu’ensemble nous puissions avancer.

Anne déléguée 84 MDP

Auteur : Anne LAROUTIS

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *