La transition écologique, moteur indispensable de l’avenir économique et social de la France

Le 23 octobre dernier, l’équipe officielle de notre ministre de la transition écologique et solidaire twittait sur son compte officiel la « création de 8 agences régionales pour protéger et développer nos écosystèmes sur nos territoires ».

Si nous ne pouvons que soutenir ces avancées, nous déplorons que notre Ministre ne soit pas plus visible, alors que le jeune Gouvernement Macron mène sa politique tambour battant.

En effet, le bien nommé Ministère de la transition écologique ET solidaire doit devenir le moteur central de la politique Française. Bien loin des utopies, la transition écologique, si elle est bien menée, impactera positivement des enjeux fondamentaux pour nos concitoyens, tels que la santé, l’emploi, la sécurité, l’économie…

M. le Ministre Nicolas Hulot l’a inscrit dans son plan climat : il compte faire de la France le n°1 de l’économie verte. Ambition louable, nécessaire et réalisable…à condition de se donner les moyens de cette ambition !

Alors que l’Union Européenne se montre incapable de trancher sur l’avenir d’un herbicide aux effets potentiellement délétères pour la santé publique, notre gouvernement ne devrait-il pas pendant ce temps mettre en place un véritable plan de transition agricole privilégiant les modes de productions vertueux et durables, générateurs d’emplois et qui excluent ce genre de traitement ?

Annoncé par le candidat Emmanuel Macron en février 2017, ébauché dans le Plan Climat, ce plan là, apportant des solutions concrètes sur un calendrier arrêté et respecté, attend encore de sortir de terre.

Quant aux mesures annoncées pour réduire notre consommation d’énergies fossiles, notamment en ce qui concerne les transports – qui sont les quatre mesures phares du Plan Climat – elles demeurent encore basées sur le principe coercitif du « pollueur-payeur » mettant les automobilistes français encore une fois en situation de coupables en ne leur offrant comme unique solution que le changement volontaire de leur véhicule polluant.

Polluant mais bien souvent vital, surtout lorsqu’il n’existe pas d’alternative pour rallier son lieu de travail par exemple. Ne devrait-on pas dès lors plutôt mettre en place une véritable politique d’optimisation des transports, de gestion de l’espace urbain, et une politique fiscale incitative pour encourager la recherche, le développement et l’investissement en vue de la construction de véhicules propres et performants sur notre territoire ?

Notre ministère de la transition écologique et solidaire a le devoir de se montrer fort et de travailler main dans la main avec les autres ministères afin de réussir l’objectif qu’il s’est fixé.

Au sein du Mouvement des Progressistes (MdP), nous attendons vivement la suite, vivcement et rapidement, et veillerons, par des propositions de mesures concrètes et efficaces à ce que la transition écologique, solidaire et vitale de notre pays soit véritablement « en marche » !

Tania GANDROT, MdP Nord

 

Auteur : Tania Gandrot

1 commentaire

  1. Entre le president de l’assemblee nationale ex ecologiste et le ministre del’ecologie, on pourrait esperer que l’effort engage au momoent de la COP21 soit poursuivi, mais il semble que les pressions de ceux qui ont interet a ce que cela ne change pas trop vite emporte l’avis du gouvernement. En terme d’activite economique il est probable que notre economie nationale passe a cote de la revolution du vehicule electrique comme celle du solaire. Attendons de voir le concret.

    Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *