Billet d’humeur sur la pénibilité et l’âge pivot de la réforme des retraites
Jan23

Billet d’humeur sur la pénibilité et l’âge pivot de la réforme des retraites

C’est ce vendredi que seront précisées les intentions du gouvernement, établies à partir d’une étude d’impact annexée à l’avant projet de loi sur la réforme des retraites. « Il ne faut pas désespérer Billancourt » et pourtant l’exécutif vise l’objectif de reculer l’âge moyen de départ à la retraite. L’âge pivot serait transgressé par l’alignement avec l’âge moyen de départ à la retraite des salariés du régime général (63,5 ans) avec la perspective d’une progression « à hauteur des deux tiers » des gains d’espérance de vie. Dans sa logique comptable, le gouvernement mise ainsi sur la menace d’une décote (5%/an) poussant les salariés à travailler jusqu’à 67 ans pour annuler cette décote. La génération 1980 serait ainsi la première sacrifiée. Avec constance, ce projet du gouvernement néglige l’âge moyen des « accidents de la vie » dans le domaine de la santé (62 ans pour les hommes et 65 pour les femmes). Rappelons également qu’un actif sur deux est concerné par la pénibilité au travail (Le Monde 22/01/2020). Le gouvernement a été surpris par le mouvement des gilets jaunes piégés par la spirale du déclassement. Désormais, l’enjeu sociétal majeur de la réforme des retraites réside dans l’antagonisme avec les actifs les plus exposés à la pénibilité. C’est le retour des gueux, des « sans dent », dans le débat public, avec l’avenir néo-libéral (radieux) en perspective… Jean Couthures Tags: âge pivot, Edouard Philippe, emmanuel macron, macron, mdp, mouvement des progressistes, pénibilité, régimes spéciaux, retraite, retraite par répartition,...

En savoir plus
ISF ou Droits de succession ?
Jan13

ISF ou Droits de succession ?

Le groupe de réflexion Terra Nova préconise une hausse de 25 % des droits de succession pour compenser les 3 milliards de pertes dus à la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF). Source AFP. Une aberration ! Terra nova, le think tank porteur de la pensée sociale démocrate (plus précisément sociale libérale), propose au gouvernement Philippe d’augmenter les droits de succession pour compenser les pertes de recettes suite à la suppression de l’ISF… Une proposition inacceptable qui revient à demander à tous les Français (sans distinction) de compenser les conséquences de la suppression de l’impôt sur la fortune. Les classes populaires comme les classes moyennes devraient ainsi mettre la main au portefeuille pour compenser ce choix dogmatique de Philippe qui a conduit à mettre fin à l’ISF. Les progressistes exigent à contrario le rétablissement immédiat de l’ISF !!! Souhaitons que le gouvernement ne se fera pas l’écho de cette proposition portée par un think tank dont les préconisations finissent le plus souvent, et ce depuis 2008, année de sa création, dans les oubliettes de la pensée politique. Tags: droits de succession, Edouard Philippe, emmanuel macron, gouvernement, Laurent Lanyi, mdp, mouvement des progressistes, succession, Terra...

En savoir plus
Autisme : il est temps de changer la donne !
Avr14

Autisme : il est temps de changer la donne !

Le Premier ministre a récemment présenté la stratégie nationale 2018-2022 « Autisme : changeons la donne ! ». Aujourd’hui, 700 000 personnes présentent un trouble du spectre autistique (TSA) en France, dont 100 000 enfants. Changer la donne, pour que « les personnes autistes soient acceptées dans leurs différences [et] reconnues pour leurs compétences », (disait le Premier ministre, Edouard Phillipe). Il ne s’agit en aucun cas d’un 4ème plan autisme mais plutôt de l’exposé d’une stratégie nationale pour l’autisme. Ce changement de terminologie n’est pas anodin. Il marque une rupture avec ce qui était fait précédemment : des déclarations de bonne intention sans moyens concrets pour accompagner une mise en œuvre pratique sur le terrain. Aujourd’hui, le Premier Ministre lance cette stratégie, un nouveau départ avec des objectifs clairs. Nous sortons d’une logique de plans successifs pour aboutir à une stratégie commune, interministérielle. Le gouvernement accompagne Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat en charge du handicap, pour parvenir à transformer notre regard sur l’autisme, à changer les mentalités, notamment par un diagnostic plus précoce et un meilleur accompagnement, tant des enfants que des adultes. Ainsi, nous sortons d’une vision uniquement paramédicale pour changer enfin de paradigme vis-à-vis de la prise en charge de l’autisme et travailler à l’inclusion et à l’autonomisation des personnes. Ne plus enfermer mais inclure. Ne plus cacher mais accueillir. Ne plus ignorer mais accompagner. Quelle est la stratégie annoncée pour l’autisme ? 5 engagements qui comprennent 20 mesures, de la toute petite enfance à l’âge adulte : 1- Renforcer la recherche et les formations : remettre la science au cœur de la politique publique de l’autisme en dotant la France d’une recherche d’excellence, pour mieux comprendre les causes de l’autisme et développer des réponses adaptées. Permettre que ces connaissances puissent être le plus rapidement possible diffusées à tous, via la formation et le développement des innovations. Faire que les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) deviennent la seule référence en la matière auprès des professionnels. Constituer des bases de données fiables pour la recherche Soutenir le développement des technologies facilitant l’apprentissage et l’autonomie des personnes autistes 2 – Mettre en place les interventions précoces prescrites par les bonnes pratiques : c’est la clef d’un parcours de vie plus autonome par la suite, de l’école à l’emploi. Pour cela, il faut revoir toute l’organisation du système pour assurer une prise en charge extrêmement précoce des enfants. Repérer les écarts au développement des très jeunes enfants Confirmer rapidement les premiers signaux d’alerte Intervenir immédiatement et réduire les délais de diagnostic 3 – Garantir la scolarisation effective des enfants et des jeunes : Rattraper notre retard en...

En savoir plus