REVELATIONS SUR LE MDP

Pour être invité sur les plateaux télé et dans les studios de radios, il faut visiblement avoir quelque chose de croustillant à raconter. Je me décide donc à dévoiler les dossiers secrets du MDP, dont je suis membre actif depuis 2013. Alors voilà, je me lance. Je pourrais vous dire que notre fondateur, souvent brocardé pour sa taille, collectionne les nains de jardin, lui qui se définit comme une « vieille barbe ». Ou que l’un de nos députés a installé chez lui toute une pièce rituelle sur les chevaliers champions de joute sur les terres occitanes. Pire encore, que nous nous vouons régulièrement à d’étranges rites d’inspiration vaudou pour distiller dans les esprits crédules nos idées progressistes.
Malheureusement, nous n’avons rien de croustillant à raconter. Nous n’avons pas désigné de boucs émissaires à tous les maux de notre société (les migrants, les jeunes, les femmes, les chômeurs, les médias, les propriétaires de trottinettes, les programmes de Récré A2, etc.) Nous n’accusons pas systématiquement les responsables politiques pourris et nous ne leur demandons pas de tous dégager. Nous ne sortons pas des chiffres sortis de nulle part pour justifier les idées les plus nauséabondes. Nous ne sommes que des femmes et des hommes, engagés dans ce mouvement et dans nos vies professionnelles et personnelles, avec des parcours très divers. Nous avons même des élus dans les conseils municipaux, départementaux, régionaux et deux députés.
Malgré notre présence sur internet et les réseaux sociaux, malgré nos publications, nos propositions, nos contributions, nous ne franchissons pas la barrière médiatique. L’époque est au cynisme permanent, au « régressisme » outrancier, au ricanement incessant. Nous payons les frais de notre positionnement dans une gauche ouverte, responsable, fédératrice contre l’extrême droite, d’où notre soutien à Emmanuel Macron en 2017, face à l’absence d’alternative crédible pouvant battre Marine Le Pen et alors que la gauche s’est éclatée. Ce n’est guère mieux à droite et à l’extrême droite, me direz-vous… « Les partis politiques vont mourir et ils ne le savent pas » a écrit notre ami et fondateur Robert Hue dans un livre paru en… 2014 !
Nous avons très certainement des progrès à faire en communication (sans devenir ces communicants imbuvables qui monopolisent les débats), mais nous ne pouvons que constater, à part de rares exceptions, l’absence de parole humaniste et progressiste. Telle responsable des Républicains aura bien plus l’occasion de faire le buzz avec ses provocations haineuses que notre député et ami Sébastien Nadot quand il prend fait et cause pour le Yémen. C’est un constat amer, mais nous ne baisserons pas la garde et, au lieu de nous plaindre, nous continuerons à critiquer en proposant, à analyser plutôt que commenter, à conserver une vision européenne plutôt qu’un point de vue autocentré autour d’un leader omniprésent et à l’égo démesuré
Voilà donc la seule révélation que j’ai à vous faire : c’est qu’il n’y en a pas, justement…

Nicolas Céléguègne
Délégué national du MDP à l’égalité des chances

Auteur : Nicolas Céléguègne

3 commentaires

  1. Les progressistes sont évidemment pour le progrès humain, social et écologique. Non pour une régression sociétale basée par d’étranges communicants ne voyant que la forme et plus rarement le fond… !

    Publiez une réponse
  2. Tu as oublié dans ton texte « Les Chevaliers du Zodiaque » mais mis à part cette « Private Joke » je partage ton point de vue étant dans le métier de la communication. Nous sommes en progrès. Souhaitons-nous un bel été progressiste! Anne

    Publiez une réponse
  3. Les sujets des journalistes sont incomplets, quand on reunit les chiffres mis en relation les discours officiels sont ridicules, le mdp est il trop conscensuel ou pas assez ?

    Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *