La politique spatiale indienne : Vers une politique de puissance !

L’Inde et son controversé Premier Ministre, Narendra Modi, entame dans les jours à venir un marathon électoral propre aux caractéristiques géographique et démographique de la « plus grande démocratie du monde ». De nombreux enjeux traversent cette élection : Relation Inde-Pakistan, Retour de l’influence du Parti du Congrès, validation de la politique et du discours nationalo-hindouiste du parti au pouvoir le BJP… Mais au-delà de ces aspects, intéressons-nous à une question très peu présente dans les débats liés à l’Inde et pourtant riches d’enseignements sur la puissance nouvelle de New-Delhi : La politique spatiale Indienne.

En effet, en ce printemps 2019 (Le 1er avril exactement), l’organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) a procédé au tir réussi de son lanceur Polar Satellite Launch Vehicle (PSLV). Outre une trentaine de satellite, occidentaux pour la plupart, il transportait aussi un satellite Indien de dernière génération appelé « Electro-Magnetic Intelligence Satellite » ou EMISAT dédié notamment en renseignement militaire. Cette réussite Indienne du 1er avril s’accompagne d’une performance technologique et spatiale réalisée trois jours avant, soit le 29 mars 2019. Le tir réussit d’un missile antisatellite (A-Sat) abattant un satellite cible indien à 300 kilomètres d’altitude. Le pays de Gandhi entrant ainsi dans un club jusqu’ici très fermé de pays maîtrisant cette capacité : USA, Russie et Chine.

La communication des autorités indiennes se veut rassurantes. L’Inde reste attachée à la nature « pacifique » de son ambitieuse politique spatiale. Bien sûr, les promesses n’engagent que ceux qui les croient. En pleine crise avec le Pakistan voisin suite à des attentats sur son sol où l’Inde accuse le Pakistan de soutenir les terroristes, cette transparence indienne envoie un message à son voisin du nord ainsi qu’à l’ensemble des puissances mondiales. Et le message est clair : Nous sommes une puissance nucléaire et nous développons une politique spatiale de puissance. Bien que saluées par la Russie et les USA, qui se disent « intéressés par le développement d’une coopération scientifique et technologique avec l’Inde en vue d’une sécurisation de l’espace extra-atmosphérique » l’arrivé de ce nouvel acteur ne rassure pas sur la pacification de l’utilisation de l’espace.

Sans surprendre, ces compétences reconnues drainent aujourd’hui vers l’Inde des nations et des entreprises du monde entier lui confiant le lancement de leurs satellites. La France, via le Centre National d’Etude Spatial (CNES) travaille en étroite collaboration avec l’Inde. Nous partageons, selon les communiqués du CNES et du ISRO une « vision commune de la coopération spatiale » et à mettre en avant le fait que « la France et l’Inde sont liées par un partenariat ancien et sans équivalent dans le domaine des usages pacifiques de l’espace extra-atmosphérique. De son côté, la NASA a fait part de son intérêt pour former avec ses homologues indiens un groupe de travail sur un programme de missions spatiales habitées, l’inde ayant pour ambition d’envoyer trois astronautes dans l’espace d’ici 2022 dans le cadre d’une mission baptisée « Gaganyaan ».

Loin d’une ambition passagère portée par un gouvernement nationaliste, la stratégie spatiale indienne recouvre des dimensions technologiques, commerciales, de coopération et de prestige international. Mais aussi, des dimensions militaires et géopolitiques fortes. Les conséquences de cette potentielle militarisation de l’espace extra-atmosphérique par des puissances rivales sont aujourd’hui impossibles à prévoir. Néanmoins, nous devons en Europe nous poser la question de notre propre vision de l’espace extra atmosphérique et définir une politique européenne de l’espace
si nous ne souhaitons pas rester sur le quai de la gare à regarder les trains passer sous nos yeux. Notre indépendance en dépend.

Martial LE BOULH, Délégué national du MdP aux Relations internationales

Auteur : Martial Le Boulh

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Vous aimez ce contenu ? Partagez le !