Le progrès au service de l'homme

Des réformes articulées autour de cinq axes

Axe 1 : Une reconstruction sociale autour des principes de justice sociale, d'égalité, d'accès aux savoirs et à la culture.
Axe 2 : La défense des libertés individuelles et collectives, de la tranquillité publique et d'une justice indépendante
Axe 3 : La définition d'une nouvelle éthique de la République et de la vie politique
Axe 4 : L'approfondissement de la démocratie sociale et citoyenne
Axe 5 : Le combat pour une mondialisation solidaire et pacifique
laurentdumond

Etre utiles face aux nouvelles donnes politiques

Rarement, sous la 5e République, la gauche française n’est apparue aussi peu porteuse d’espoir à l’approche d’une élection présidentielle. Les enjeux sont pourtant énormes. Cinq ans après que les Français se soient rassemblés pour mettre un terme à la gouvernance Sarkozy, le bilan est amer. L’expérience engagée en 2012 est d’autant plus mal perçue, notamment parmi des couches populaires se sentant délaissées, que ce quinquennat et l’exercice du pouvoir ont scellé de nouvelles ruptures entre élites politiques et citoyens. Cette réalité fait que pour la première fois depuis des décennies, le Parti socialiste, la formation au pouvoir, n’apparaît pas le mieux placé pour mener le combat contre une droite dure et un Front national n’ayant jamais été aussi dangereux électoralement. Cette réalité demeure au lendemain des 2 premiers débats faisant que les ambitions personnelles et d’un camp supplantent la recherche de mobilisation  d’un électorat ayant fait de plus en plus massivement le choix de l’abstention. En ce sens, si en 2012, la primaire avait vocation à désigner le candidat qui porterait les valeurs de la gauche au 2e tour, l’utilité de la primaire de 2017 se pose différemment. Pourtant, face aux dangers, il est temps que progressistes et républicains mesurent  […]

img_5507

Revenu de base – droit et devoir

Dans la vie, il y a des droits, mais il y a aussi des devoirs. On entend souvent cette expression. Elle signifie que les droits des individus doivent leur conférer des devoirs, et même qu’à tout droit il faut en contrepartie un devoir. Je peux comprendre cette logique. Les personnes estiment que pour recevoir sa part de la société, on doit d’abord y contribuer. Cette vision me semble fausse : il existe des droits sans contrepartie. Ainsi, le droit à la vie n’exige aucune contrepartie. L’abolition de l’esclavage (le droit de ne pas avoir de maître) ou le droit à l’avortement ne sont pas soumis à contrepartie. Il est donc tout à fait inexact de considérer que tout droit appelle une contrepartie. Au-delà de ces exemples, l’article 25 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme nous précise que : « Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux  » À aucun moment la DUDH ne soumet ces droits à contrepartie. Et c’est sans doute l’argument le plus pertinent à l’instauration du revenu de base inconditionnel. En effet, le […]

micheljulien2

Donner la parole aux candidats citoyens !

Valls, Peillon ! L’un a été acteur de la déroute de Hollande, l’autre n’a rien fait pour l’empêcher !!! Et aujourd’hui le premier veut faire oublier son récent passé et l’autre défend le bilan du président… ne marcherait on pas quelque part sur la tête ? Il est vrai que la campagne des primaires du PS si elle continue ainsi va éloigner encore plus les citoyens de la politique et ravir droite et extrême droite. Une solution serait de donner la parole à des candidats proches des réalités des gens et loin des mensonges politiciens, des candidats de la vraie vie. Sébastien Nadot en est un! Il doit pouvoir s’exprimer. Le barrage médiatique doit être levé. N’oublions pas la gauche est diverse contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire !!

micheljulien1

Vous avez dit une primaire de gauche ?

Tu as raison Robert (voir déclaration Robert Hue, président du MDP) d’affirmer haut et fort que cette primaire est tronquée. Et ce qu’on veut nous présenter comme un choix dans la gauche n’est qu’un mini congrès PS où chacun va promettre pour uniquement se différencier de l’autre !! La gauche est riche d’idées et de valeurs, sa diversité faisait sa force auprès de millions de citoyens qui l’avait soutenue et qui aujourd’hui regrettent cette hégémonie diviseuse du PS. Les médias ne peuvent pas jouer ce jeu d’éliminer des candidats. Sébastien Nadot comme d’autres doivent avoir la possibilité de s’exprimer : c’est le minimum en démocratie!! Il reste quelques jours pour que chacun prenne ses responsabilités… nous saurons prendre les nôtres le moment venu ! Courage !

handicap

Qui sont les Handi Partenaires ?

Un exemple de Handi Partenaires Autonomic Expo – 24 et 25 Novembre 2016. La liste des exposants du Salon Autonomic Méditerranée. En partage le wiki de Vision du web : https://www.visionduweb.eu/wiki/index.php?title=Handi_partenaires

img011

Progressisme et progressisme

Il ne se passe pas une journée sans que le mot « progressiste » ne soit utilisé par des politiques nationaux, voire régionaux, à la radio, télé ou sur les réseaux sociaux. Le peuple de gauche a légitimement réagi quand SARKOZY a renommé l’UMP en « Les Républicains » car, à ses yeux, la droite ne pouvait seule se donner cette dénomination. Il en va de même pour le mot « progressistes ». Notre formation, le Mouvement des Progressistes, a été la première à l’utiliser pour sa propre dénomination mais elle ne prétend pas être la seule à être progressiste. Il est important aujourd’hui de repréciser ce que nous entendons par progressistes et sur quelles valeurs doit reposer cette notion. Le progrès se décline sous sa forme économique parce que l’évolution des connaissances et des sciences a entraîné une augmentation de la production de biens et de services, du niveau de vie. Pour autant, cet essor économique, sous l’influence du fordisme et du taylorisme, ne s’est pas effectué sans difficultés sur le plan des conditions de travail et de la protection de l’environnement. De même, la redistribution des fruits de la croissance , si faible soit-elle actuellement, ne se fait toujours pas d’une manière équitable. Il […]

img_7335

Le progrès n’est pas le synonyme d’Ubérisation !

Depuis le 15 décembre, des chauffeurs de VTC (Voiture de transport avec Chauffeur) se mobilisent pour dénoncer les dérives du modèle UBER. Le mouvement étant fortement relayé par les médias, on ne peut pas échapper au néologisme « uberisation ». Ubérisation reste un mot un peu fourre-tout. La majorité des intervenants qui emploient ce terme a tendance à englober toutes les économies dites collaboratives à partir du moment où la mise en relation client / prestataire se fait via un smartphone, pc, tablette etc…, que cela soit en direct ou via un tiers. Donc, l’outil serait la clef du modèle, et donc du problème tellement décrié par entre autre les chauffeurs travaillant avec UBER ? Une aberration, voir une « Uberration » à mon sens. L’outil reste le moyen facilitateur, et en aucun cas le modèle. C’est l’intention avec lequel on utilise l’outil qui donne un sens à l’action. Si l’on prend l’usage du marteau, celui-ci peut être détourné pour en faire une arme blanche contondante. Pour autant faut-il interdire le marteau ? Le sujet n’est donc pas l’outil. De même, comment définit-on une économie collaborative ? Même si le terme d’économie collaborative remonte à la fin des années 70, ce n’est qu’en 2010 […]

13319758_10206558190693582_1445620767018875713_n

Il y en a marre.

Après la loi travail, la déchéance de la nationalité, les propos sur les Roms, les Musulmans, les jeunes, les pauvres et j’en oublie, nous apprenons aujourd’hui que le SMIC ne sera pas revalorisé, seulement augmenté de 11 euros nets par mois. Dans énormément de secteurs d’activité (commerce, artisanat, santé, services…), c’est un signal très fort de renoncement et d’abandon du peuple. Ce n’est pas un gouvernement de droite qui porte ce nouveau coup fatal au progrès social. C’est un gouvernement de gauche. Qui l’était. Ou peut-être même pas. Attention. Je ne mélange pas certains responsables nationaux du PS et, par exemple, les élus et les militants sur le terrain, souvent désabusés, eux aussi. La démonstration de faiblesse sur les pitoyables modalités d’organisation des primaires, qui auraient pu être un vrai moment de débat pour toute la gauche, même celle qui n’a pas adhéré à la Belle Alliance Populaire (par contre les appels du pied à Macron et Mélenchon ne dérangent personne), exaspère encore plus les électeurs, pour beaucoup d’entre eux. Pas ceux qui adhèrent aux différents partis, non. Mais ceux qui hésitent, qui constatent, qui subissent chaque jour, qui encaissent, qui apprennent par la presse que telle ancienne députée condamnée […]

img_0116

La gauche interdite !

Voilà la pire des choses est aujourd’hui arrivée !!! Une primaire de gauche qui sera donc inexistante !! Et qui laisse la place à une primaire du #PS, purement PS ! Encore une erreur politique de la part des résidents de Solférino et de leur Premier secrétaire national. Elle n’est pas à mon goût !! Au final, heureusement que le Mouvement des Progressistes (MdP) est présent sur la scène politique et qu’il n’assistera pas à cette propagande de « gauchistes » caviar, tout simplement ! Philippe Ruel Radigue, Membre du MdP Hauts de Seine

Jerome EMERIAU 2014 - www.jemeriau.com

Pour ne pas être les orphelins d’une gauche aussi grotesque que divisée

Ce que nous vivons à l’approche de la présidentielle de 2017 est révélateur de la fin d’une histoire. Celle d’une gauche des partis n’ayant pas été en capacité de vivre les mutations de notre société. Qu’elle soit de contestation, d’adaptation, radicale, écologiste, républicaine, de gouvernement voire libérale, la gauche se meurt de n’avoir pas su et voulu s’émanciper de ses dogmes respectifs. Les certitudes n’étaient que faiblesses. La difficulté à savoir se remettre en cause sans renier son passé, la volonté d’affaiblir l’autre, la propenssion à faire des échecs des uns le symbole de la supériorité de l’autre, la quête du pouvoir ou la hantise des pertes électorales ont supplanté le besoin qu’a la gauche à imaginer l’avenir. Le mal demeure, la gauche du court terme, des stratégies personnelles, des égos fait tout pour durer. Plus intéressée à sauver ce qui lui reste de meubles qu’à réfléchir au futur d’un peuple délaissé. Après celles de la droite, la conception auto centrée des primaires socialistes confirme s’il en était besoin un détournement démocratique. Dans un régime présidentiel, les primaires ne visent pas à parler à tout le monde mais à trouver celui qui parlerait le mieux à son clan. Quitte, comme […]

Vous êtes d’accord, en colère, déçu, satisfait ? Exprimez-vous !
Postez un article
  • Le thème du mois

Présidentielle 2017 : Sébastien Nadot – Enfin un candidat de la vraie vie !

nadot2017.fr Sébastien NADOT, J’ai 43 ans. Je suis né à Fleurance dans le Gers. Ma grand-mère maternelle fut la première femme élue au conseil municipal de la ville lors des élections de 1946. Professeur agrégé d’éducation physique [...]

  • L'invité du mois

Malgré les nombreux barrages de la Gauche socialiste, nous serons bien présents en 2017 !

La gauche peut-elle encore imaginer d’être présente au deuxième tour de la présidentielle ? Nombreux sont les Français qui, désormais, répondent à cette question par la négative. Le camp des progressistes mesure-t-il pleinement toutes [...]