aah-aide-aux-adultes-handicapées

Déconjugalisation de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) : une occasion historique de dire stop à l’injustice !

Ce jeudi 17 juin, les députés examinent le texte sur la désolidarisation des revenus du conjoint(e) pour le calcul de l’attribution et du montant de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH).

Le Mouvement des Progressistes dénonce une situation actuelle qui est en contradiction avec l’esprit de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées et leur autonomie.

Le Mouvement des Progressistes (MDP) rappelle à cette occasion sa ferme revendication d’une désolidarisation de l’AAH et soutient l’action engagée par les associations de défense et de représentation des personnes en situation de handicap afin de mettre fin à cette totale dépendance financière vis-à-vis du conjointe (e).

Le Sénat a déjà adopté le 9 mars ce projet de déconjugalisation de l’AAH contre l’avis du gouvernement et notamment de Sophie CLUZEL, la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées. Une mise à l’ordre du jour et une adoption qui avaient fait suite à une inédite mobilisation initiée par les principales associations du champ du handicap.

Aujourd’hui, l’Assemblée Nationale, avec sa majorité LREM et alliés, est placée sous les feux de l’actualité : ou bien, sous la pression du gouvernement et de l’Elysée, ce texte n’est pas adopté; ou bien un vote historique intervient avec une majorité qui s’affranchirait d’une pensée dogmatique d’un autre temps émanant de l’exécutif Castex/Macron.

En 2021, il est intolérable de voir une telle allocation – créée en 1975 pour les personnes ne pouvant pas ou plus travailler du fait de leur handicap – supprimée ou fortement diminuée dès lors que l’allocataire se met en couple dans le cadre d’un légitime droit à une vie amoureuse.

Le Mouvement des Progressistes appelle donc l’ensemble des députés à se mobiliser en faveur de cette proposition de loi et sera attentif au vote de chacune et chacun afin de clarifier les responsabilités.

Le MdP ne peut par ailleurs se résoudre à tolérer que les quelques 1,2 million d’allocataires de l’AAH soient aujourd’hui toujours sous le seuil de pauvreté en raison d’un montant insuffisant.

Enfin, le Mouvement des Progressistes invite le gouvernement et les parlementaires à engager au plus vite le chantier d’un revenu spécifique et individuel d’existence au moins égal au SMIC pour les personnes en situation de handicap ne pouvant travailler, dans le cadre de l’édification d’une véritable 5e branche de la sécurité sociale.

Pierre MOZE, Porte-parole national du Mouvement des Progressistes, Délégué national en charge du handicap.

Plus
d'actualités

X