Droit d’asile : Cécile RILHAC demande au ministre de l’intérieur d’entendre les inquiétudes des associations.

Droit d’asile : Cécile RILHAC, député du Val d’Oise et membre du Comité national du MdP, a demandé au ministre de l’intérieur d’entendre les inquiétudes des associations.

Loin de régler la question de fond des migrants, l’adoption de la proposition de loi sur le régime d’asile européen, présentée dans le cadre de la niche parlementaire du groupe “Les Constructifs”, va hélas multiplier obstacles et contrôles et venir entraver l’accès des demandeurs d’asile aux droits fondamentaux.

Alors que depuis 2010 l’Europe fait face à l’une des plus importantes crises migratoires de son histoire contemporaine, il apparait aujourd’hui indispensable de mettre en œuvre une politique ambitieuse à l’égard des migrants, une politique fondée sur le respect des droits et des libertés fondamentaux.

La crise s’est fortement amplifiée en 2015 avec les conflits au Moyen-Orient et nous avons tous en mémoire les images insoutenables de migrants traversant les frontières, les mers et les montagnes au péril de leur vie. Des événements tragiques qui n’appartiennent pas qu’au passé ou au présent car tout laisse à penser qu’ils ne feront que s’accroître dans l’avenir.

La France possède une tradition historique d’accueil des demandeurs d’asile. C’est d’ailleurs l’honneur de la République que d’accorder, sur ses terres, l’asile à toute personne persécutée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un groupe social, de ses opinions politiques ou de son combat pour la liberté.

En 2016, la France a reçu plus de 86 000 demandes d’asile, soit 42 % de plus qu’en 2012. Elle se classe désormais au troisième rang des pays d’accueil en Europe, derrière l’Allemagne et l’Italie. Mais notre dispositif d’asile souffre aujourd’hui de délais de traitement des demandes extrêmement longs.

Cécile RILHAC, députée du Val d’Oise et membre du Comité national du MdP, a demandé au ministre de l’Intérieur d’entendre les inquiétudes des associations et de tout faire pour un dialogue fluide et constructif avec l’ensemble des acteurs de terrain. Cela serait d’ailleurs la traduction parfaite de la promesse du Président de la République, Emmanuel Macron, de n’avoir “plus personne” à la rue “d’ici la fin de l’année”.

Auteur : Cécile Rilhac

2 commentaires

  1. Excellente initiative sur une question essentielle.
    Il faut aussi garder en mémoire l’historique des actions de nettoyage de sa ville par Gérard Collomb à l’époque où il était maire de Lyon. Je ne suis pas sûr que les valeurs humanistes soient celles qui guident ses actions!

    Publiez une réponse
    • Bravo maintenant c’est Sonia Krimi qui s’insurge .. Dans le Var nous sommes solidaires des Migrants

      Publiez une réponse

Ajoutez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *