Billet d’humeur sur la pénibilité et l’âge pivot de la réforme des retraites
Jan23

Billet d’humeur sur la pénibilité et l’âge pivot de la réforme des retraites

C’est ce vendredi que seront précisées les intentions du gouvernement, établies à partir d’une étude d’impact annexée à l’avant projet de loi sur la réforme des retraites. « Il ne faut pas désespérer Billancourt » et pourtant l’exécutif vise l’objectif de reculer l’âge moyen de départ à la retraite. L’âge pivot serait transgressé par l’alignement avec l’âge moyen de départ à la retraite des salariés du régime général (63,5 ans) avec la perspective d’une progression « à hauteur des deux tiers » des gains d’espérance de vie. Dans sa logique comptable, le gouvernement mise ainsi sur la menace d’une décote (5%/an) poussant les salariés à travailler jusqu’à 67 ans pour annuler cette décote. La génération 1980 serait ainsi la première sacrifiée. Avec constance, ce projet du gouvernement néglige l’âge moyen des « accidents de la vie » dans le domaine de la santé (62 ans pour les hommes et 65 pour les femmes). Rappelons également qu’un actif sur deux est concerné par la pénibilité au travail (Le Monde 22/01/2020). Le gouvernement a été surpris par le mouvement des gilets jaunes piégés par la spirale du déclassement. Désormais, l’enjeu sociétal majeur de la réforme des retraites réside dans l’antagonisme avec les actifs les plus exposés à la pénibilité. C’est le retour des gueux, des « sans dent », dans le débat public, avec l’avenir néo-libéral (radieux) en perspective… Jean Couthures Tags: âge pivot, Edouard Philippe, emmanuel macron, macron, mdp, mouvement des progressistes, pénibilité, régimes spéciaux, retraite, retraite par répartition,...

En savoir plus
La laïcité, une aberration démocratique !
Nov01

La laïcité, une aberration démocratique !

L’affaire de la jeune femme voilée accompagnant une sortie scolaire interpellée en pleine séance du Conseil régional de Bourgogne-Franche Comté par un député du RN puis l’attaque de la mosquée de Bayonne par un ex-membre du FN âgé de 84 ans, blessant dans l’opération deux hommes de respectivement 74 et 78 ans, remettent sur le devant de la scène la difficile situation de l’Islam dans notre pays ; elles reposent notamment la question du port du voile dans l’espace public – qui, rappelons-le, est autorisé par la loi dès lors qu’il ne s’agit pas d’une burqa ou de tout autre signe dissimulant complètement le visage – ce qu’à sa manière le président Macron vient de réaffirmer en clamant haut et fort que cette question n’était pas « son » affaire (voulant probablement dire, par-là, l’affaire de l’Etat). En réalité, dans cette nouvelle histoire du voile islamique, c’est bel et bien la question de la laïcité et de ses rapports avec le fait religieux – ici islamique – qui resurgit. Qu’est-ce que la laïcité ? That is the question. La laïcité est une idée encensée par tout le monde intello-médiatico-politique. Dans une interview récente, M. Robert Badinter va jusqu’à affirmer que « c’est une des conditions du vivre-ensemble ». Nous pensons – pardon, monsieur le président – exactement le contraire. La laïcité est aujourd’hui la meilleure condition du mal-vivre ensemble. Mais nous entendons, à ce propos, les récriminations. Malheur à celles et ceux en effet qui ne célèbrent pas le culte de la vieille dame laïque, plus que centenaire ! Car il faut se reconnaître et se proclamer LAIC. La laïcité est en somme, pour les « laïcistes », une idée bienfaisante et sécurisante, donc incontestable. C’est pourtant en fait un « mot-valise », une notion « fourre-tout ». Plus personne aujourd’hui ne s’accorde sur sa définition… quand elle est définie ! Que de laïcités sur l’étal républicain : « historique », « ouverte » ou « positive », « laïcité de paix » … Notre hypothèse est la suivante : la laïcité est à la fois inutile et dangereuse. Si l’on remonte aux origines, la laïcité est une stratégie de guerre Son projet est clair : éliminer les catholiques de toutes les institutions publiques, en commençant par les écoles. Les Républicains considèrent, non sans raison, que l’Eglise est un obstacle à la construction d’une démocratie libérale. Tout le XIX è siècle est donc caractérisé par un combat acharné des républicains contre les cléricaux. En 1886, Gambetta parle ainsi de « péril clérical ». Il veut la laïcité absolue à l’école, un enseignement de la science et de la raison,...

En savoir plus
ISF ou Droits de succession ?
Jan13

ISF ou Droits de succession ?

Le groupe de réflexion Terra Nova préconise une hausse de 25 % des droits de succession pour compenser les 3 milliards de pertes dus à la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF). Source AFP. Une aberration ! Terra nova, le think tank porteur de la pensée sociale démocrate (plus précisément sociale libérale), propose au gouvernement Philippe d’augmenter les droits de succession pour compenser les pertes de recettes suite à la suppression de l’ISF… Une proposition inacceptable qui revient à demander à tous les Français (sans distinction) de compenser les conséquences de la suppression de l’impôt sur la fortune. Les classes populaires comme les classes moyennes devraient ainsi mettre la main au portefeuille pour compenser ce choix dogmatique de Philippe qui a conduit à mettre fin à l’ISF. Les progressistes exigent à contrario le rétablissement immédiat de l’ISF !!! Souhaitons que le gouvernement ne se fera pas l’écho de cette proposition portée par un think tank dont les préconisations finissent le plus souvent, et ce depuis 2008, année de sa création, dans les oubliettes de la pensée politique. Tags: droits de succession, Edouard Philippe, emmanuel macron, gouvernement, Laurent Lanyi, mdp, mouvement des progressistes, succession, Terra...

En savoir plus
Une situation dramatique qui exige des réponses urgentes !
Déc02

Une situation dramatique qui exige des réponses urgentes !

J’étais ce week-end l’invité du journal de RT France. L’occasion de rappeler le caractère légitime des revendications du mouvement des #GiletsJaunes concernant le pouvoir d’achat et la justice sociale. L’occasion d’insister aussi, face aux images de violences et dégradations inacceptables que je condamne sans réserve, qu’il ne s’agit en rien d’un mouvement de confrontation avec les forces de l’ordre mais bel et bien d’un mouvement revendicatif autour du pouvoir d’achat et du besoin d’une plus grande justice sociale. Des attentes sociales qui vont de pair avec la nécessaire et indispensable transition écologique pour sauver notre planète. Des propositions existent ! Le Mouvement des Progressistes en a fait ! Le Gouvernement doit les entendre et y répondre. Emmanuel Macron, il y a urgence à redonner espoir et confiance aux « classes laborieuses » ! François BECHIEAU, Secrétaire général du Mouvement des Progressistes (MdP) Tags: emmanuel macron, gilets jaunes, gouvernement, mdp, mouvement des...

En savoir plus
Des aides sociales indispensables, oui ! Mais…
Juin15

Des aides sociales indispensables, oui ! Mais…

Des aides sociales indispensables, oui ! Mais il est urgent de plus et mieux accompagner les plus fragiles vers un retour à l’emploi… S’attaquant à une vision purement caritative de l’aide sociale, qui assiste, aide mais, il est vrai, ne règle nullement le problème de pauvreté, le Président de la République est intervenu, en marge de sa rencontre avec le monde mutualiste, pour insister sur l’urgence de mesures permettant une réelle réinsertion des plus fragiles et tout particulièrement un meilleur accès à l’emploi. Passons la polémique autour du « pognon de dingue » dépensé, qui peut aujourd’hui affirmer que notre système d’aide sociale permet au plus grand nombre de s’en sortir ? S’il permet de vivre mieux, certes, il n’est pourtant pas infondé d’exprimer que tout un pan essentiel de notre système d’action sociale, celui consacré à la réinsertion, ne fonctionne pas, du moins ne fonctionne pas bien. De gouvernement en gouvernement, de dispositifs en dispositifs, de RMI en RSA, la réinsertion n’est souvent qu’un leurre et de plus en plus d’habitants, souvent issus des quartiers dits défavorisés, sont enfermés dans une pauvreté qui n’est pourtant pas une fatalité. En accord avec ses déclarations en faveur des plus démunis, nous aurions apprécié que le Président de la République, dans la suite du rapport Borloo, annonce fin mai un véritable plan pour aider de manière significative les habitants de ces quartiers à retrouver l’espoir d’une vie plus digne, tout simplement à mieux vivre. Il n’en n’a pas été ainsi et nous le regrettons. Les progressistes, dans leur ensemble, resteront vigilants et auront très certainement à cœur d’oeuvrer pour que notre système d’aides sociales soit encore renforcé, amélioré, simplifié, et que des dispositifs d’insertion efficaces, qui font aujourd’hui tant défaut, puissent être enfin mis en place au service du plus grand nombre. Mais des moyens importants seront nécessaires pour cela, il y a tant à faire et à construire ! François BECHIEAU, Secrétaire général du Mouvement des Progressistes (MdP) Tags: aide sociale, emmanuel macron, François Béchieau, macron, mdp, MDPLegislatives17, mouvement des...

En savoir plus