Pour la préservation des races animales menacées de disparition

Frédéric BOUCHAREB, Docteur vétérinaire, spécialiste de sécurité alimentaire, membre du Comité national du MdP, est intervenu auprès du Ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur le risque de disparition d’une centaine de races animales française si aucune mesure de préservation n’est prise.

S’associant à cette démarche, Sébastien NADOT, député et porte-parole national du MdP, est quant à lui intervenu auprès du ministre de la transition écologique et solidaire.

Les progressistes du MdP marquent là leur attachement à un pan de notre patrimoine national mais aussi à la préservation de la faune et de la flore de notre pays.

Monsieur le Ministre,

Un peu plus de cent races animales Françaises, fermières pour l’essentiel, se trouvent aujourd’hui menacées de disparition. Ces espèces, dites « races animales à faible effectif », souvent victimes d’une absurde standardisation, ne doivent leur salut précaire qu’à des associations qui se battent dans nos régions avec la rage du désespoir.

A l’image de la poule naine « Pictave », poule préférée des rois de France en raison de ses qualités de couveuse exceptionnelle, ou encore de la chèvre Provençale, c’est un patrimoine inestimable car irremplaçable qui est menacé d’extinction.
Ce patrimoine, peu connu et pourtant indissociable de l’histoire de France, est véritablement en sursis.
Les Présidents de nombreuses associations, qui se battent dans nos terroirs pour sauvegarder cette richesse, m’ont demandé de les aider lors du dernier Concours de la vache Charolaise.
J’ai accepté et décidé d’agir en m’appuyant sur des élus et des militants de la cause écologiste, répartis sur l’ensemble du territoire.

Avec 64 millions d’animaux de compagnie pour 65,5 millions d’habitants, notre pays abrite la plus importante population d’animaux domestiques d’Europe. C’est bien la preuve de l’affection des Français pour le monde animal. En outre, le succès croissant du Salon de l’agriculture à Paris, confirme que nos compatriotes sont autant attachés aux animaux de ferme, qu’aux animaux de ville.

S’impliquer dans la préservation de ces animaux dont étaient entourés nos aïeux, revêt ainsi une double importance :
– Agir pour la protection animale,
– Agir pour la préservation d’un pan de notre patrimoine.

Ces animaux de fermes ont été victimes d’une standardisation des variétés animales, pensée dans un but exclusivement mercantile, au nom de la rentabilité.
Il est particulièrement révoltant, que nous sachions en France, reconditionner et ainsi sauvegarder d’antiques JUVA 4, 2 CV, 4 CV, VW Coccinelles, … et que nous soyons incapables de conserver un patrimoine animalier qui, s’il s’éteint, s’éteindra à jamais.

Agir pour la préservation des races animales locales, séduirait indubitablement une majorité de Français.

Intervenir devient urgent, l’échange que j’ai eu récemment avec le Directeur du Conservatoire des races d’Aquitaine à Bordeaux, est sans équivoque. Son homologue de l’ancienne région Poitou-Charentes partage le même désarroi.

Je vais donc tenter de mutualiser les forces, les convictions et la détermination de tous ces bénévoles en France, en créant une association fédératrice, avec l’espoir de sauver notre héritage commun.

Un engagement fort du gouvernement, permettrait ainsi aux générations futures de découvrir dans les champs, plutôt que dans les encyclopédies, ce qu’est un âne Bourbonnais dont il ne reste en France que 39 femelles potentiellement reproductrices, ou bien encore une poule Gauloise dorée dont il ne reste que 50 reproductrices (potentielles) , sans oublier la vache Bordelaise dont il ne reste que 87 femelles.

Si rien n’est fait rapidement, ces lignées animales disparaîtront progressivement, à l’image de la vache « Bazougers » (originaire de la Mayenne) aujourd’hui éteinte à jamais.

En vous remerciant d’avoir pris le temps de lire ce courrier, je vous pris d’agréer Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Poitiers le 24 novembre 2017.

Frédéric BOUCHAREB,
Dr Vétérinaire, spécialiste de la sécurité alimentaire,
Élu écologiste indépendant à Poitiers,
Ancien Délégué d’ «Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières»,
Courriel : bfk86@orange.fr.

PS : Copie de ce courrier adressée au Mouvement des Progressistes, avec les remerciements des écologistes progressistes qui se battent pour la préservation de la faune et de la flore dans notre pays.

Auteur : Frédéric Bouchareb

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *