Togo : Pour Sébastien Nadot, Faure Gnassingbé est président parce qu’il détient le pouvoir militaire !
Fév18

Togo : Pour Sébastien Nadot, Faure Gnassingbé est président parce qu’il détient le pouvoir militaire !

Sébastien NADOT, député MdP de Haute-Garonne, membre de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, poursuit ses actions en faveur de la vérité des urnes au Togo. Dans une interview donnée le mercredi 17 février au journal LIBERTE, il dénonce un véritable coup d’état...

En savoir plus
Un nécessaire contrôle de  nos armées…avant 2022 !
Fév16

Un nécessaire contrôle de nos armées…avant 2022 !

L’opération militaire « Turquoise » de la France au Rwanda, bien qu’autorisée par l’ONU, a failli dans sa mission de mettre fin au génocide de la minorité tutsie. Le mandat du tandem Mitterand-Balladur aux armées n’était pas clair, c’est un euphémisme. Une fois encore le parlement n’aura pas été associé aux décisions sur notre rôle au Rwanda, bien qu’ayant formé les miliciens au préalable et laisser radio « mille collines » diffuser ses messages de haine.             Le massacre des civils bosniaques musulmans à Srebrenica en 1995 résonne encore de cette incapacité complice, sous mandat de « casque bleu », à intervenir à temps avec les Forces hollandaises également présentes sur place.             En 2021, l’armée française serait-elle à l’origine d’une nouvelle « bavure » : le bombardement d’un mariage à Bounti dans le centre du Mali, dans le cadre de l’opération Barkhane ? En dépit du fait que l’état major des armées réfute cet événement, c’est l’ouverture d’une enquête par la communauté internationale qui devrait permettre d’établir la vérité et libérer la parole de la grande muette.             Sans attendre les résultats, il convient de refuser collectivement que l’opération Barkhane, qui dure depuis 2014, « enjambe » les élections de 2022 dans l’opacité du début comme le souhaite le Président de la République, Emmanuel Macron. Les forces d’alternance en présence, écologistes et de gauche, devront en débattre ensemble pour l’avenir.             Si nous déclarons la fin du néo-colonialisme en 2022, il convient dès à présent de définir clairement les conditions d’une aide au développement cohérente (agriculture, santé, éducation) avec nos partenaires européens. Il convient aussi de décréter qu’à partir de 2022 une intervention éventuelle visant à défendre nos intérêts vitaux (libre circulation de nos navires, respect des eaux territoriales…etc.) soit ratifiée par un vote au parlement. Et il s’agira aussi de prendre les contacts diplomatiques préalables à la construction d’une armée européenne dont le poids serait partagé. Jean Couthures, membre du bureau national du...

En savoir plus
La Recherche est en panne, adressez-vous à Bercy !
Fév09

La Recherche est en panne, adressez-vous à Bercy !

             L’initiative « Sauvons la recherche » avait dès 2003 lancé l’alerte. La recherche et développement est désormais en panne, chacun peut le constater dans l’actualité. Pas de vaccin en perspective ni de traitement contre le Covid 19 mis au point dans nos labos, manque de puces électroniques pour les chaînes de montage automobile…Ces exemples récents constituent les premiers signes cliniques du décrochage de notre recherche qui entraîne à son tour une perte de compétitivité et accentue la chute de notre industrie. Pourtant direz-vous, l’effort de recherche de notre pays se monte à 50,6 milliards d’euros, budget de l’ordre de 2,25 % du PIB. C’est oublier un peu vite que notre effort n’a pas évolué depuis 30 ans, avec une relégation au 13ème rang pour cet indicateur. Notre budget de recherche est ainsi plus de 2 fois inférieur à celui de l’Allemagne, bien éloigné de l’objectif de l’Europe de porter l’effort de recherche à 3% en 2020.             L’origine du mal endémique se trouve à Bercy, le ministère de la recherche suivant toujours ses directives. La création d’agences, sous influence des technos spécialistes du « management », en vue d’évaluer les performances  scientifiques a induit la concurrence à outrance entre labos, entre personnes. Course pour les budgets, qui occupe l’essentiel du temps de travail des dirigeants des labos, postes créés en nombre insuffisant pour consolider les équipes ou adhérer à de nouveaux programmes, attractivité des carrières très discutable, en particulier pour les labos implantés dans les structures universitaires. Heureusement qu’existent les programmes cadres européens, qui restent le premier instrument de financement pour la recherche et l’innovation à l’échelle du continent. Mais nos partenariats restent insuffisants pour une vision partagée et une dynamique vertueuse pour la création d’emplois dans les secteurs innovants.             La situation actuelle pourrait évoluer favorablement à la condition de remettre en cause la partition entre effort public (1/3 du budget) et l’effort privé des entreprises (2/3 du budget). On constate que pour le « programme d’investissements d’avenir », le plan Nano 2022 et le plan pour l’Intelligence Artificielle échappent au contrôle du Parlement, de même que le secteur de l’armement. Le CICE lancé par F.Hollande est un échec car les aides massives (40 milliards par an)  n’ont pas été conditionnées à des résultats industriels tangibles ni à la création d’emplois pérennes. Le Pacte de responsabilité est monté à 110 milliards pour la même période. Ne voulant pas rester en marge du processus, les Régions, Départements et certaines villes ont cru bon de décliner une dimension territoriale au travers des pôles de compétitivité, des grappes d’entreprises. Quelle forfaiture, quel mépris pour les citoyens !             Madame Vidal, vous pouvez partir sans regret avant 2022,...

En savoir plus
Situation au Cameroun – Sébastien Nadot : « On ne peut pas rester silencieux après tant de massacres »
Fév08

Situation au Cameroun – Sébastien Nadot : « On ne peut pas rester silencieux après tant de massacres »

Une interview de Sébastien NADOT, député MdP de Haute-Garonne, membre de la commission des affaires étrangères, sur la situation au Cameroun anglophone. Par Joseph Essama, publiée le 7 février 2021 sur le site News du Camer. Vous êtes très critique de la situation de crise qui prévaut au Cameroun anglophone, qu’est ce qui explique votre  intérêt particulier pour cette crise ? Je suis parlementaire français. En plus d’être Législateur, la Constitution de mon pays me confère un rôle précis : contrôler l’action du gouvernement. Comme je suis à la Commission des affaires étrangères, je prête une attention particulière à la politique menée par le ministre en charge de l’Europe et des Affaires étrangères. Par ailleurs, j’ai été interpelé à plusieurs reprises par des ressortissants camerounais m’alertant sur la situation déplorable en matière de droits de l’homme au Cameroun. Vous le savez, j’ai eu de nombreux échanges avec Amadou Vamoulké, ancien directeur de la CRTV, lequel est toujours emprisonné, au mépris de toutes considérations de justice, de dignité et d’humanité. Les prisonniers d’opinions et les journalistes sont particulièrement malmenés au Cameroun. Maurice Kamto en a été victime et certains leaders politiques anglophones également. Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères français, s’est rendu à plusieurs reprises au Cameroun, mais il est dans le déni, comme les autorités camerounaises, quant à reconnaître qu’il y a un conflit extrêmement inquiétant et violent avec le Cameroun anglophone. Après les massacres de N’Garbuh, de Kumba et plus récemment de Mautu, on ne peut rester silencieux quand on est responsable politique d’un pays dont la Constitution est un héritage de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Or, si la Constitution est un guide pour chaque citoyen français, elle l’est également pour le Législateur que je suis et devrait l’être encore davantage pour le ministre des Affaires étrangères. Comme le pouvoir exécutif français ne fait pas à, mon sens son, devoir vis-à-vis la crise anglophone, j’estime remplir le mien en informant mes concitoyens et aussi en réclamant des comptes à la diplomatie française, trop molle et silencieuse sur ce qui est, quel que soit sa dénomination, un désastre humain. Déjà près de 4 ans que ce conflit dure et selon votre analyse, on ne voit ni le Cameroun, ni la communauté internationale résolument engagés pour trouver des solutions concrètes pour mettre fin à  cette crise. Qu’est ce qui vous fait dire cela ? Je ne crois pas que ce soit mon rôle de juger des autorités camerounaises. Je suis parlementaire français. Je peux seulement dire que je mesure comme tout Camerounais que la situation est déplorable et parait s’envenimer un peu...

En savoir plus
Le rassemblement des écologistes pour redonner espoir et confiance !
Fév01

Le rassemblement des écologistes pour redonner espoir et confiance !

Intervention de François BECHIEAU au Conseil Fédéral d’EELV Dimanche 31 janvier 2021 Cher.es ami.es d’Europe Ecologie Les Verts, Cher.es ami.es partenaires du Pôle écologiste, Je suis très heureux d’être présent à vos côtés aujourd’hui pour présenter aussi clairement que possible le Mouvement des Progressistes et marquer notre attachement à la construction de ce large rassemblement des forces écologistes à laquelle nous participons maintenant depuis près de deux ans. Permettez-moi de revenir dans un premier temps sur l’histoire récente de mon mouvement et sur son esprit. Le 4 novembre 2009, il y aura bientôt 11 ans, le Mouvement Unitaire Progressiste était créé. Nous avions parlé à l’époque de « l’émergence d’une nouvelle force progressiste et transformatrice en rupture avec le productivisme exacerbé ». Pour « agir, rassembler les uns et les autres dans l’élaboration commune d’une alternative progressiste au néolibéralisme, dans l’élaboration d’un programme de profonde transformation sociale. » « Un projet qui puisse un jour prochain être porté au gouvernement, et qui s’inspire directement des aspirations, des revendications et des luttes de toutes les forces vives de notre pays ». Nous souhaitions « contribuer à la construction d’une société nouvelle, post capitaliste, fondée sur le progrès social, la préservation du potentiel humain et écologique de la planète, le développement de la recherche et de l’éducation, la démocratie politique et économique, la suppression de toutes les armes de destruction massive. » Nous souhaitions un nouveau mouvement pour rassembler très largement et contribuer à co-construire « une véritable politique de gauche, écologiste, de progrès, de lutte contre les inégalités, pour l’emploi, le bien être, la connaissance… » Nous souhaitions un mouvement de rassemblement, unitaire, de transformations profondes de la société. Les bases de notre mouvement, son esprit – très ouvert et résolument porté vers la construction d’une alternative écologiste, sociale et solidaire – étaient ainsi posées. Aujourd’hui,cela n’a pas changé et notre volonté de rassemblement en vue de construire une alternative crédible écologiste, sociale et solidaire, s’est amplifiée avec la gouvernance Macron. Cela nous a conduit à participer pour l’élection européenne de 2019 à Urgence Ecologie aux côtés de nos amis de GENERATION ECOLOGIE. Et ce même esprit très fédérateur nous a conduit à rejoindre notre pôle écologiste commun dès le début de l’été 2019. J’avais parlé à l’époque, le 9 juillet, lors d’une conférence de presse organisée devant l’incinérateur d’Ivry-sur Seine, d’un compromis historique des écologistes. Après les belles victoires remportées aux élections municipales l’an passé, la vague verte, je reste convaincu que ce compromis historique, ce rassemblement des forces écologistes que nous souhaitons et que nous sommes en train de construire, sera demain la seule façon de renverser démocratiquement la gouvernance actuelle, de porter l’écologie politique au...

En savoir plus
Le Mdp dans le rassemblement de soutien aux victimes de l’agent orange !
Jan30

Le Mdp dans le rassemblement de soutien aux victimes de l’agent orange !

Le Mouvement des Progressistes était représenté ce samedi 30 janvier au rassemblement organisée à Paris, Place du Trocadéro, par le Collectif Vietnam Dioxide en soutien aux victimes de l’agent orange. François BECHIEAU, secrétaire national du MdP, et Jean COUTHURES, membre du bureau national, ont pu échanger avec Mme TRAN TO NGA, victime franco-vietnamienne qui se bat depuis 2015 contre les industriels américains de l’agrochimie, dont Monsanto et Dow Chemicals, et les a assigné en justice pour obtenir réparation des souffrances endurées du fait des épandages de l’agent orange. Communiqué de Jean COUTHURES, membre du Bureau national du MdP, à l’occasion de l’ouverture du procès de l’agent orange – Solidarité et justice pour les victimes du Vietnam, du Cambodge et du Laos. Dès 1961, l’armée américaine a procédé à des épandages aériens de l’agent orange, puissant défoliant visant à détruire les cultures et la forêt. Ce poison, fabriqué par Monsanto et Dow chemicals, a permis d’éradiquer toute végétation avant que le napalm et les bombes à fragmentation ne tentent de mettre fin à la résistance contre l’impéralisme. Ce sont quelques 84 millions de litres qui ont été déversés en 10 ans, détruisant 43 % des terres arables et 44% de la forêt. Alors que la guerre est terminée depuis 45 ans, on estime que trois millions de personnes souffrent encore des conséquences de cet écocide. En effet, la dioxine composante de l’agent orange, est une molécule très stable dans l’environnement, avec une forte affinité pour les lipides. Des cancers, lymphomes et leucémies, en résultent, mais aussi la cécité, le diabète et des malformations congénitales. La compétence restaurée en 2013 en France du juge en matière de droit international permet enfin d’attaquer Monsanto et Dow chemicals. Merci Madame Tran To Nga de dénoncer, au nom de l’humanité, ce crime de...

En savoir plus