Taxes sur les carburants, ou comment se servir l’écologie.

Résumé de mon intervention lors de la délibération, en lien avec l’actualité nationale – Conseil municipal de Poitiers – lundi 03 décembre 2018.

Par Frédéric Bouchareb,
Conseiller municipal écologiste à Poitiers,
Membre du Mouvement des Progressistes.

« Gilet jaune » et « Couverture écologique », ou comment accabler l’écologie.

Dès la naissance du mouvement des « Gilets jaunes », je me suis trouvé confronté à un épineux cas de conscience, comme d’autres probablement.

Devais-je me montrer solidaire de ceux qui « crèvent » économiquement, ou devais-je plutôt me montrer solidaire de ceux qui prétendent travailler pour que l’environnement ne « crève » de la pollution?
Car c’est sous cette forme réductrice, que le bras de fer Gouvernement – Gilets jaunes (Société civile), nous a été présenté.

Et si la vérité était tout autre ? Et si ce gouvernement se servait de l’écologie pour s’obstiner dans un pilonage fiscal qui devient de plus en plus intenable pour nos compatriotes.

Ne nous y trompons pas, cette nouvelle taxation ne servira pas la transition écologique, il ne s’agit pas de fiscalité écologique, il s’agit uniquement d’une fiscalité compensatrice, destinée à amortir par exemple, la baisse de la taxe d’habitation ou bien encore la disparition de l’ISF.

Comment ce gouvernement pourrait-il se soucier de la transition écologique, alors qu’il a poussé à la démission son propre Ministre de la transition écologique ?

Comment ce gouvernement pourrait-il être crédible, sachant que son chef, le Premier Ministre, avait voté contre les lois sur la transition énergétique et sur la biodiversité, alors qu’il était Député ?

Si lui l’a oublié, les écologistes le garde en mémoire.

Souvenons-nous par ailleurs des propos de celui qui, alors qu’il était Ministre de l’économie, avait clamé lors d’un déplacement en 2016, en Aveyron : « l’avenir du diesel passe par l’innovation », tout en soulignant « l’importance de l’industrie des véhicules diesel pour les Français qui ont le moins de pouvoir d’achat ».

Les Français jugeront et ils se souviendront.

Ils « apprécieront » également le fait que cette énième taxe, cible une fois de plus «l’ automobiliste par nécessité » (première vache à lait en France), c’est à dire celui qui, quelque soit le prix du carburant, ne pourra faire autrement que de prendre sa voiture pour aller travailler.

Il est vrai que jusqu’à ces derniers temps, « faire les poches » des automolistes nécessitait moins d’audace que de « faire les poches » des agriculteurs, des routiers, voir même des pêcheurs, qui pourtant ne remplissent pas leurs réservoirs d’hydrogène non carbonnée.

Les temps changent, mais la contestation populaire persiste, qu’elle soit rouge, verte ou jaune, désormais.

Il faudra bien finir par comprendre que l’écologie n’est pas un fond de commerce, c’est une doctrine visant à un meilleur équilibre entre l’homme et son milieu naturel.
Imposer brutalement cette nouvelle contribution injuste, ne fera que braquer des pans entiers de la population contre une mesure faussement environnementale, en laissant à penser que l’écologie serait avant tout, punitive.

Les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ne cessent de le répéter : si l’humanité veut espérer stabiliser le réchauffement climatique en cours à +2°C d’ici à la fin du siècle, en améliorant la qualité de l’air qu’elle respire, elle doit diminuer de toute urgence et drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre et de CO2. Voire les stopper définitivement.
Pour y parvenir, outre une consommation énergétique plus raisonnable, une seule solution : développer les énergies décarbonées, propres et renouvelables pour les substituer aux énergies fossiles, ultra-polluantes et responsables de plus de 80% des émissions de CO2.
Les pistes de travail existent, l’exemple de l’hydrogène non carbonée en est une.

Frédéric Bouchareb
Conseiller municipal écologiste à Poitiers
Membre du Mouvement des Progressistes.

Auteur : Frédéric

1 commentaire

  1. Assez d’accord sur l’esprit général, avec en particulier la nécessite écologique et le fait que le gouvernement avait ciblé les automobilistes comme cible facile… Mais avec cependant des différences, je demeure favorable a la taxation comme orientateur des pratiques.
    Sur l’aspect hydrogène non carbone, il y a ces temps ci beaucoup de gens qui disent de grosses bêtises dessus (à commencer par Cohn Bendit il y a 10 jours sur France Inter). Ce n’est pas une énergie primaire tout comme l’électricité. Les énergies primaires sont le pétrole, le gaz, le charbon, le solaire, l’hydraulique, le nucléaire. Donc Hydrogène décarbonné ok mais produit avec quelle énergie ?

    Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *