L’Europe a-t-elle peur ?

Aujourd’hui, les terres niçoises accueillent la Présidente du Front National (en cous de changement de nom Rassemblement National) au Palais des Expositions Acropolis, unique pour son architecture avant-gardiste des années 1970, que Georges Frêche, Maire de Montpellier, était venu visiter, en son temps…

Non, comme elle, d’y inviter les ultra-droites européennes, j’ai été retrouver Ensemble 06 au concert festif et populaire de cet après-midi organisé Place Garibaldi (photos prises par mes soins, ci-dessus et ci-dessous reproduites).

J’y ai entendu un chanteur : l’Europe a-t-elle peur ?

Alors, comme témoignage citoyen et militant d’un homme de gauche, oui je repose ici cette question, en recherchant à la développer et à l’illustrer avec mon amie binôme politique et citoyenne (issue du mouvement d’Alexandre JARDIN) et progressiste d’Avignon,  Anne LAROUTIS, car cette autre responsable politique nationaliste, option parachutage national, ci-dessus citée, ose dire, ce matin, de Cannes, à refonder l’Europe des nations.

Or, avec Anne et d’autres amis progressistes réunis à Nice en janvier 2018, nous pensions présenter l’idée sociale d’Europaland prochainement.

Dans ce projet, nous soutenons clairement l’espoir d’une majorité euro-progressiste en faisant appel à une Europe fédérée et non fédératrice qui passerait par la transmission d’un choix collectif et progressiste, également par la mise en place de référendums sur les grandes questions qui structurent un continent, le nôtre, l’Europe.

De quelle Europe des nations peut s’entrevoir cette personne politique nationaliste lorsqu’elle dénigre l’Europe des migrations, l’Europe sociale et l’Europe monétaire, voire financière ?

Même si l’Europe est à moderniser, on ne peut pas être, à la fois, contre son administration actuelle, ses peuples, ses migrations et ses enjeux monétaires ; sauf à demeurer contre tout progrès et, là, ce serait une autre vision, manichéenne et populiste, donc destructrice de nos peuples et continent européens d’avenir.

Est-ce plutôt cela que vise cette responsable qui, par ailleurs au niveau européen, ne fait pas l’unanimité sur son nom et son idéologie, puisque, aujourd’hui, l’extrême droite italienne est absente à ce rassemblement des droites nationalistes européennes et, qu’hier, cette même responsable, alors élue Député européenne, n’est tout simplement pas arrivée à constituer un groupe parlementaire européen sur son nom ?

Au-delà, quel crédit apporter, pour aujourd’hui et demain, à de telles thèses paradoxalement financières, telle que la démonétisation de l’Euro, quand, comment, pourquoi, on ne le sait pas, et donc comment soutenir et, éventuellement voter, car personne n’est dupe de son jeu préélectoral organisé aujourd’hui chez les Nissarts, pour une sortie budgétaire et économique de l’Euro, de surcroît, en période de crise sociale actuelle ?

Cette crise, non seulement européanisée mais mondialisée, devrait renforcer les liens sociaux, humains et les consciences.

Seulement Spaggiari, l’école est finie.

Où sont le progrès et la citoyenneté, avec de tels idéaux nationalistes ?

Passe ton chemin, Mme Le Pen !

Nice, le 1er mai 2018

Eric MURET

Progressiste et citoyen

06100 Nice

06.21.15.96.23

Délégué départemental des Alpes-Maritimes du Mouvement des Progressistes (MdP) fondé par Robert HUE – http://www.md-progressistes.fr/qui-sommes-nous/delegations-regionales/

Blog progressiste et citoyen nissart : http://www.ouiauprogres.over-blog.com

Anne LAROUTIS

Citoyenne et Progressiste

84000 Avignon

06.98.12.05.39

Déléguée départementale du Vaucluse du Mouvement des Progressistes (MdP) fondé par Robert HUE – http://www.md-progressistes.fr/qui-sommes-nous/delegations-regionales/

Site Les Progressistes 84  et projet Europa Land :

https://lesprogressistes84.wixsite.com/progressistes84/europa-land

Co-fondateurs du club de réflexion économique et sociale Des Enracinés – http://www.desenracines.wixsite.com/desenracines

Auteur : Eric MURET - Anne LAROUTIS

2 commentaires

  1. Je partage l’ambition de cet appel. Je serais prudent sur le recours au referendum porteur de bien des dangers d’instrumentalisation (on ne repond pas a la question, mais a celui qui la pose) et des limitations (reponse binaire a un probleme complexe)

    Publiez une réponse
    • Bonjour Pierre,

      Effectivement la rédaction d’une question dans un référendum est tout l’art de poser une question en y donnant la réponse donc de « conduire » l’opinion sur une solution potentiellement étudié par ailleurs. Ce n’est pas le but du projet Europaland. A nous de développer comme on dit dans le langage communicationnel « un outil de langage » autre mais si on y réussit le progrès sera de mise pour une Europe Unie et je l’espère, fédératrice! Belle journée Pierre. Anne Citoyenne en Progrès

      Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *