Journée internationale des droits de l’enfant – En France, on attend (toujours) un vaste plan d’urgence pour lutter contre la pauvreté et les inégalités !
Nov20

Journée internationale des droits de l’enfant – En France, on attend (toujours) un vaste plan d’urgence pour lutter contre la pauvreté et les inégalités !

Le 20 novembre 1989, l’ONU adoptait à l’unanimité la Convention relative aux droits de l’Enfant. Les droits de chaque enfant du monde étaient désormais reconnus par un traité international, ratifié par 195 Etats ! Depuis, le 20 novembre a été déclaré Journée internationale des droits de l’enfant – un temps fort que le Mouvement des Progressistes ne manque pas de marquer chaque année. Une Convention internationale extrêmement forte qui affirme qu’un enfant n’est pas seulement un être fragile qu’il faut protéger mais que c’est aussi une personne qui a le droit d’être éduquée, soignée, protégée, quel que soit l’endroit du monde où elle est née. Et que cet enfant a également le droit de s’amuser, d’apprendre et de s’exprimer ! A l’occasion de cette journée mondiale, le Mouvement des progressistes s’associe à la demande, déjà ancienne, hélas, de très nombreuses associations, d’un vaste plan anti pauvreté comprenant notamment l’ouverture de places d’hébergement pérennes et de logements accessibles aux plus démunis, et tout particulièrement aux familles avec enfants. Le Mouvement des Progressistes partage pleinement l’exaspération des associations face à l’explosion de la pauvreté et de la précarité en cette période si néfaste de crise sanitaire qui poussent aujourd’hui encore plus de familles et d’enfants à vivre dans la rue ou dans des conditions d’habitat d’extrême précarité. Notre République a le devoir de garantir un avenir à tous ses enfants et la pleine effectivité de leurs droits ! Le MdP poursuivra ses interventions et ses actions pour qu’il en soit réellement ainsi demain. François BECHIEAU, Secrétaire national du Mouvement des...

En savoir plus
Crise électorale en Guinée, Sébastien NADOT, une voix singulière de la France !
Nov19

Crise électorale en Guinée, Sébastien NADOT, une voix singulière de la France !

Merci à Les Grandes Gueules Espace Guinée de m’avoir permis de faire valoir une voix de la France à Conakry et dans tout le pays. Partout où la démocratie est mise à mal, la France doit délivrer son message universel. Et la voix du Président Macron se fait attendre...

En savoir plus
Loi sécurité globale : un Parlement fantoche, un gouvernement qui s’essuie les pieds dessus.
Nov17

Loi sécurité globale : un Parlement fantoche, un gouvernement qui s’essuie les pieds dessus.

Intervention de Sébastien NADOT, député de Haute-Garonne, prononcée lundi 16 novembre 2020 à la tribune de l’Assemblée nationale Ce projet de loi pose problème car il participe d’une dynamique sécuritaire globale préoccupante qui imprègne l’ensemble des lois portées par le Gouvernement.Museler le journalisme d’investigation et faire régner le nouvel ordre sécuritaire de la surveillance par drones, interdire l’accès aux librairies mais aussi interdire de filmer l’action des forces de l’ordre.Comment s’appelle ce nouveau monde ? Si certaines privations de liberté peuvent s’entendre par ces temps de pandémie, comment ne pas s’inquiéter de cette dynamique sécuritaire qui se retrouve même dans la Loi de programmation de la Recherche, qui intègre la pénalisation des manifestations au sein des établissements universitaires. 3 ans d’emprisonnement et 45000 euros d’amende pour de l’agitation estudiantine !Il faut détester notre histoire ou la méconnaitre pour lui faire pareille insulte. Partout, les autorités civiles viennent ainsi restreindre les libertés de circuler, de se réunir, de manifester, de faire du commerce, d’expression artistique, de la presse, de l’exercice des cultes, et même d’aller ramasser des champignons. ET POURTANT, dans le même temps, les principaux facteurs d’insécurité ne font l’objet d’aucun traitement particulier : pauvreté, précarité économique croissante, creusement des inégalités, désastres écologiques, appauvrissement de services essentiels pour nombre d’entre nous – service de santé, d’éducation ou de recherche notamment. Il est vrai que la tentation est grande. Quoi de plus simple pour un haut fonctionnaire parisien – ou un ministre – d’imposer des interdits de toutes sortes – fermons les bars, les restaurants, les petits commerces, les librairies, les universités, les lieux d’expression et de prière – plutôt que d’assumer ses responsabilités par ces temps difficiles et ne restreindre les libertés que la où c’est absolument indispensable. Nous mettons actuellement entre parenthèse des droits fondamentaux sans débat, sans rechercher le consentement libre et éclairé des citoyens !Notre parlement est un parlement fantoche !Et le Gouvernement s’essuie les pieds dessus ! Cette proposition de loi sur la Sécurité Globale amenée par deux députés aux ordres plutôt qu’un projet de loi assumé du Gouvernement : ça évite au Gouvernement d’être contraint par l’étude d’impact et l’avis du Conseil d’Etat.Catastrophique également, ce recours aux ordonnances pour des sujets aussi sensibles que les activités privées de sécurité. Nous glissons doucement mais surement vers une autre forme de régime politique. Sans jamais répondre à l’insécurité des plus démunis, l’État s’est mis à son propre service et au service du prince, première étape de l’Etat sécuritaire. Ma liberté est bien triste cette semaine.Et pour combien de temps encore...

En savoir plus
Handicap – Un Comité interministériel hélas sans ambition inclusive !
Nov16

Handicap – Un Comité interministériel hélas sans ambition inclusive !

Le Comité interministériel du handicap s’est réuni ce 16 novembre autour du Premier Ministre, Jean CASTEX. Dans un contexte de crise sanitaire qui touche prioritairement les populations les plus fragiles, suite à la promesse du chef de l’Etat de faire du handicap une « grande cause » du quinquennat, les 12 millions de personnes en situation de handicap pouvaient espérer, avec leurs associations, des décisions  concrètes et majeures : il n’en est rien ! Si l’on peut se féliciter que la Prestation de Compensation du Handicap reconnaisse enfin l’aide à la parentalité pour quelque 17 000 parents en situation de handicap, son forfait journalier sera très insuffisant et les parents ayant un handicap mental, psychique ou cognitif en seront exclus. En matière d’emploi des personnes en situation de handicap, pas d’annonce forte en dehors de campagnes de sensibilisation des entreprises ou du prolongement jusqu’en juin de l’aide de 4000 euros pour toute embauche, mais à budget égal prélevé sur le plan de relance. Pour le reste, le Premier ministre s’est contenté de réitérer les promesses émises par le chef de l’Etat en février dernier lors du discours de clôture de la Conférence nationale du handicap. Des intentions du Premier ministre qui ressemblaient fortement à un début de quinquennat ! Les dossiers brûlants comme l’effectivité d’une école inclusive, l’engagement de négociations pour un Revenu individuel d’existence propre aux personnes en situation de handicap, la pleine reconnaissance des professionnels du médico-social (oubliés du Ségur de la santé), les places nouvelles en établissements spécialisés ou l’accès au droit à une vie affective et sexuelle n‘ont pas été évoqués ou fortement négligés. Enfin, le Mouvement des Progressistes dénonce vivement l’absence totale de mesures concrètes pour accompagner et aider au renforcement et à l’accélération de l’accessibilité universelle pour les bâtiments et établissements recevant du public, les transports ou pour impulser des politiques publiques d’aménagement du territoire véritablement inclusives. Pierre MOZE, Porte-parole national du Mouvement des Progressiste, Délégué national en charge du...

En savoir plus
Des mesures fortes attendues pour les 12 millions de personnes en situation de handicap !
Nov15

Des mesures fortes attendues pour les 12 millions de personnes en situation de handicap !

Un Comité Interministériel du Handicap est convoqué ce lundi 16 novembre par le Premier ministre, Jean CASTEX. Le Mouvement des Progressistes (MdP) accueille de manière positive cette initiative gouvernementale, les personnes en situation de handicap, leurs proches et les professionnels du médico-social ayant été particulièrement négligés depuis le début de la crise du Covid-19. Mais il convient de rappeler que ce CIH intervient neuf mois après une Conférence nationale du handicap (11 février 2020) où les déclarations d’intention positives du chef de l’Etat, lâchées sous la mobilisation des principales associations de personnes en situation de handicap, n’ont pas été globalement concrétisées à ce jour. Ce CIH doit donc être l’occasion que le gouvernement s’exprime quant à l’état d’avancement exact des promesses.  Le MdP attend surtout de ce CIH une mise au point, claire et transparente, des intentions du gouvernement en matière de politique publique du handicap jusqu’à la fin du quinquennat. Car si le président Emmanuel Macron avait affiché sa volonté, à son arrivée à l’Elysée, de faire du handicap une « grande cause », force est de constater que les trois premières années dudit quinquennat  n’ont pas été à la hauteur. Le Mouvement des progressistes, engagé dès sa création en faveur d’une société inclusive et solidaire, soutien pleinement les associations du champ du handicap dans leur exigence de réponses concrètes et urgente aux attentes des personnes en situation de handicap. Plusieurs dossiers appellent ainsi des réponses rapides : 1) ressources : suppression de la prise en compte des revenus du conjointe (e) dans le calcul de l’AAH et revalorisation immédiate de cette allocation à hauteur de l’inflation ; hausse de la prestation de compensation du handicap (PCH), tant dans ses tarifs que dans son périmètre et sans barrière d’âge. Le gouvernement doit aussi  engager d’urgence les travaux en faveur d’un revenu spécifique et individuel d’existence au moins égal au smic pour celles et ceux ne pouvant pas ou plus travailler. 2) santé : accès au droit de soins sans discrimination, qu’il s’agisse de soins d’urgence, de réanimation ou de ville par une formation et sensibilisation des professionnels de santé. 3) logement : il convient d’offrir le libre choix du lieu de vie sur le territoire. Cela impose un retour à une obligation de 100 % de logements neufs accessibles (contre les 20% désormais prévus par la récente loi ELAN entravant gravement le droit à l’accessibilité universelle) ;  la loi Elan pénalise ainsi non seulement les personnes en situation de handicap mais aussi les personnes vieillissantes, voire les personnes ponctuellement à mobilité réduite. 4) autonomie : institution d’une véritable 5e branche de la sécurité sociale dite « autonomie » fondée sur la solidarité nationale.    5) Maisons Départementale des Personnes...

En savoir plus
Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015
Nov13

Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015

Il y a cinq ans, le 13 novembre 2015, l’horreur absolue touchait notre Communauté nationale avec des attentats islamistes d’une barbarie inouïe, perpétrés dans la soirée au Stade de France puis dans les 10e et 11e arrondissements de Paris, et au Bataclan. Emotion, consternation, c’est notre République toute entière qui, visée, avait alors répondu unie et soudée dans les jours suivants pour rendre hommage aux 130 victimes innocentes lâchement et monstrueusement enlevées à la vie par une poignée d’illuminés. Soutien et hommage à toutes les victimes de cette barbarie. Le mouvement des Progressistes leur rend aujourd’hui hommage et nous rappelle au souvenir de toutes les victimes de cet attentat ainsi qu’à celui de toutes les victimes des attentats survenus hélas depuis. Il apporte aussi tout son soutien à leurs proches et familles, à toutes celles et ceux qui souffrent aujourd’hui encore très injustement de la perte d’un être cher. La République reste unie face au terrorisme. Paris, le 13 novembre 2020 François BECHIEAU, secrétaire national du Mouvement des...

En savoir plus