SYRIE : Pour une solution politique
Mar08

SYRIE : Pour une solution politique

A l’heure ou s’écrivent ses lignes, une offensive terrestre des forces fidèles à Bachar Al-Assad débute dans la Ghouta Orientale. Après des semaines de bombardements intensifs, responsables de la mort de centaine de personnes (hommes, femmes, enfants), la détermination du régime à reprendre pied sur l’ensemble du territoire syrien reste inébranlable. Encouragé par ses alliés russes et iraniens, le Président syrien reste inflexible. Selon Bachar Al-Assad et ses soutiens, le gouvernement syrien mène une lutte anti-terroriste et aucune pression extérieure ne le détournera de son objectif : Chasser l’ensemble des groupes rebelles du pays. Sur le plan diplomatique, la situation semble bloquée. Malgré la résolution 2401, votée à l’unanimité par le Conseil de Sécurité de l’ONU, qui devait permettre la mise en œuvre d’une trêve humanitaire, sur le terrain les habitants continuent à subir quotidiennement des bombardements meurtriers. La visite récente du Ministre français des Affaires Etrangères en Iran peut être considérée comme un échec, tout au moins concernant le conflit syrien. Et le Président Poutine semble préférer régler ses comptes en Angleterre avec un ancien espion plutôt que de répondre aux demandes du Président Macron de tout faire pour que la résolution 2401 soit respectée. Issue de ce que l’on a appelé les Printemps Arabes de 2011, la révolte du peuple syrien s’est très vite transformée en guerre civile. Face à un pouvoir autiste à toutes formes de revendications pour plus de liberté et de démocratie, les habitants n’ont eu d’autres choix que de prendre les armes. A partir de cet instant, la Syrie a sombré dans le chaos. Aux attentats succèdent les assassinats. Arrestations, torture et disparitions deviennent le lot quotidien de millions de Syriens. Ce chaos et l’état relativement équilibrée des forces en présence entraînent un pourrissement de la situation politique et militaire. Les intérêts divergents des nombreuses puissances présentes en Syrie (directement ou indirectement) complexifient encore le théâtre syrien. De multiples groupes s’affrontent, se regroupent, se dissolvent et changent régulièrement de stratégies, d’objectifs et de parrains. Cette internationalisation du conflit syrien explique, en partie, l’impasse dans laquelle le pays se trouve actuellement. L’espoir né des discussions ouvertes à Genève puis à Astana s’est vite refermé. Et pourtant, seule une solution politique mettra fin à ce conflit destructeur. Il est temps que cesse le bruit des armes ! A l’instar du MdP, les Progressistes, dans leur ensemble, doivent soutenir toutes démarches possibles en vue d’un règlement politique de cette guerre. Un dialogue de haut niveau entre tous les acteurs intéressés doit être encouragé. Arrêtons les anathèmes et les postures néo-conservatrices antérieures et reprenons le chemin de la diplomatie. C’est actuellement le sens de l’action de la...

En savoir plus
Les JO à Paris en 2024 : Yes, we can !
Août08

Les JO à Paris en 2024 : Yes, we can !

La décision finale approche. Le 13 septembre prochain, nous saurons officiellement si Paris organisera les Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) de 2024. Après deux échecs (celui retentissant de 2012 reste dans toutes les mémoires), cette décision du CIO est attendue par l’ensemble du monde sportif, économique et politique. Quant aux citoyens, ils sont encore partagés sur les opportunités d’accueillir un tel événement sur notre territoire. Paris et la France ont-ils besoin d’organiser cette grande messe sportive qui se transforme bien souvent en un gouffre financier pour les villes hôtes ? A mon sens, la réponse est affirmative. C’est un défi qui mérite d’être relevé. Premier événement mondial en terme sportif, les retombées économiques, sociales, politiques, touristiques, médiatiques et financières pourront être des leviers de croissance essentiels pour les années à venir. A la condition d’être bien pensés, les Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris seront l’occasion de montrer le savoir-faire et la compétence de nombreuses entreprises et salariés de notre pays. Un gisement potentiel d’emplois et une dynamisation des territoires qui viendront renforcer l’attractivité de la France aux yeux du monde. Mais il ne faut pas être naïf. Nous connaissons l’exemple triste d’Athènes qui n’a pas réussi à transformer ses installations en structures pérennes et utilisables par toutes et tous. De plus, cette organisation des JO fût une véritable gabegie financière pour le pays. Nous savons aussi que les coûts initiaux sont régulièrement doublés voir triplés par rapport à la somme initialement prévue. Le dossier que présente Paris paraît répondre aux défis de JOP nouvels générations : 1°) Coût maîtrisé (95 % des installations sportives existent déjà). 2°) Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. 3°) Respect de l’environnement et du développement durable. 4°) Densification et modernisation du réseau de transports en communs. 5°) Développement de la pratique du sport pour toutes et tous en s’assurant de l’utilisation des enceintes sportives. 6°) Répondre à l’insertion des jeunes et au développement des territoires par la reconnaissance du bénévolat et des compétences acquises dans ce cadre. Il s’agit de ne pas retomber dans les erreurs passées où le gigantisme et le court terme prenaient le pas sur la réflexion de long terme. Pour ce faire, la création d’indicateurs est indispensable. Le citoyen doit connaître les bénéfices (matériels et immatériels) générés par les JOP afin de consentir aux investissements nécessaires et de participer pleinement à cette « grande fête » du sport mondial. Tags: france, Jeux Olympiques, JO2024,...

En savoir plus
Migrants : des conditions d’accueil honteuses et inacceptables !
Juil08

Migrants : des conditions d’accueil honteuses et inacceptables !

Combien de campement faudra-t-il voir se créer, puis être démantelés, combien de souffrance, d’humiliation faudra-t-il que ces populations endurent pour que l’on s’attache enfin, dans notre pays, et partout en Europe, à mettre en place une véritable politique d’aide et d’accueil aux populations migrantes qui fuient des guerres et des conflits que nous avons laissé se développer ? La dernière rencontre des ministres de l’Intérieur n’est en cela pas rassurante, loin de là. A-t-il principalement été question de créer les conditions d’un meilleur accueil, plus digne, plus humain, de trouver les moyens nécessaires, d’inciter l’ensemble des pays européens à participer à la juste et nécessaire solidarité internationale ? Non, hélas, Amnesty International vient de communiquer à ce sujet : “Les gouvernements de l’UE préfèrent privilégier le démantèlement des réseaux de passeurs et empêcher les départs de bateaux depuis la Libye”. Et la proposition de la Commission européenne débattue le 6 juillet dernier est venue abonder en ce sens en prévoyant de débloquer une enveloppe (quarante-six millions d’euros) destinée à la Libye pour “renforcer les capacités des autorités libyennes” et une autre (trente-cinq millions) pour soutenir l’Italie. Voilà donc la solidarité internationale reléguée au second plan, la priorité de nos gouvernants européens étant de renforcer les contrôles aux frontières et d’empêcher coute que coute ces populations à parvenir sur les côtes européennes. Au Mouvement des Progressistes, nous sommes particulièrement attachés à la création d’une autre Europe, une Europe qui puisse enfin dépasser les frontières de l’économie libérale, du mercantilisme, et s’attache non seulement à aider et accueillir comme il se doit et dans de bonnes conditions celles et ceux qui fuient guerres, conflits et misère mais aussi à aider partout dans le monde à ce que les peuples puissent vivre en paix et dans la dignité. Agissons ensemble pour que la “plus grande humanité”, expression de notre président de la Républicaine lors de son intervention devant le congrès de Versailles ne soit pas seulement réservée aux populations éligibles au statut de réfugié politique, statut bien difficile à obtenir, mais qu’elle intéresse tous les migrants quelles que soient leur nationalité et leur couleur de peau. Référence : Un reportage à lire sur Arte Info : http://info.arte.tv/fr/migrants-comment-lue-abandonne-litalie François Béchieau, Secrétaire général du MdP Tags: commission européenne, emmanuel macron, europe, france, macron, mdp, migrants, robert...

En savoir plus