Terra_Nova_logo

Le think tank progressiste Terra Nova propose une autre voie pour réformer les retraites

Le mois dernier le think tank progressiste Terra Nova, de centre gauche, a proposé une autre voie pour réformer les retraites. Thierry Pech, son président, considère que le projet actuel manque d’équité, et qu’aucun effort n’a été demandé aux entreprises et aux retraités les plus aisés. Selon les projections du COR (Conseil d’Orientation des Retraites), le déficit du régime des retraites sera de 0,6% du PIB en 2030, soit un trou de 16 milliards d’euros par an.

On peut engager une réforme « paramétrique » en modifiant différents curseurs : âge de départ, niveau des cotisations, niveau des pensions.

Le gouvernement a fait le choix d’une approche « monoparamétrique » en ne modifiant qu’un curseur, l’âge de départ. Thierry Pech n’est pas opposé à l’accélération des mesures Touraine, qui consiste à faire passer la durée minimale de cotisations à 43 ans à partir de la génération née en 1965, plutôt que celle née en 1973.

C’est moins discriminant socialement que le recul de l’âge d’ouverture des droits. « Nous sommes un des deux pays en Europe et probablement au monde – avec l’Italie – où le niveau des retraités est actuellement supérieur à celui des actifs. En plus la plupart ne paient pas de loyer : 75% sont propriétaires de leur logement, contre 50% des non-retraités. » Il ajoute: « une réforme sociale-démocrate c’est aussi une méthode. Elle commande de travailler avec les partenaires sociaux, de discuter en amont. Est-ce que ce gouvernement l’a fait suffisamment et suffisamment tôt ? Je n’en suis pas si sûr ».

(…) « Quand on resserre la focale sur les séniors et notamment sur les moins qualifiés, le problème est plus inquiétant (…) Par ailleurs, depuis une douzaine d’années, le taux d’emploi des 50-64 ans a déjà augmenté partout en Europe, y compris chez nous. On est passé depuis 2010 de 55% à 65%. Ce n’est pas neutre.

On peut espérer que cette courbe-là va continuer à grimper. Il y a de la marge : le taux d’emploi des 25-49 ans est de 82%. Il y a bien un décrochage, à partir de la cinquantaine, qui est problématique, et qui est plus accentué en France qu’ailleurs » (…) « l’index qui obligera les entreprises de plus de 300 salariés à publier des indicateurs de suivi concernant l’emploi des actifs en fin de carrière, et avec le renforcement des retraites progressives ».

Le contexte d’union syndical est assez rare pour ne pas en faire profiter les salariés, c’est aux progressistes de faire la jonction pour une réforme des retraites juste, axée sur la répartition équitable des retraites.

Pour sa part, le Mouvement des Progressistes s’oppose et s’opposera à toute réforme des retraites venant prolonger la durée de cotisation requise. Travailler plus, plus longtemps, c’est Non ! Un avis justement partagé par une majorité de nos concitoyens.

Non à l’injuste et très inégalitaire réforme des retraites !

Partager la tribune
sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
LinkedIn

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus
de tribune