les préconisations culturelle en temps de COVID 19

Hier, notre président demande à « dompter le tigre » (le virus) en rallongeant les droits des intermittents du spectacle au niveau de Pôle Emploi sur un an. Près de 274 000 personnes sont donc concernées par cette annonce. En contre-parti, le gouvernement demande aux intermittents (dé)confinés de participer à la vie sociale, de rentrer dans les écoles et les centres aérés.

A côté de cela, les festivals sont annulés ; on demande de réinventer un Nouveau Monde pour cultiver, divertir le Peuple.

A côté de cela, il y a les théâtres, les opéras, les salles de concert, les cafés théâtres qui emploient des non intermittents donc des salariés ou des micros-entrepreneurs sans parler des artisans qui vont se retrouver dans des problèmes ingérables si le protocole sanitaire préconisé par des infectiologues comme le professeur François Bricaire se met en place ; à savoir l’instauration d’un à deux sièges d’écart entre les spectateurs, le port du masque sur scène, la suppression des vestiaires, snack / buvette et des entractes, imposer un nouveau jeu car pour jouer nous devrons, on devra, porter un masque ou respecter la distance sociale d’un mètre sur scène.

Le spectacle (dé)confiné sera de l’esprit ou ne le sera pas. A un moment donné on « domptera le tigre » en apprivoisant nos peurs collectives.

Non, le virus ne passera pas dans nos spectacles. Mais sans moyens cela est vain. Il ne restera que les écrans de 20 pouces où on pourra s’exprimer, et cela est trop étroit pour nos rêves d’enfants. En attendant, des jeunes lancent des festivals en 2.0 comme la plateforme solidaire http://www.avignon-online.com. Ça vaut mieux que d’avaler le Corona.

Anne LAROUTIS, comédienne qui cultive son jardin

Auteur : Anne LAROUTIS

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *