Toilettes à l′école : les enfants ne sont pas cachés à l’intérieur

Pourquoi l’hygiène des toilettes à l’école primaire n’est-elle toujours pas une priorité en 2020 ?

C’est le rapport Essity : le non dit, Les toilettes scolaires restent un tabou dont on parle peu que ce soit à l’école ou à la maison. Une réalité sous-estimée même en temps de covid-19.

Aujourd’hui, les adultes ont la perception de ce souci récurrent depuis 50 ans. Des responsabilités non-assumées : pas de papier pour s’essuyer, toilettes sales… des responsabilités partagées et, au final, un sujet dont personne ne s’emparait jusqu’à cette période de rentrée scolaire un peu particulière.

La question des sanitaires concerne la santé et la sécurité des élèves mais aussi les règles de vie collective des citoyens dans des lieux publics et c’est de la responsabilité de l’adulte à veiller sur ce bien-être.

Avant la pandémie, en 2018, un tiers des collégiens et lycéens ne va jamais aux toilettes au collège  : problème d’hygiène, manque de papier, odeurs, saleté, mais aussi bagarres et consommation de drogues. Il est normal qu’un grand nombre d’ados souffrent de problèmes de santé. Incontinence urinaire, brûlures à la miction et constipation : les douleurs abdominales sont les principaux symptômes recensés.

L’état des sanitaires dans les établissements correspond à l’état d’esprit des élèves. Ces espaces devraient contribuer à leur bien-être et à leur santé, donc à leur réussite. Ce n’était pas le cas avant le COVID-19, ce n’est pas le cas aujourd’hui même en protocole sanitaire, ce sera le cas pour le jour d’après peut-être.

Pour l’atteindre, la question ne doit pas être tabou, mais faire l’objet d’une prise en compte par l’ensemble des parties concernées et d’une concertation avec les collectivités territoriales chargées du bâti. C’est le cas dans l’école de ma fille, c’est le cas dans les écoles du Vaucluse, le cas en France.

Nous en sommes tout.e.s responsables.

A chacun (état et territoire) avec les citoyens d’en trouver une façon d’embellir les toilettes pour qu’elles soient un espace de libération.
Nos enfants nous en remercieront.

Anne LAROUTIS, une mère de famille qui se fait des soucis…

Auteur : Anne LAROUTIS

1 commentaire

  1. Bonjour Anne,

    Je trouve ça vraiment juste et important à souligner. Dans le mondé d’après les mesures d’hygiène et de respect de tout un chacun se doivent de ne pas être délaissées. J’ai moi aussi connu les toilettes cracra sans papier et sans savon. Les jeunes jouent ils avec le papier ? … quelles solutions pour que le respect soit fonctionnel pour le plus grand nombre ?

    Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *