Liberté Chérie 2

La Crimée,
Comme un arrière goût de Sudètes.

La Syrie,
Comme un arrière goût du soufre des enfers.

La Chine, Hong Kong,
Comme un arrière goût de 1984.

Que dirons nous à nos enfants ?

Que nous ne pouvions rien y faire.
Qu’on attendait les autres pour agir.
Que : « Tu sais, c’était la crise ».
Qu’on n’avait jamais pensé que ça nous toucherait un jour.

Que dirons nous à nos enfants ?

Que tout le monde avait une voiture.
Qu’ils se sont mis à nous en vouloir quand ils ne purent plus cultiver leurs terres.
Qu’ils frappaient à nos portes et que nous les avons laissés mourir dehors.
Que sauver la planète n’était pas assez important.

Que dirons nous à nos enfants ?

Que tout le monde allait déjà sur Facebook.
Qu’on pensait vraiment qu’ils étaient tous pourris.
Que Marine Le Pen avait quand même de bonnes idées.
Que la France ne pouvait pas accueillir toute la misère du monde.

Que dirons nous à nos enfants ?

Que George Orwell n’avait fait qu’une description passéiste du totalitarisme stalinien.
Que voter ne servait plus à rien.
Que manifester ? Mais pour quoi faire ?
Que l’Histoire n’était pas censé se reproduire.

Que dirons nous à nos enfants ?

Que Hong Kong, ça ne nous concernait pas.
Que la Syrie, ça ne nous concernait pas.
Que l’Ukraine, ça ne nous concernait pas.
Qu’ils avaient qu’à se battre pour leur liberté.

Que dirons nous à nos enfants ?

Que c’est moche, mais c’est comme ça.
Que nous nous sommes gavés et que nous n’avons rien laissé.
Que désormais il n’y a plus d’eau chaude pour la douche.
Que pour le coup, c’était vraiment mieux avant…
…La Liberté.

Auteur : Olivier AURIOU

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *