Handicap et Covid-19 : Le gouvernement prend enfin la mesure de la crise sanitaire et humaine

Le propos était inexistant jusqu’ici mais le ministre de la Santé a déclaré ce samedi que les personnes en situation de handicap avaient “droit aux mêmes soins que le reste de la population”; tant en termes d’hospitalisation que de réanimation. Un discours qui résonne comme un aveu d’absence de directives en ce sens jusqu’à présent.

A l’image de la situation en EHPAD où l’absence d’anticipation par le Gouvernement et les autorités sanitaires provoque aujourd’hui hélas une mortalité inacceptable et sans précédent, il a fallu attendre que l’épidémie gagne du terrain dans le secteur du handicap pour que, derrière les mots du ministre de la santé, se dessine enfin les prémices de ce qui pourrait enfin ressembler à une politique publique digne de ce nom.

Pourtant, depuis des semaines, les associations nationales de représentation des personnes en situation de handicap (UNAPEI, APF France-HANDICAP, le COLLECTIF-HANDICAPS…) et le Mouvement des Progressistes ne ménagent pas leurs efforts en lançant soit un cri d’alarme auprès du Gouvernement, soit en interpellant ce dernier sur la gravité d’une situation qui ne pouvait que dégénérer.

Il en est ainsi pour les personnes en situation de handicap vivant à domicile dont les professionnels intervenant chez elles (aide à domicile, SAVS, SAMSAH…) manquent cruellement de matériels de protection. Pareil pour les établissements d’hébergement pour enfants ou adultes en situation de handicap intellectuel ou moteur et cela malgré le dévouement sans faille des professionnels du secteur médico-social.

Une situation d’autant plus inacceptable que les personnes en situation de handicap, en particulier celles les plus lourdement concernées par un handicap, souffrent souvent d’une grande vulnérabilité en matière respiratoire (certains handicaps moteurs, Polyhandicap).

Le résultat de ce refus du Gouvernement et des Agences Régionales de Santé de voir la gravité potentielle de la situation est déjà préoccupant. Des informations d’une ampleur extrême remontent à notre mouvement. A titre d’exemple, vendredi soir, rien qu’à Marseille, on comptait déjà une trentaine de professionnels du champ du handicap contaminés ainsi que près de quarante résidents de structures d’hébergement. Dans l’agglomération lyonnaise, mais aussi en Nouvelle-Aquitaine, en Ile-de-France, notamment, les mêmes informations remontent sans pour autant connaître l’état sanitaire exact de ces populations.

Si l’on ne peut que se féliciter de la prise en considération, même tardive, des personnes en situation de handicap face au Covid-19, le Mouvement Des progressistes demeurera attentif aux mesures réellement prises par le Gouvernement et exige d’ores et déjà du Premier ministre des explications détaillées sur la situation sanitaire dans le champ du handicap ou encore le détail de l’approvisionnement prévu en matériels de protection.

Le Mouvement Des Progressistes tient à exprimer, une nouvelle fois, sa pleine solidarité envers les populations parmi les plus vulnérables que sont les personnes en situation de handicap, leurs associations mais aussi tous les professionnels du secteur médico-social.

Pierre BASTIEN-MOZE
Délégué National du Mouvement Des Progressistes en charge du Handicap

Auteur : Pierre Bastien-Moze

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *