COP 25 : Indignez-vous !
Déc16

COP 25 : Indignez-vous !

  La conférence des Nations-Unies sur le climat qui vient de s’achever à Madrid se solde par un échec. Face à l’urgence climatique, les négociations multilatérales n’ont pas été capables d’appréhender le constat des scientifiques ni d’écouter l’appel des jeunes. Au nom du MdP, merci à toi Greta Thunberg de ne pas abandonner face à l’obscurantisme, l’indifférence et les attaques personnelles. Avec l’optimisme de la volonté, Stéphane Hessel concluait ainsi ses souvenirs en 1996 : “Il n’y a pas de médiation réussie. Mais chacune, par son échec même, ouvre la voie à une autre, plus large, qui va échouer à son tour. C’est par leur enchaînement inlassable que s’écrit l’histoire courageuse de notre espèce…” Jean Couthuresdélégué national du MdP pour l’écologie. Tags: climat, COP25, écologie, Jean Couthures, mdp, mouvement des progressistes, urgence climatique, Urgence...

En savoir plus
La laïcité, une aberration démocratique !
Nov01

La laïcité, une aberration démocratique !

L’affaire de la jeune femme voilée accompagnant une sortie scolaire interpellée en pleine séance du Conseil régional de Bourgogne-Franche Comté par un député du RN puis l’attaque de la mosquée de Bayonne par un ex-membre du FN âgé de 84 ans, blessant dans l’opération deux hommes de respectivement 74 et 78 ans, remettent sur le devant de la scène la difficile situation de l’Islam dans notre pays ; elles reposent notamment la question du port du voile dans l’espace public – qui, rappelons-le, est autorisé par la loi dès lors qu’il ne s’agit pas d’une burqa ou de tout autre signe dissimulant complètement le visage – ce qu’à sa manière le président Macron vient de réaffirmer en clamant haut et fort que cette question n’était pas « son » affaire (voulant probablement dire, par-là, l’affaire de l’Etat). En réalité, dans cette nouvelle histoire du voile islamique, c’est bel et bien la question de la laïcité et de ses rapports avec le fait religieux – ici islamique – qui resurgit. Qu’est-ce que la laïcité ? That is the question. La laïcité est une idée encensée par tout le monde intello-médiatico-politique. Dans une interview récente, M. Robert Badinter va jusqu’à affirmer que « c’est une des conditions du vivre-ensemble ». Nous pensons – pardon, monsieur le président – exactement le contraire. La laïcité est aujourd’hui la meilleure condition du mal-vivre ensemble. Mais nous entendons, à ce propos, les récriminations. Malheur à celles et ceux en effet qui ne célèbrent pas le culte de la vieille dame laïque, plus que centenaire ! Car il faut se reconnaître et se proclamer LAIC. La laïcité est en somme, pour les « laïcistes », une idée bienfaisante et sécurisante, donc incontestable. C’est pourtant en fait un « mot-valise », une notion « fourre-tout ». Plus personne aujourd’hui ne s’accorde sur sa définition… quand elle est définie ! Que de laïcités sur l’étal républicain : « historique », « ouverte » ou « positive », « laïcité de paix » … Notre hypothèse est la suivante : la laïcité est à la fois inutile et dangereuse. Si l’on remonte aux origines, la laïcité est une stratégie de guerre Son projet est clair : éliminer les catholiques de toutes les institutions publiques, en commençant par les écoles. Les Républicains considèrent, non sans raison, que l’Eglise est un obstacle à la construction d’une démocratie libérale. Tout le XIX è siècle est donc caractérisé par un combat acharné des républicains contre les cléricaux. En 1886, Gambetta parle ainsi de « péril clérical ». Il veut la laïcité absolue à l’école, un enseignement de la science et de la raison,...

En savoir plus
Pour l’écologie populaire !
Oct19

Pour l’écologie populaire !

Compte rendu de l’atelier Ecologie Populaire organisé dans le cadre de la Rencontre nationale du MdP du 28 septembre 2019 2 ateliers de 40 minutes. Animation : Jean-Noël Carpentier et Pierre-Louis Vernhes L’écologie est aujourd’hui dans l’actualité quotidienne. Mais les choses ne changent ni suffisamment en profondeur ni suffisamment vite. Aujourd’hui, les études le montrent clairement, les classes populaires ont un impact carbone et une empreinte planétaire inférieurs aux classes aisées. Il s’agit plus d’une sobriété de nécessité qu’une écologie choisie du simple fait que le PIB et les consommations de ressources et les émissions de gaz à effet de serre sont très fortement corrélées. Le défi auquel nous devons faire face est donc de devoir collectivement modérer nos consommations alors qu’aucun progrès n’a été fait dans la réduction des inégalités. Cette modération sera aussi l’occasion de réduire les inégalités. La sobriété a pourtant tout pour pouvoir faire une écologie populaire, par le potentiel d’économies qu’elle recèle. L‘isolation thermique de l’habitation génère des économies sur la facture d’électricité, la mise en place de transports en commun pratiques et efficaces peut permettre à certains de ne pas utiliser voir de se passer de voiture, le développement de pistes cyclables sécurisées peut permettre d’aller encore plus loin en utilisant le vélo plutôt qu’un moyen de transport motorisé. Mais, après des décennies où la mesure du progrès social a été en large part assurée par des marqueurs matériels tels que la voiture, la multiplicité de vêtements ou le degré d’exotisme et la fréquence des voyages que l’on était capable de s’offrir, il faut désormais parvenir à inverser les normes sociales. Faire changer les mentalités passe par la sensibilisation et l’éducation dès le plus jeune âge, c’est possible ! Il n’est pas si loin le temps où il était super cool de fumer à peu près partout, y compris dans les avions ! Mais il nous reste bien du travail pour que le marqueur d’une invitation à manger à la maison réussie ne soit pas l’indigestion par excès alimentaire ! On le voit beaucoup, à commencer par l’acceptation des changements qui passe par la prise de conscience. Que peut-on faire pour enclencher cela chez ceux qui ne sont pas encore passé à l’action ? C’est l’objet de réflexions en commun dans l’échange de l’atelier que nous avons eu le 28 septembre lors de la journée du MdP. Les pistes qui en sont ressorties sont les suivantes : – Les nudges, ces petites incitations qui poussent à passer à l’action aussi bien pour la prise de conscience que pour l’efficacité de l’action elle même. – Les opérations nettoyage de l’espace public qui permettent de...

En savoir plus
Vivre en bonne santé et assurer le bien-être humain
Sep30

Vivre en bonne santé et assurer le bien-être humain

L’ambition numéro 3 du programme universel des Nations-Unies pour le développement durable doit permettre, à l’horizon 2030, « à tous de vivre en bonne santé » et promeut « le bien être de tous à tous âges”. Pour atteindre cet objectif, les 193 membres de l’ONU s’engagent dans la définition de politiques favorisant l’accroissement du budget de la santé ainsi que le recrutement, la formation, le perfectionnement et le maintien en poste des personnels de santé dans les pays en développement. De plus, chaque état participe par ses actions à réduire le nombre de décès et de maladies dus à des substances chimiques dangereuses, à la pollution de l’eau, de l’air et des sols. Objectivement, nous ne pouvons qu’applaudir face aux objectifs et ambitions portés par les ODD (objectifs de développement durable) pour 2030. Cependant, plusieurs obstacles ralentissent l’atteinte des cibles prescrites par l’ONU. Le premier de ces nombreux obstacles, et peut être le plus puissant, semble être le désintérêt des décideurs politiques ou industriels pour ces enjeux. En effet, comment ne pas faire un parallèle entre les ambitions avancées et les choix budgétaires des états ou les stratégies des milieux d’affaires visant à vendre toujours plus de SUV alors que nous connaissons tous la nocivité de ce type de véhicules. Il faudrait une vraie « révolution culturelle » pour atteindre les objectifs du développement durable pour 2030. A l’heure où ces lignes sont écrites, il manque 18 millions de personnels médicaux dans les pays en développement. Soit l’équivalent de la population de New-York ou Tokyo. L’ensemble des corps de métiers sont touchés par cette pénurie (médecins, infirmières, sages femmes…) dont les conséquences sur la vie (et pour beaucoup la mort) de millions d’hommes, de femmes et d’enfants à travers le monde. Cette situation de pénurie de personnels médicaux ne touche pas uniquement les pays pudiquement appelés les moins avancés. Elle se retrouve de plus en plus dans nos pays. La France, bien que souvent citée en exemple pour son système de santé, semble chaque jour plus concernée par ce phénomène. La lutte actuelle des personnels des urgences est à ce titre symbolique. Depuis plus de six mois, un nombre exponentiel de services d’urgences dénoncent le manque de personnels, de lits, de moyens pour pouvoir assurer sereinement une mission essentielle : SOIGNER. Face à ce phénomène mondial de sous effectif chronique, de manque de personnels, d’absence de reconnaissance et d’investissement dans les politiques sanitaires et de santé, nous devons prendre conscience que les virus comme les polluants ne connaissent nullement les frontières et les cours des bourses mondiales. Il est temps de dire clairement que le modèle économique actuel...

En savoir plus
Triste et énervé
Juin14

Triste et énervé

Suite au vote de la confiance au gouvernement Philippe par Cécile, et surtout son post FB le justifiant avec enthousiasme et conviction. Voici ma réponse triste et énervée. ———————————————————————————— Déception à tous niveaux, surtout après ta réponse à mon mail du début de semaine qui montrait que tu pensais à l’abstention ! Finalement tu as voté la confiance. Pour ne reprendre qu’un des points qui fut le premier développement du discours d’Edouard Philippe et le tien dans ton post : l’écologie. Note bien que j’aurais pu faire de même avec à peu près n’importe quel autre thème du discours très droitier de son discours. Réduction du gaspillage ? Il y a un monde entre le message et la réalité du texte de loi présenté. Nous nous offusquons tous que des produits neufs soient détruits, mais contrairement à ce que Philippe ou Poirson veulent faire croire, cela sera toujours le cas après la loi qui ne prévoit que les entreprises devront «réemployer, réutiliser ou recycler leurs invendus», «sous réserve que cela soit techniquement possible.» Autrement dit les vêtements invendus ne seront pas détruits mais déchiquetés en fibre pour faire de l’isolant phonique ou thermique. Une véritable imposture. 100% du plastique recyclés : en regardant ce qu’écrivent les industriels on sait déjà à l’image de l’imposture sur les invendus qu’il s’agira en fait de VALORISER et pas RECYCLER seulement, c’est-à-dire que les bruler sera considéré comme une valorisation. Il faut savoir que dans 10 des pays Européens les plastiques sont valorisés a plus de 90% et a plus de 95% pour 5 d’entre eux. Cela évite de se confronter aux industriels pour les obliger (et pas les inciter seulement) à mettre en place des consignes. La rénovation thermique ? véritable marronnier gouvernemental annonce comme priorité dans le plan climat de juillet 2017, par le tout nouveau ministre de Rugy en septembre 2018, et à nouveau par Edouard Philippe. Quid de la réception par le gouvernement de l’interdiction des vols courts ? Quid de la taxation des vols pour faire que l’avion soit autant taxé que le train, sans nécessairement taxer le kérosène pour éviter les effets pervers mais plutôt en intégrant cette contribution aux taxes d’aéroport ? Le glyphosate ? On attend que les industriels le veuillent bien alors que l’Autriche s’apprête à voter l’interdiction. L’interdiction des voiture moteur à combustion ? jusqu’en 2040 en France, alors que plusieurs pays Européen vont les interdire en 2030 et certains des 2025. En Norvège les véhicules électriques représentent déjà plus de 25% des immatriculations. « Je crois en la science » dit Edouard Philippe, mais quand c’est le consensus de 15,000 scientifiques dans...

En savoir plus