Loi travail et ordonnances : Rassembler plutôt que cliver

A la théâtralisation de la signature des ordonnances qui sont l’expression d’un régime présidentiel à bout de souffle ne répondons pas par des effets tribunitiens douteux et par la croyance que l’en peut représenter seul la vérité vraie.
La démocratie n’est pas qu’institutionnelle. Elle est aussi la rue, le débat citoyen, le respect des partenaires sociaux. La démocratie c’est aussi d’essayer de comprendre, au delà les discours d’investiture, pourquoi les citoyens désertent les urnes si massivement qu’ils en viennent à la mettre à mal.
Des millions de salariés peuvent être impactés par de nouvelles dispositions. Des dispositions ayant pour but de libérer le travail afin que l’entreprise soit plus à même d’améliorer sa compétitivité dans une économie de plus en plus concurrentielle. Face à cela, ces mêmes salariés n’ont rien à attendre de bon de jeux politiques vieillots visant à ce que les meilleurs ennemis du moment s’entretiennent mutuellement pour chacun de leur côté asseoir leurs choix et existence.
A la vision « économistique » concurrentielle et financière de l’économie qui broie les hommes et tue la planète, à l’illusoire levée des contraintes prétendument créatrice d’emplois… il est temps d’envisager un type de développement plus sain et respectueux. Donc de réfléchir à un code du travail qui prépare à cela, qui permette aux salariés d’être protégés et acteurs de cette économie nouvelle. Ce n’est pas le cas.
Le contenu des ordonnances nous en empêcherait si celui-ci demeurait en l’état et c’est pourquoi l’urgence est à ce que les acteurs sociaux travaillent à lever les barrières identitaires, se parlent, se rassemblent et permettent à l’entreprise d’être un lieu de travail, d’initiatives, d’efficacités et de citoyenneté.
Laurent Dumond

Auteur : laurent

3 commentaires

  1. Et bien pas plus tard qu’hier J’ai fait une contribution allant beaucoup plus loin que le parlementarisme dans le document du groupe 3 sur les aspect institutionnels et politiques.

    Sinon, pour le code du travail, comme je viens de le poster dans un autre billet, l’acte final est engage avec le depot du Projet de loi de ratificaiton des ordonnance il y a 2 jours au parlement.

    Sauf a manifester, il vaut donc mieux nous concentrer sur les batailles a venir.

    Publiez une réponse
  2. Globalenment d’accord. Malgre les critiques du regime presidentiel, on ne percoit pas de fremissement pour un mode de fonctionnement plus pluraliste, participatif avec le parlement au coeur de la decsion politique etde l elaboration de la loi.

    Publiez une réponse
    • Je crois justement que le présidentialisme à la française est un frein au développement participatif dont tu parles et notamment pour ce qui est de la place et le rôle de nos 2 parlements.
      Être le pays des droits de l’homme ne signifie pas que nous soyons un modèle institutionnel. Très peu de pays démocratiques possèdent une constitution laissant concentrer autant de pouvoirs sur les épaules d’un élu. Le NEP à l’origine puis le MUP faisaient des questions institutionnelles des réflexions nécessaires pour des avancées progressistes, il faudrait les poursuivre d’autant que les expériences passées et en cours montrent qu’une fois au pouvoir…

      Publiez une réponse

Répondre à Pierre Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *