Gilets jaunes et drapeaux rouges d’Alès ou choix social

  1. Nous étions presque un millier hier après-midi, réunis en jaune et rouge + autres couleurs citoyennes, pour faire entendre une seule voix au gouvernement et au Président de la République Macron : notre pouvoir d’achat foutu face à la diminution de l’ISF au capitalisme moderne reproduit, aujourd’hui, par le pouvoir et les autorités en place.

Il n’y a eu aucune violence alésienne, le Préfet du Gard le reconnaissant. Puissions-nous continuer à nous exprimer démocratiquement : c’est la base en notre république choisie depuis 1879 : Liberté, Egalité, Fraternité !

A moins de faire un rêve, aujourd’hui plus social qu’écologique avec une taxe carbone impopulaire, le peuple étant souvent surtaxé par défausse des intérêts patronaux et financiers, quid des règles libérales dominantes du capitalisme moderne, et attendre un hypothétique référendum ou une dissolution politique de l’assemblée nationale, ce président élu, il n’est finalement que notre représentant pendant l’exercice de son mandat présidentiel (!), faudrait-il encore pouvoir le lui rappeler, rappelons-lui la réalité quotidienne française : notre souffrance populaire et sociale, collective et issue de toutes catégories socio-professionnelles et de toutes origines d’habitat (propriétaire ou locataire) et d’activité (salariés, indépendants, paysans, chômeurs et retraités), qu’il devrait enrayer…

La France ira-t’elle mieux demain, sans surtaxes et à meilleurs ressources de salaires et de revenus, de conditions de vie, de niveaux d’imposition universelle, d’un cadre de vie permettant notre réelle émancipation individuelle et collective, notre progrès commun, local, territorial (régional et français) et européen à reconstruire demain, c’est ce que nous lui demandons, dès son conseil des ministres exceptionnel tenu aujourd’hui, car l’état d’urgence ne servirait à rien, qu’attiser le mécontentement actuel, la crispation et déchaîner des violences insurrectionnelles dont nous paierions tous le prix par nos impôts, une fois encore, alors augmentés pour reconstruction et réhabilitation du bien commun national et historique (…).

Lorsque j’étais candidat député gardois (5ème circo.) progressiste, j’avais écrit et dit aux journalistes ma motivation première de candidature : transformer le malheur des gens en bonheur, aurais-je alors fait un rêve… ?

Eric MURET

Progressiste

30100 Alès

06.21.15.96.23

eric.muret30@gmail.com

Blog Liberté Citoyenneté Progrès : http://libertecitoyenneteprogres.centerblog.net

Mon site progressiste : http://ericmuret.wifeo.com

Auteur : Eric MURET

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *