COVID 19 – Sébastien NADOT demande un vrai débat démocratique !
Avr14

COVID 19 – Sébastien NADOT demande un vrai débat démocratique !

Sébastien NADOT, député de Haute-Garonne, membre du Comité national du Mouvement des Progressistes, est intervenu ce mardi 14 avril à l’Assemblée nationale lors de la séance des Questions au Gouvernement pour réclamer l’organisation d’un vrai débat démocratique et la tenue d’un congrès extraordinaire depuis Versailles rassemblant toutes les forces représentatives de la Nation, en s’inspirant de la convention pour le climat. Monsieur le premier ministre,  En représentant de la Nation, j’ai roulé longtemps depuis mes terres occitanes pour venir vous délivrer plusieurs messages : Je suis d’abord venu vous dire la douleur des familles endeuillées, la terrible angoisse des proches des malades, la peur d’être abandonné des plus fragiles, et parfois malheureusement… leur abandon.  Les plus vulnérables physiquement, socialement et économiquement sont en première ligne, en France, en Italie, en Grande-Bretagne, en Espagne et chez tous les européens, comme chez nos plus proche voisins du continent africain. Je veux dire ensuite toute l’admiration, le soutien et les encouragements aux initiatives et mobilisation sans relâche des combattants du quotidien, soignants, bénévoles et autres acteurs essentiels, ceux qu’on applaudit tous les soirs à 20h. A son tour la communauté scientifique s’est mise en ordre de bataille aux coté du ministère de la santé, de la recherche, pour apporter des éclairages, bientôt même des premières solutions pour faire face à la crise du coronavirus. Mais cela ne suffit pas. A l’heure de la grande défiance, il nous faut de la confiance, A l’heure du plongeon dans l’inconnu, il nous faut de la transparence dans les décisions politiques, A l’heure du discours d’un seul, il nous faut aussi un vrai débat démocratique. Monsieur le Premier ministre, je ne peux me résoudre à voir Twitter, BFM ou Quotidien remplacer Condorcet, Jaurès et Simone Weil, Le petit député que je suis vous demande d’aller dire au Président de la République qu’il faut vite réunir un Congrès extraordinaire depuis Versailles, rassemblant toutes les forces représentatives de la Nation, en s’inspirant de la convention pour le climat. Assemblée nationale, Sénat, députés européens de France, CESE, convention citoyenne pour le climat, présidents de région, maires, maires ruraux, syndicats, partis politiques, académies scientifiques, associations et bénévoles : la démocratie représentative est imparfaite mais elle est là. Comment utiliser notre intelligence collective pour reconnaître nos erreurs et en faire une force ? Comment protéger les plus faibles avec quel système fiscal ? Comment concilier santé et liberté à l’ère du numérique ? Comment relancer l’économie sans continuer d’agresser notre environnement ?   Comment changer de gouvernance, vers celle qui servirait l’intérêt général, celle qui éviterait la prédation des ressources de notre planète ? Réanimer la démocratie représentative par une semaine de vrais débats ne sera pas de trop ! Et ne dites pas que le génie français n’en a pas les moyens techniques par le numérique ou que le service public de télévision et radio à mieux à faire que servir 24h sur 24 notre chère République. Monsieur le premier ministre, de battre le cœur de la démocratie...

En savoir plus
Prenons le Président au mot, inventons un autre monde plus juste et plus solidaire !
Avr13

Prenons le Président au mot, inventons un autre monde plus juste et plus solidaire !

Dans un discours sobre et grave mais se voulant porteur d’espoir, le président de la République, Emmanuel MACRON, a reconnu ce soir que les inégalités étaient particulièrement renforcées par la crise. Il a souhaité d’abord rendre un hommage attendu à l’ensemble des personnels soignants et, au delà, à toutes celles et ceux qui par leur engagement permettent à la vie de continuer.  Poursuivant, il a donné les grandes lignes de la gestion de la crise pour la période à venir laissant très certainement au Premier ministre et à l’ensemble des membres du gouvernement le soin d’apporter les précisions utiles et nécessaires. Le  confinement devra se poursuivre au moins jusqu’au lundi 11 mai avec respect des règles de base déjà édictées : lavage des mains et maintien à distance. Des aides aux plus modestes seront mises en place qui viendront répondre, nous l’espérons, aux besoins et à la demande des associations de solidarité. Les activités économiques pourront se poursuivre avec respect des règles de sécurité pour les salariés. Mais quid de celles qui ne sont pas réellement indispensables et qui continuent aujourd’hui malgré tout ? Dans le même temps, les mesures de chômage partiel et d’aides aux entreprises seront prolongées, les aides simplifiées. Un plan spécifique sera mis en œuvre pour les secteurs durablement affectés. A partir du 11 mai, une nouvelle période devrait s’ouvrir. Les crèches et les écoles rouvriront progressivement mais les universités resteront fermées jusqu’à l’été, de même que les lieux culturels. Mais qu’en est-il du plan d’aide nécessaire pour que l’école ne laisse personne de côté ? Et des mesures de sécurité à respecter ? Comment feront les enseignants ? Autant de questions qui se poseront dans les prochains jours et qui devront recevoir réponses. Les Personnes âgées, les personnes les plus fragiles seront testées en priorité mais devront restées confinées. Dans la foulée, toutes les personnes présentant des symptômes seront testées. Mais pas de dépistage massif pour tout le monde comme certains scientifiques le recommandaient pour le début de la période de déconfinement. Le Plan de l’après 11 mai sera débattu par les assemblées. Des investissements conséquents seront faits dans la recherche et les voies de traitements seront étudiées au maximum avec tous les essais cliniques possibles. La solidarité et des coopérations nouvelles seront mises en œuvre avec les pays d’Afrique qui verront leurs dettes annulées. Notre économie sera rebâtie + forte. « Sachons nous réinventer à partir des leçons de cette crise ». Un président qui tend la main et réclame la confiance. Pas sûr qu’il l’obtienne tant les politiques néolibérales menées, l’injustice sociale de ces dernières années ont laissé ranceur et amertume s’installer dans la population. Nous...

En savoir plus
Handicap et Covid-19 : Le gouvernement prend enfin la mesure de la crise sanitaire et humaine
Avr04

Handicap et Covid-19 : Le gouvernement prend enfin la mesure de la crise sanitaire et humaine

Le propos était inexistant jusqu’ici mais le ministre de la Santé a déclaré ce samedi que les personnes en situation de handicap avaient “droit aux mêmes soins que le reste de la population”; tant en termes d’hospitalisation que de réanimation. Un discours qui résonne comme un aveu d’absence de directives en ce sens jusqu’à présent. A l’image de la situation en EHPAD où l’absence d’anticipation par le Gouvernement et les autorités sanitaires provoque aujourd’hui hélas une mortalité inacceptable et sans précédent, il a fallu attendre que l’épidémie gagne du terrain dans le secteur du handicap pour que, derrière les mots du ministre de la santé, se dessine enfin les prémices de ce qui pourrait enfin ressembler à une politique publique digne de ce nom. Pourtant, depuis des semaines, les associations nationales de représentation des personnes en situation de handicap (UNAPEI, APF France-HANDICAP, le COLLECTIF-HANDICAPS…) et le Mouvement des Progressistes ne ménagent pas leurs efforts en lançant soit un cri d’alarme auprès du Gouvernement, soit en interpellant ce dernier sur la gravité d’une situation qui ne pouvait que dégénérer. Il en est ainsi pour les personnes en situation de handicap vivant à domicile dont les professionnels intervenant chez elles (aide à domicile, SAVS, SAMSAH…) manquent cruellement de matériels de protection. Pareil pour les établissements d’hébergement pour enfants ou adultes en situation de handicap intellectuel ou moteur et cela malgré le dévouement sans faille des professionnels du secteur médico-social. Une situation d’autant plus inacceptable que les personnes en situation de handicap, en particulier celles les plus lourdement concernées par un handicap, souffrent souvent d’une grande vulnérabilité en matière respiratoire (certains handicaps moteurs, Polyhandicap). Le résultat de ce refus du Gouvernement et des Agences Régionales de Santé de voir la gravité potentielle de la situation est déjà préoccupant. Des informations d’une ampleur extrême remontent à notre mouvement. A titre d’exemple, vendredi soir, rien qu’à Marseille, on comptait déjà une trentaine de professionnels du champ du handicap contaminés ainsi que près de quarante résidents de structures d’hébergement. Dans l’agglomération lyonnaise, mais aussi en Nouvelle-Aquitaine, en Ile-de-France, notamment, les mêmes informations remontent sans pour autant connaître l’état sanitaire exact de ces populations. Si l’on ne peut que se féliciter de la prise en considération, même tardive, des personnes en situation de handicap face au Covid-19, le Mouvement Des progressistes demeurera attentif aux mesures réellement prises par le Gouvernement et exige d’ores et déjà du Premier ministre des explications détaillées sur la situation sanitaire dans le champ du handicap ou encore le détail de l’approvisionnement prévu en matériels de protection. Le Mouvement Des Progressistes tient à exprimer, une nouvelle fois, sa pleine solidarité envers les...

En savoir plus
Crise COVID19 – Le Conseil constitutionnel doit continuer à rendre ses décisions !
Avr03

Crise COVID19 – Le Conseil constitutionnel doit continuer à rendre ses décisions !

A l’instar des organisations de défense des droits de l’homme, le Mouvement des Progressistes déplore la décision des membres du Conseil Constitutionnel de suspendre et reporter son contrôle des lois et ordonnances prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire lié à la crise du COVID-19. Dans un amendement du 21 mars au Projet de Loi organique d’urgence pour faire face à l’épidémie de COVID-19, Sébastien NADOT, député de Haute-Garonne et responsable national du Mouvement des Progressistes, proposait que le conseil puisse se réunir en urgence au moyen des outils numériques et qu’il délibère par ces même moyens. Amendement scandaleusement rejeté par l’Assemblée nationale au motif qu’il ne serait pas en lien avec le texte ! Les libertés publiques, les droits fondamentaux des personnes ne doivent pas souffrir de l’absence d’adaptation des membres du conseil à la crise actuelle. L’Etat de droit doit être sauvegardé ! Le Conseil constitutionnel, comme toute autre institution de la République, doit pouvoir étudier les textes en visioconférence et statuer sans délai sur leur constitutionnalité ! Paris, le 3 avril...

En savoir plus
Autisme : le Président de la République annonce un aménagement du confinement
Avr02

Autisme : le Président de la République annonce un aménagement du confinement

C’était une demande des personnes souffrant d’autisme, de parents d’enfants concernés, mais aussi de professionnels du médico-social : Emmanuel Macron a annoncé ce matin un assouplissement des règles de confinement en direction des autistes, tout en appelant à continuer de respecter les mesures propres à éviter la contamination au virus Covid-19. En effet, les personnes autistes, adultes ou enfants, souffrent, plus que d’autres, des ruptures de leurs repères dans leur quotidien, notamment dans leurs sorties possibles. Le Mouvement des Progressistes se félicite de cette décision formulée à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Autisme. Mais elle ne saurait faire oublier combien les familles concernées et actuellement confinées souffrent ainsi plus que d’habitude d’isolement, d’insuffisance d’accompagnements de la part du secteur médico-social, lui-même très insuffisamment soutenu par le gouvernement face à une situation dramatique. Si traditionnellement la Journée Mondiale de l’Autisme est l’instant privilégié pour pointer du doigt les insuffisances des dispositifs de prise en charge, d’hébergement, de scolarisation ou de détection précoce – en particulier en France malgré le lancement du 4e plan autisme 2018-2022 – le temps doit être aujourd’hui plus aux actes qu’à la polémique. C’est pourquoi le Mouvement des Progressistes prend bonne note de l’annonce faite par le chef de l’Etat mais appelle à adapter ce dispositif aux établissements d’hébergement ou d’accueil des personnes autistes en donnant les moyens au secteur médico-social – notamment en matière de matériels de protection – d’assurer ou de reprendre ses missions habituelles dans les meilleures conditions de confort et de sécurité pour tous, professionnels et autistes. Cela est loin d’être le cas aujourd’hui comme en attestent les nombreux témoignages reçus ou encore le cri d’alarme que vient de lancer le Collectif Handicaps qui regroupe les plus puissantes associations représentatives du champ du handicap et auxquelles le MdP renouvelle tout son soutien. Pierre BASTIEN-MOZE, Délégué national du MDP en charge du...

