YEMEN – Sébastien Nadot en appelle au Président de l’Assemblée nationale pour l’ouverture en urgence d’une commission d’enquête sur les ventes d’armes françaises

Drame humanitaire, le conflit au Yémen a récemment franchi un nouveau niveau de tension après les frappes de drones contre les installations pétrolières saoudiennes, samedi 14 septembre, revendiquées par les rebelles houthis.

Malgré la fuite de documents « secret défense » en mars dernier, le gouvernement continue d’affirmer qu’il ne sait rien des armes françaises utilisées dans la guerre engagée au Yémen par la coalition d’États conduite par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Aujourd’hui, pour la première fois, des vidéos prouvent la participation au blocus maritime du Yémen – à l’origine de la plus grave crise humanitaire du monde, selon l’ONU – de navires de guerre vendus par la France à ses alliés du Golfe (enquête de « French Arms », projet initié par le média néerlandais Lighthouse Reports en coopération avec Disclose et avec le soutien d’Arte, Bellingcat, Radio France et Mediapart)

La confusion et l’embarras du gouvernement sur le sujet empêchent la France de jouer pleinement son rôle diplomatique dans un épisode dramatique de nos relations internationales. 

Toute la lumière doit être faite pour savoir si la France participe encore aujourd’hui du blocus humanitaire en vendant armes, aides, soutien, informations et navires aux pays de la coalition, privant ainsi les populations yéménites des ressources nécessaires à leur subsistance.  Plus que jamais, ma demande d’ouverture d’une commission d’enquête sur le rôle de la France dans le conflit au Yémen est d’actualité. http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion0856.asp

Aussi, j’en appelle au Président de l’assemblée nationale pour qu’il fasse appliquer le règlement qu’il a lui même fait évoluer récemment et qui stipule dans son article 140 que : Les propositions de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sont renvoyées à la commission permanente compétente. Celle-ci vérifie si les conditions requises pour la création de la commission d’enquête sont réunies et se prononce sur son opportunité. La commission vérifie si les conditions requises pour la création de la commission d’enquête sont réunies, sans se prononcer sur son opportunité. Aucun amendement n’est recevable.

J’en appelle aussi à tous les parlementaires, pour signer ma résolution qui demande l’ouverture d’une commission d’enquête (à ce stade tout le groupe communiste, tout le groupe France insoumise et des députés LREM et Modem l’ont fait), qu’ils agissent pour que, dans une telle situation critique, le Président de l’Assemblee nationale impose à la commission des affaires étrangères, déclarée compétente par la garde des sceaux, que la résolution soit enfin examinée  conformément au règlement de l’assemblée nationale en vigueur depuis le 1er septembre 2019.  J’ajoute que par souci de transparence, et pour apporter toutes les garanties démocratiques dans cette période difficile pour la crédibilité de notre institution, l’examen en commission de cette résolution sur le rôle de la France au Yémen gagnerait à être public.

Sébastien Nadot, Député de Haute-Garonne, Porte-parole national du Mouvement des Progressistes (MdP)

Vous aimez notre contenu ? Partagez le !

Auteur : Mouvement des Progressistes

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
error

Vous aimez ce contenu ? Partagez le !