Caucase – Le virus de la guerre !
Juil23

Caucase – Le virus de la guerre !

Les affrontements de ces derniers jours entre l’Arménie et l’Azerbaidjan étaient malheureusement prévisibles. Depuis 25 ans et la fin de l’Union Soviétique, ces deux ex-républiques socialistes du Caucase s’affrontent régulièrement. Pour bien comprendre la situation, un bref rappel historique semble nécessaire. Le principal point de friction entre les deux pays reste la région du Haut-Karabakh. Région rattachée à la République Socialiste Soviétique d’Azerbaïdjan sous Staline, mais majoritairement peuplée d’Arméniens. À la fin des années 1980, l’Arménie apporte son soutien à la déclaration d’indépendance du Haut-Karabakh. Cette situation déclenche la guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Guerre qui ne prendra fin qu’en 1994 grâce à un accord de cessez-le-feu en faveur de l’Arménie. Bilan de ce terrible conflit dans le Caucase : 30 000 morts et plus d’un million de réfugiés (essentiellement Azeris). Un territoire Azerbaïdjanais amputé de 15 à 20% de sa superficie d’avant guerre. Depuis ces événements, les tensions succèdent aux tensions (avec comme point d’orgue la guerre des “4 jours” en 2016 avec un renversement du rapport de forces par rapport à 1994). Depuis le début des nouveaux affrontements, au moins 16 personnes ont été tuées, dont 11 militaires (parmi lesquels un général), un civil Azerbaïdjanais et 4 soldats arméniens. Cette escalade meurtrière entre les deux pays a ceci de particulier que les affrontements se déroulent dans les régions du Nord, bien loin du Haut-Karabakh. Les observateurs spécialistes de la région craignent que la guerre reprenne ses droits dans une région instable et en proie à des influences diverses (Russie, Turquie notamment). Ce “dilemme de sécurité” renforce les mécanismes de défiances entre les deux belligérants. Les actions des uns nourrissent la détermination des autres. La course aux armements et la montée des discours nationalistes ne renforcent pas les partisans de la voie diplomatique. Pour autant, la guerre ne doit pas être considérée comme une fatalité. La France, via le groupe de Minsk (présidé conjointement par la Russie, les États Unis et la France), pourrait jouer un rôle moteur en profitant de la méfiance des acteurs envers le grand frère Russe, de la faiblesse relative de l’oncle Sam et du soutien inconditionnel qu’apporte la Turquie à Bakou. Une fenêtre existe pour préserver la paix. Espérons qu’une initiative diplomatique de Paris permettra d’œuvrer en ce sens. Martial LE BOULH, délégué national du MdP – Relations...

En savoir plus
Nouvelle conférence nationale du handicap : Assez de promesses, il faut passer d’urgence aux actes !
Juil16

Nouvelle conférence nationale du handicap : Assez de promesses, il faut passer d’urgence aux actes !

Le Premier ministre Jean Castex l’a annoncé ce jeudi devant le sénat : il prévoit l’organisation d’une nouvelle Conférence Nationale du Handicap (CNH). Une de plus après celle de février. Même si, sur le fond, une telle initiative est censée contribuer à trouver des réponses aux problématiques vécues au quotidien par les quelques 12 millions de personnes en situation de handicap en France, le Mouvement des Progressistes (MDP) s’étonne cependant de cette annonce soudaine. En effet, les déclarations d’intention positives du chef de l’Etat lors de la clôture de la précédente CNH, le 11 février dernier, lâchées sous la pression et la mobilisation des principales associations de personnes en situation de handicap et de leurs familles, n’ont toujours pas fait l’objet de la plus mince concrétisation depuis 5 mois ! Par ailleurs, lors de l’entretien télévisé du Président de la République, le 14 juillet, ou à l’occasion du discours de politique générale du Premier ministre devant l’Assemblée nationale, les personnes en situation de handicap ont été une nouvelle fois les grandes oubliées. Le Mouvement des Progressistes demeurera attentif et mobilisé aux côtés des associations du champ du handicap afin que l’annonce du Premier ministre ne soit pas une nouvelle opération d’enfumage ayant pour but de faire oublier que la promesse du candidat Emmanuel Macron, de placer le handicap au cœur des priorités du quinquennat, soit jusqu’ici une coquille vide. Pierre BASTIEN-MOZE, Délégué national du MDP en charge du...

