Sébastien Nadot : « En citoyen libre, candidat du MdP à l’élection présidentielle, je décide de soutenir Emmanuel Macron »

Je suis Toulousain, professeur d’éducation physique et sportive, un prof de « gym » comme bien d’autres, actuellement en poste sur trois établissements scolaires. De mes expériences éducatives, sportives et associatives, j’ai acquis la conviction que c’est collectivement et librement que nous pouvons faire face au changement.

Le Mouvement des Progressistes m’a choisi en mai dernier afin que je porte le plus haut possible les idées citoyennes de progrès social et écologique dans l’élection présidentielle. A quelques heures de l’ouverture du dépôt des signatures, le compte n’y est pas. Je ne serai pas candidat à l’élection présidentielle. Je remercie au passage mes ami(e)s du MdP d’avoir œuvré sans relâche et leur dis que ce revers n’est pas un coup d’arrêt. Bien au contraire : je veux faire entendre la voix citoyenne, celle du terrain et du quotidien, je veux dire ma fierté d’être fonctionnaire pour servir notre pays et sa belle devise « Liberté – Egalité – Fraternité », je veux continuer de me sentir totalement Européen.

Pendant plusieurs mois, au gré de nombreuses rencontres et d’une démarche de proximité, j’ai pu dialoguer et tisser des liens avec beaucoup de gens dont l’inquiétude m’a frappé. Ce sentiment est apparu encore plus fort lorsque, à l’issue de la primaire de la droite, le plus conservateur des candidats – François Fillon – est sorti vainqueur. La perspective d’un second tour Marine Le Pen – François Fillon s’avère angoissante.

Dans le même temps, pas mal de jeunes – et de moins jeunes – ont pu me témoigner leur adhésion et leur volonté d’aller ensemble vers une nouvelle voie, pour renouveler ce cœur de la démocratie qui palpite mais ne sait plus où aller.

En modeste héritier de Condorcet, convaincu que le progrès humain passe par un projet éducatif très ambitieux, je mesure tous les jours à quel point notre système scolaire est défaillant : lourdeur, manque d’adaptation au changement et surtout incapacité inquiétante à apporter des réponses aux inégalités sociales. Difficultés que les gouvernements successifs n’ont absolument pas su ou voulu affronter.

Fier de mon Sud-ouest natal et de sa gastronomie, je me sens Français mais tout autant Européen. La construction politique de l’Union Européenne est en échec : elle laisse trop souvent les citoyennes et citoyens sans réponse, sans solution pour eux, faisant le lit du populisme. Mais je refuse tous ces projets qui n’ont comme seule ambition que de casser l’Europe, sans perspectives à long terme où sans réaliser à quel point cette richesse imparfaite est inestimable.

⁃          Parce que j’aspire à un nouveau rapport entre citoyen et politique,

⁃          Parce que le système éducatif français mérite un projet ambitieux et doit apporter des réponses concrètes à la jeunesse de notre pays,

⁃          Parce que mon identité se conjugue avec celle de l’Europe et des Européens,

j’ai décidé de soutenir la candidature d’Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle.

En citoyen libre, avec une sensibilité de Gauche affirmée, je me reconnais dans de nombreux aspects de son projet. Cet engagement personnel n’efface pas les différences ni les divergences. Il s’inscrit dans la volonté de voir naitre une nouvelle culture politique en France, celle du dialogue, celle du débat constructif, celle de l’intérêt général. Une impérieuse nécessité pour regarder l’avenir sereinement.

Paris, le 27 février 2017

Sébastien Nadot

Auteur : Sébastien Nadot

1 commentaire

  1. On ne peut que se féliciter de cette décision courageuse et lucide. Le seul objectif doit être le rassemblement pour éviter l’extrême-droite et la droite extrême.

    Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *