JNCAN

Budget 2015 : on resserre encore la ceinture.

JNCANLes chiffres du budget pour 2015 ont été révélés par le gouvernement cette semaine. On pourrait les résumer en un mot : économie ! Une économie importante qui répond aux objectifs du plan à 50 milliards annoncé par Manuel Valls en avril dernier et sur lequel Jean-Noël Carpentier a manifesté ses doutes (ici).

Pour l’année 2015, ce sont les 21 premiers milliards qui devront être trouvés. Ils le seront dans le budget de la sécurité sociale qui va pâtir de ces mesures d’économies drastiques. Pour résumer, 700 millions d’euros seront économisés pour la branche famille et 3,2 milliards pour la branche maladie.

Prime de naissance réduite, diminution du congé parental pour le deuxième enfant, baisse des aides à la garde d’enfants, gel des pensions de base et passage du taux réduit (3,8%) au taux normal (6,6%) de la CSG pour les retraités : les Français vont devoir encore se serrer la ceinture en 2015.

L’État aussi fera un effort mais plutôt aux dépends des travailleurs de la fonction publique. Gel du point d’indice, diminution des enveloppes catégorielles et réduction du nombre de postes chez les fonctionnaires : tout semble figé malgré le coût de la vie qui, lui, augmente.

Bien sûr, il faut mobiliser tout le monde pour voir la courbe du chômage, celle de la croissance et de la compétitivité des entreprises s’inverser. Les Français sont prêts à y contribuer. Mais, plutôt que de solliciter toujours les mêmes, des solutions plus pérennes doivent être recherchées. Pour cela, il est indispensable que le gouvernement se dégages des dogmes de la commission européennes et trouve des marges de manœuvre financières nouvelles notamment en promouvant une économie plus efficace qui limite la financiarisation et, qui en vérité, empéche le developpement de l’emploi. Dans ce contexte, Jean-Noël Carpentier sera très attentif lors de l’examen à l’assemblée des PLF et PLFSS pour 2015.

Un article à retrouver sur le site de Jean-Noël Carpentier.

Partager l'article
sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
LinkedIn

Commentaires

Une réponse

  1. Assez de demander aux classes moyennes et défavorisées de toujours faire des efforts alors que grands et puissants de la finance continuent d’accroitre leurs profits et leurs richesses.

Les commentaires sont fermés.

Plus
d'actualités