Commenter le match de football d’hier soir…

“Peut-être qu’on va me permettre de commenter le match de football d’hier soir !”

Cette célèbre réplique de Georges MARCHAIS au débat télévisé des élections européennes – http://discours.vie-publique.fr/notices/793100370.html – il y a près de quarante ans (…), aurait-t’elle encore tout son sens aujourd’hui ?

J’ai surfé sur le dernier (premier) débat télé politique pour les prochaines Européennes jeudi soir dernier, au moment où Yannick JADOT s’exprimait. Intéressant, certainement, convaincant (?), que dire…

Une déjà multitude de candidats têtes de listes, 12… Excusez du peu, on n’est plus à l’Europe des 12, donc pourquoi ne pas les avoir, tous, réellement invités ? Surtout qu’à l’heure 5.0, nos renseignements territoriaux savent très bien qui est candidat et qui ne l’est plus, image de démocratie républicaine et médiatique quand tu nous tiens… !

Je revenais de tenter d’animer une rencontre progressiste azuréenne, j’avais donc pas trop la tête à ça.

Si, aujourd’hui, les intentions de vote placeraient le vote Rassemblement National en tête suivi du parti aux responsabilités françaises, 2 idées m’arrivent : un vote d’inconnu dit noir, certains diraient bleu banc rouge, jamais essayé, euh… Le Front National n’aurait jamais eu de Députée européenne (titre d’article, ci-dessus reproduit, de Nice-Matin, suite à la venue de la présidente du F.N., à Nice, le 1er mai dernier) puis avec quels résultats (?), ou un vote connu avec aussi sa source d’inconnue européenne, la France n’est-elle pas en crise, aujourd’hui… ?

On regretterait presque l’époque de la construction européenne, du charbonnage et de l’acier.

Non, celui de Georges MARCHAIS, alors plus prosaïque !

Alors, la France, terre des Droits de l’Homme et du citoyen va-t’elle voter le diable (?), rien n’est moins sûr.

La campagne est à peine commencée. Les fausses et vraies postures vont apparaître. Les jeux de chaises musicales aussi. Le temps et l’histoire s’en empareront (…).

Et des priorités sociales et écologiques sont urgentes. De celles de notre avenir républicain et des enjeux européens, majeurs, aussi.

Alors, résistons, prouvons que nous existons, allons chercher les étoiles, proposons-les aux Français et aux Européens qui nous regarderons alors sur ce scrutin européen le 26 mai prochain, pas si anodin que cela : la paix, l’économie sociale et humaine, la stabilité climatique en dépendent !

Sinon, on pourrait, alors, toujours commenter un certain match de football, électoral…

Sincèrement vôtre.

Nice, le 6 avril 2019

Eric MURET
Délégué progressiste azuréen et maralpin
06.21.15.96.23
http://ericmuret.wifeo.com

Auteur : Eric MURET

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *