Intervention de Laurent Dumond, Conseiller régional MUP d’Ile-de-France, sur le budget Transports pour 2013

laurentd Monsieur le Président, Monsieur le Vice-président, chers collègues,

Avec une hausse de plus de 10% de ses crédits de paiement d’investissement, le secteur des Transports en commun bénéfice d’un engagement renouvelé et massif de la Région.

Cette hausse vient valoriser le volontarisme régional depuis 2008. Les projets aujourd’hui à maturation sont en effet ceux de la première tranche d’opérations du plan de mobilisation pour les transports, et ce mouvement va aller croissant.

Après le prolongement des T1, T2, T3 ainsi que de la ligne 12 et bientôt 4, les Franciliens devront bénéficier de la mise en œuvre du schéma directeur du RER B, du T5 et du T7, ainsi que des premiers travaux très attendus du schéma directeur du RER A et d’un développement important de l’offre bus.

Malgré nos efforts, notre action ne satisfera que partiellement les usagers franciliens. Ceux qui vivent au quotidien notamment la ligne 13 ou l’amélioration des conditions de desserte du RER A voudraient que cela aille plus vite.

Mais alors que STIF et Régions lèvent des emprunts importants pour améliorer l’offre, seules des ressources nouvelles nous permettront de répondre à l’ensemble des problématiques de mobilité des Franciliens.

Le rapport Auzannet a en ce sens le mérite de le réaffirmer.

Le gouvernement doit en mesurer l’importance.

L’amélioration des infrastructures de transports en Ile-de-France est une priorité nationale justifiant un renforcement de la mobilisation de l’Etat ainsi que sur l’attribution de nouveaux leviers de ressources fiscales dédiés à cela.

Le rapport rappelle aussi opportunément la raison pour laquelle notre groupe a souhaité que la tarification unique soit financée par une ressource spécifique.

Ensuite, la pertinence de notre politique ne peut répondre à la seule capacité à répondre aux besoins des usagers des transports en commun.

Il nous faut rendre plus attractifs ces modes de transports auprès des utilisateurs des véhicules et assurer la complémentarité des modes de mobilité. L’objectif étant ici de réduire l’impact environnemental des déplacements.

En ce sens, on peut explorer des voies nouvelles. La problématique de l’offre de parking et celle des modalités d’incitation des usagers de véhicules polluants à les abandonner sont notamment des enjeux que nous soulèverons par voies d’amendement.

Enfin, 2013 sera également l’année d’adoption définitive du PDUIF.

Des collectivités ont rendu des avis réservés sur celui-ci. Non pas parce qu’elles ne partageraient pas nos orientations sur l’évolution des problématiques de mobilité mais parce qu’elles peuvent avoir le sentiment d’une polarisation excessive de l’offre nouvelle.

Il nous semble que ce ressenti devra être pris en compte dans la consolidation du document.

Je vous remercie.

Partager l'article
sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur linkedin
LinkedIn

Commentaires

Plus
d'actualités