Macron le Président des pauvres ?

Après nous avoir habitué à des signaux politiques adressés aux riches plutôt qu’au peuple et notamment aux pauvres, aux plus démunis d’entre-nous, voici notre cher Président de la République, Emmanuel MACRON, semblant être attaché aux sort de ceux-ci, par humanisme, compassion, ou plus politiquement pour socialiser son image, par intérêt envers l’opinion, voire électoral préparant à 2022… Si la mission du Président de notre République française est bien évidemment de réduire ses inégalités sociales et conjoncturelles, l’on peut socialement s’interroger sur la demande des Restos du Coeur de chercher à pérenniser son financement de ressources européennes. Si l’équilibre budgétaire de cet organisme est limite, en quoi et pourquoi rechercher à le financer à cette échelle ? La politique sociale française ne se suffirait-elle plus à elle-même ?En l’européanisant, n’ouvrons-nous pas la porte malheureuse à une une misère européenne, voire mondialisée avec les déplacements actuels de migrants ? En quoi un Président de la République peut-il y répondre à ce niveau ? Est-ce réellement sa place institutionnelle, sa mission et cela entre-t’il dans ses attributions et compétences ?Pourquoi, ainsi, n’irait-il pas visiter les autres associations et missions humanitaires, O.N.G de défense des libertés et de lutte contre les (autres) misères humaines, sociales et sociétales ? Misères que, par-ailleurs, la politique sociale globale qu’il conduit, crée, renforce, développe. Alors, en cela, tient-il encore là, une fausse posture, un double langage, une sémantique communicationnelle, plutôt qu’un vrai soutien dont nos plus précaires ont vraiment besoin ? Ce balai de véhicules aux vitres fumées face à la misère, avait-il, à n’en pas douter comme la presse l’a (pertinemment) relevé, un goût amer de fausse pudeur arrangée : On ne peut pas « jouer » avec les pauvres !

Auteur : Eric MURET

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *