Plan anti-drogue pour Marseille, la fabrique des oubliés

Aujourd’hui, quatre ministres vont débarquer en fanfare à Marseille et non des moindres : Christophe Castaner, Laurent Nuñez, Nicole Belloubet et Gérald Darmanin, pour lancer la création de l’Ofast (office anti-stupéfiants).

Il est en effet grand temps que l’Etat intervienne, dans une démarche interministérielle, pour mettre fin à ce fléau qui rend notre ville sinistrée par les trafics et les règlements de compte.

Cependant, c’est un signal insuffisant car la question des trafics ne saurait être réduite à des enjeux de sécurité, de justice et de répression, nécessaires au demeurant.

L’absence des autres interlocuteurs ministériels est éloquente : Education Nationale, politique de la ville, emploi, logement, or nous savons bien que l’une des raisons profondes de l’expansion des trafics est l’absence de cohérence, le cloisonnement des politiques et des services (supprimés dans bon nombre de ces quartiers), la baisse des subventions au secteur associatif. Ne parlons même pas des enjeux écologiques du mal logement, de la pollution, des transports en commun mal organisés.

Ce sera donc un coup spectaculaire, un de plus, mais toujours pas un vaste plan pour toute la ville et ses habitants. Nous ne pouvons que le regretter, une fois encore.

Auteur : CELEGUEGNE NICOLAS

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Vous aimez ce contenu ? Partagez le !