En savoir plus
Remaniement ministériel, la continuité à droite ! Pour un vrai changement, préparons ensemble une alternative écologiste, sociale et solidaire !
Juil06

Remaniement ministériel, la continuité à droite ! Pour un vrai changement, préparons ensemble une alternative écologiste, sociale et solidaire !

Après avoir reçu et accepté la démission du Premier ministre Edouard Philippe et de son gouvernement, le Président de la République, Emmanuel Macron, a nommé vendredi Jean Castex au poste de premier ministre. Une continuité dans la logique libérale et très droitière du président de la République. Et qu’importe donc les noms des ministres aujourd’hui nommés car le nouveau Premier ministre l’a rappelé ce week-end dans son interview au JDD : « dans nos institutions, le chef de l’Etat fixe la cap, le 1er ministre assure sa mise en œuvre ». Rien à attendre donc de bon du nouveau premier ministre et de son gouvernement ! Et les premières déclarations sont là pour en attester : réforme des retraites, assurance chômage, hôpital public…le monde d’après ne sera en rien différent du monde d’avant ! Après les belles et nombreuses victoires de la gauche et des écologistes aux élections municipales, le changement va pouvoir se faire dans un premier temps au niveau local des communes. Des victoires qui devront être renouvelées aux élections régionales de 2021 si nous souhaitons avancer plus encore ! Poursuivre dans cette voie, poser les bases d’un large rassemblement autour de l’écologie sociale et solidaire, un impératif indispensable si l’on souhaite se préparer à changer la donne lors de l’élection présidentielle de 2022 ! Paris, le 6 juillet 2020 François BECHIEAU, secrétaire national du...

En savoir plus
Journées d’été des écologistes – Pantin – 20, 21, 22 août 2020
Juil05

Journées d’été des écologistes – Pantin – 20, 21, 22 août 2020

Depuis 1984, les Journées d’Été des écologistes sont un rendez-vous à ne pas manquer pour toutes celles et ceux qui ont à coeur de développer l’écologie politique. Tous les ans, pendant trois jours, c’est l’occasion de se retrouver autour de débats, conférences, ateliers et formations, animés par une large diversité d’intervenants. Un week-end riche en partage. Cette année, dans la suite de sa participation au rassemblement des écologistes et des listes communes aux municipales, le Mouvement des Progressistes co-organise les Journées d’été des Écologistes avec EELV, Génération Ecologie, l’Alliance Écologiste indépendante, CAP21 et Génération-s. Ces Journées d’été auront lieu : les 20, 21 et 22 août 2020à la Cité Fertile de Pantin 14, avenue Edouard Vaillant – Pantin Au cours de ces trois journées, les débats et ateliers se dérouleront dans le strict respect des règles sanitaires, mais également en live sur trois chaînes de TV en ligne.  L’ensemble des informations utiles sera progressivement mise en ligne sur le site des Journées d’été (programme, informations pratiques, règles sanitaires en vigueur actualisées, etc.). Pour participer aux JDE en venant à Pantin (au tarif unique de 15 euros), merci de vous inscrire sans attendre. En effet, compte tenu des consignes sanitaires à respecter, le nombre de place est limité.  Pour toutes précisions, contacter Pierre-Louis VERNHES au 06 64 69 45...

En savoir plus
Municipales 2020 : Victoire de l’écologie et de la solidarité, l’espoir renaît !
Juin29

Municipales 2020 : Victoire de l’écologie et de la solidarité, l’espoir renaît !

En faisant largement et partout en France gagner les listes de rassemblement écologistes, les électrices et les électeurs ont hier soir clairement affiché leur volonté d’alternatives écologistes, solidaires et sociales aux politiques jusqu’alors menées. Au delà des forts taux d’abstention qui montrent bien le travail restant à réaliser pour redonner confiance et espoir aux citoyennes et aux citoyens, le choix de l’écologie politique exprime aujourd’hui plus que jamais l’exigence de mesures fortes permettant à toutes et à tous d’envisager des vies meilleures demain. Des mesures fortes devront être prises pour le climat, contre toutes les pollutions, auxquelles sont toujours avant tout exposés les plus démunis de notre société. Des mesures profondément sociales et solidaires. L’enjeu est énorme et les espoirs ne devront pas être déçus. Le Mouvement des progressistes, avec ses nouveaux élu.e.s municipaux, entend poursuivre ses actions à tous les niveaux afin de construire les bases d’une société profondément écologiste, plus juste et plus humaine. Paris, le 29 juin 2020 François BECHIEAU, Secrétaire national du...

En savoir plus
Convention citoyenne pour le climat, une ambition sous contrôle, des attentes déçues…
Juin22

Convention citoyenne pour le climat, une ambition sous contrôle, des attentes déçues…

La convention citoyenne pour le climat vient de mettre un terme à sa réflexion de 9 mois (150 propositions) par le vote, dimanche 21 juin, d’un rapport final portant sur 50 points. Cette démarche semblait de bon augure pour refonder notre société sur d’autres bases prenant cette fois en considération la justice sociale et notre responsabilité collective pour éviter l’effondrement de l’environnement lié à la crise climatique. Une démarche qui a nécessité d’imprégner les participants d’une culture scientifique dispensée par de nombreux spécialistes. Dès lors, en dépit des clivages apparus durant les débats préliminaires, le bilan final ne précise pas l’ampleur de la réduction des gaz à effet de serre qui pourrait résulter de la mise en œuvre des 50 mesures, à dessein. Le seuil critique d’augmentation de la température de l’air et des océans est pourtant clairement établi par les chercheurs du GIEC. Cela semble donc être le grand retour de la logique libérale de développement « durable » après le Grenelle de l’environnement, sous couvert d’un plan de relance vertueux. Pour faire passer la pilule, celui-ci sera mâtiné de souverainisme et de bigoterie verte sur la responsabilité individuelle plutôt que sur l’analyse des responsabilités de l’Etat et des entreprises et la remise en question des choix économiques nous permettant de revendiquer enfin la distribution des milliards d’euros empruntés de façon à conjurer la détresse sociale. Parmi les principales mesures : Rénover 20 millions de logements, oui ! Mais il faudra impérativement construire les logements sociaux indispensables ainsi que les services publics de proximité.Favoriser les circuits courts, oui ! Mais en réorientant la PAC vers une production locale sans intrants permettant une nourriture plus saine.Contenir l’étalement urbain, oui ! Mais à la condition de créer des villes complètes à partir de l’existant (activités et logements),  limitant de façon drastique l’ artificialisation des sols.Réduire la place de la voiture individuelle, oui ! Mais à la condition de développer les transports en commun et les circulations douces.Lutter contre la sur-consommation, oui ! Mais à la condition que les besoins fondamentaux soient ici satisfaits face à la précarité et la pauvreté, que la coopération décentralisée sorte de l’ethno-centrisme.Aller vers une économie moins carbonée pour 2050, oui, c’est louable ! Mais les changements globaux qui affectent l’environnement ne peuvent attendre cette échéance.Sans doute un référendum sur la Constitution permettrait d’en rassurer certains sur l’état de l’environnement, mais quid de l’engagement des mesures effectives de protection ? De même, la reconnaissance du crime d’ «écocide » semble n’être qu’une illusion : Appliquons déjà la Loi pollueur-payeur et les mesures de protection sanitaire pour les salariés ! Jean COUTHURES, délégué national du MdP pour...

En savoir plus