En savoir plus
Crise COVID 19 : Sébastien NADOT en Visio-conférence avec Matignon pour représenter le MdP
Avr02

Crise COVID 19 : Sébastien NADOT en Visio-conférence avec Matignon pour représenter le MdP

Ce matin, en visio-conférence depuis Matignon, Édouard Philippe, Bruno Lemaire, Olivier Véran et Christophe Castaner ont bien voulu répondre aux questions des élus représentants des partis politiques et associations d’élus. Le premier ministre a répondu de manière transparente aux questions, et elles sont nombreuses. En particulier, il est revenu à plusieurs reprises sur les cafouillages relatifs à la pénurie de masques, indiquant qu’il y avait une montée en puissance actuellement tout en préservant des stocks pour le moyen terme.  Il a évoqué plusieurs scénarios de sortie de confinement, reposant particulièrement sur nos capacité de tests, sur lesquels il ne faut pas confondre vitesse et précipitation (il faut s’assurer de leur fiabilité, et ne pas tomber dans le piège espagnol – qui ont produit quantité de tests inefficaces) Lui a été demandé de créer un ministère spécifique à l’approvisionnement pour maintenant (les objets de réponse à la crise sanitaire) et pour le futur (pour planifier la reprise), sur quoi il ne s’est pas prononcé si ce n’est en renvoyant à l’actuel ministère de l’économie. Olivier Véran a confirmé que les chiffres concernant le Coronavirus en EPHAD seraient annoncés à compter de ce jour.  Il a noté que le nombre d’entrées en réanimation sur les 5 derniers jours était stable.  13 expérimentations différentes de médicament sont actuellement en cours. 20000 tests PCR ont été effectués en une journée.  Bruno Lemaire a répondu à de nombreuses questions, notamment sur le confinement/non confinement des emplois jugés non prioritaires. Il a expliqué, prenant l’exemple d’Airbus, que si une activité minimum ne se faisait pas, il serait peut-être impossible de redémarrer la production sous plusieurs années. Sur l’entreprise FAMAR, avec un discours responsable, il a expliqué que la relance de l’entreprise était à l’étude mais qu’il ne fallait pas mentir aux gens : l’entreprise, à l’arrêt depuis juillet 2019, ne sera pas prête à répondre à l’urgence des prochains mois. Christophe Castaner a fait un bilan du confinement. Avec des problèmes çà et là, les français dans leur très grande majorité comprennent les enjeux du confinement et le respectent. La situation dans les prisons a repris un cours normal. Pas de réponse quant au port de masques par les gendarmes et policiers sur le terrain, si ce n’est à dire qu’ils ne sont pas sur la liste de ceux prioritaires pour en porter. Les inégalités éducatives induites par le confinement et l’accès inégal au travail scolaire à la maison, par delà l’orientation et le bac, ont été abordées sans réponse autre que : nous cherchons des solutions et le bac ne se tiendra pas dans les conditions habituelles. Enfin sur les élections, 7 ou 8...

En savoir plus