Handicap – la citoyenneté des personnes en situation de handicap doit être considérée au sens le plus large !

Comme l’ensemble des forces politiques de notre pays, la Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie CLUZEL, a invité le Mouvement Des Progressistes (MDP) à une rencontre le 28 mars prochain.

Je me permets de me féliciter d’une telle invitation qui, concernant le MDP, vient récompenser de longues et fidèles années d’engagements et de propositions constructives en faveur des personnes en situation de handicap. Un engagement sans faille depuis la création de notre mouvement, en particulier aux côtés des principales associations de ce champ, qui a conduit le MDP à rencontrer et/ou interpeller les ministres ou secrétaires d’Etat de ce secteur à de nombreuses reprises, et cela tant sous le quinquennat précédent avec les actions dans le domaine du handicap de mon ami et ancien député (2012/2017), Jean-Noël Carpentier, que depuis juin 2017 avec les actions et interventions de Cécile Rilhac et Sébastien Nadot, députés et responsables nationaux du MdP .

En revanche, il est permis de regretter que la rencontre prévue avec Sophie CLUZEL ne semble à ce jour porter que sur l’exercice de la citoyenneté des personnes en situation de handicap et plus particulièrement de leur place éventuellement accordée par les différentes organisations politiques sur les listes de candidats aux très prochaines élections européennes. Si cette question est loin d’être secondaire pour une organisation progressiste comme le MDP et ne le gêne nullement, je considère qu’il convient d’élargir et élever le débat.

Ainsi, la loi du 11 Février 2005 dite « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » à fait naître de légitimes attentes et espoirs pour les quelques 12 millions de personnes en situation de handicap en France. Des attentes qui, en termes de citoyenneté, dépassent de loin le seul cadre, au demeurant important, de l’exercice de la citoyenneté dans le domaine électoral. Ainsi, comment être pleinement citoyen en l’absence d’une société inclusive ouverte à toutes et à tous. De nombreux exemple le prouvent.

D’abord, en matière d’accessibilité universelle pour les déplacements, le logement ou pour accéder aux établissements publics ou privés recevant du public.

De ce point de vue, avec le MDP, nous n’avons jamais cessé de dénoncer les reculs et autres dérogations temporelles et d’objectifs depuis l’adoption de la loi de 2005, en particulier l’ordonnance 1090 de fin 2014, repoussant les agendas d’accessibilité ou réduisant les sanctions financières. Il faut d’ailleurs remarquer qu’à cette même date, le Commissaire européen aux Droits de l’Homme avait déjà encouragé la France à donner plein effet à la loi de 2005 et « à veiller à ce que les reports des aménagements nécessaires à l’accessibilité soient strictement limités en nombre et en durée ». Le compte n’y est pas à ce jour. Et comme un clin d’œil au menu de l’invitation de Sophie CLUZEL, même l’accès à de nombreux bureaux de vote est impossible ou très difficile pour les personnes en situation de handicap et plus largement aux personnes à mobilité réduite.

Ensuite, en matière de revenus pour les personnes en situation de handicap ne pouvant pas ou plus travailler : avec un montant maximum de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) qui, avec 900 euros promis par l’Elysée pour fin 2019, demeurera en dessous du seuil de pauvreté, ce sont plus de 2 millions de personnes en situation de handicap qui voient ainsi leur accessibilité à la société très réduite. Qu’il s’appelle revenu universel ou revenu individuel d’existence, un vrai pouvoir d’achat décent s’impose car le statu-quo actuel tend à nier la pleine citoyenneté de ces personnes.

En outre, la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) ne permet pas de couvrir l’ensemble des situations de handicap et impose toujours un reste à charge très important.

Autant d’enjeux et de problématiques pour lesquels le Mouvement des Progressistes restera attentif et totalement disponible, au-delà même de la rencontre programmée avec Sophie CLUZEL, afin d’apporter contributions et propositions constructives.

D’ailleurs, le projet et les valeurs qu’entend porter le MDP dans sa vision européenne est de nature à assurer cette société inclusive et solidaire qui fait encore défaut aujourd’hui.

C’est pourquoi, par-delà les discours ou promesses du Président de la République qui entend toujours faire du handicap une de ses priorités (le MDP ne peut que s’en féliciter et je dit chiche avec lui), par-delà la passion et l’engagement de Sophie CLUZEL au long passé militant dans le domaine du handicap, ce sont réellement les financements de ce champ social qui seront déterminants. Et qui démontreront ou pas la volonté de l’exécutif à faire d’une société inclusive la priorité.

Au-delà des personnes en situation de handicap, tous les citoyens ont à gagner avec cette voie progressiste.

Pierre BASTIEN-MOZE, Délégué national du MdP chargé du Handicap

 

Auteur : Mouvement des Progressistes

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *