La Recherche est en panne, adressez-vous à Bercy !

             L’initiative « Sauvons la recherche » avait dès 2003 lancé l’alerte. La recherche et développement est désormais en panne, chacun peut le constater dans l’actualité. Pas de vaccin en perspective ni de traitement contre le Covid 19 mis au point dans nos labos, manque de puces électroniques pour les chaînes de montage automobile…Ces exemples récents constituent les premiers signes cliniques du décrochage de notre recherche qui entraîne à son tour une perte de compétitivité et accentue la chute de notre industrie.

Pourtant direz-vous, l’effort de recherche de notre pays se monte à 50,6 milliards d’euros, budget de l’ordre de 2,25 % du PIB. C’est oublier un peu vite que notre effort n’a pas évolué depuis 30 ans, avec une relégation au 13ème rang pour cet indicateur. Notre budget de recherche est ainsi plus de 2 fois inférieur à celui de l’Allemagne, bien éloigné de l’objectif de l’Europe de porter l’effort de recherche à 3% en 2020.

            L’origine du mal endémique se trouve à Bercy, le ministère de la recherche suivant toujours ses directives. La création d’agences, sous influence des technos spécialistes du « management », en vue d’évaluer les performances  scientifiques a induit la concurrence à outrance entre labos, entre personnes. Course pour les budgets, qui occupe l’essentiel du temps de travail des dirigeants des labos, postes créés en nombre insuffisant pour consolider les équipes ou adhérer à de nouveaux programmes, attractivité des carrières très discutable, en particulier pour les labos implantés dans les structures universitaires. Heureusement qu’existent les programmes cadres européens, qui restent le premier instrument de financement pour la recherche et l’innovation à l’échelle du continent. Mais nos partenariats restent insuffisants pour une vision partagée et une dynamique vertueuse pour la création d’emplois dans les secteurs innovants.

            La situation actuelle pourrait évoluer favorablement à la condition de remettre en cause la partition entre effort public (1/3 du budget) et l’effort privé des entreprises (2/3 du budget). On constate que pour le « programme d’investissements d’avenir », le plan Nano 2022 et le plan pour l’Intelligence Artificielle échappent au contrôle du Parlement, de même que le secteur de l’armement. Le CICE lancé par F.Hollande est un échec car les aides massives (40 milliards par an)  n’ont pas été conditionnées à des résultats industriels tangibles ni à la création d’emplois pérennes. Le Pacte de responsabilité est monté à 110 milliards pour la même période. Ne voulant pas rester en marge du processus, les Régions, Départements et certaines villes ont cru bon de décliner une dimension territoriale au travers des pôles de compétitivité, des grappes d’entreprises. Quelle forfaiture, quel mépris pour les citoyens !

            Madame Vidal, vous pouvez partir sans regret avant 2022, il ne restera pas trace d’un quelconque effort pour conjurer le déclassement de la Recherche en France.

Jean Couthure, membre du Bureau National du MdP

Auteur : Jean Couthures

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *