drapeau-france-peinture

Non, définitivement Non au Rassemblement National !

Juste un témoignage de ma vie professionnelle, photographie instantanée d’une matinée de formation dans un centre d’accueil pour les étrangers, qui les aide pour leurs démarches administratives, la formation linguistique pour maîtriser le français et leur insertion professionnelle.

J’étais avec une dizaine de personnes venues d’autres pays pour des raisons différentes : l’un pour rejoindre sa famille en France, venu d’Algérie, l’autre pour trouver un emploi après avoir fui le Brésil de Bolsonaro, une autre encore qui a fui le Niger par la Méditerranée et enceinte pour échapper aux maltraitances de son époux (mariage forcé). Au mur de la salle, tandis que les agents administratifs leur expliquaient les étapes du Contrat d’intégration républicaine (CIR), le portrait d’Emmanuel Macron. Une effrayante sensation m’a peu à peu saisi. Les lois sur l’accueil des étrangers se sont resserrées et durcies au fil des gouvernements successifs, nous le savons bien. Mais la France, quoi qu’en disent certains, s’est, au fil des siècles, construite grâce à la venue des Autres, celles et ceux qu’on veut aujourd’hui mettre dehors. Toutes les études historiques, économiques, sociales le prouvent. Celui qui le nie est aveugle et sourd au monde qui l’entoure. Notre langue elle-même a attrapé au vol des dizaines de mots, de locutions, d’expressions de langues étrangères : le yaourt, l’amalgame, l’anorak, le week-end, la remontada, le mammouth, etc.

Si Marine Le Pen est élue Présidente de la République dans deux semaines, je devine déjà de quelle manière les lois seront encore davantage durcies, stigmatisant à chaque déclaration ces « étranges étrangers » (comme disait Jacques Prévert). Son portrait éventuel dans cette salle de réunion où je me trouvais ce matin est une insupportable pensée à mes yeux. Alors, sans hésiter, je ne donnerai pas ma voix à Le Pen. Je ne m’abstiendrai pas, d’ailleurs je m’abstiens de tout jugement envers celles et ceux qui, pour de multiples raisons, refusent d’aller voter. Je glisserai un bulletin pour Macron, non par adhésion à son programme, mais parce qu’il me semble plus judicieux de construire une opposition plus forte, rassemblée (enfin), débarrassée de la querelle des égos surdimensionnés de la gauche. En région PACA, nous ne connaissons que trop bien, malheureusement, les dégâts causés par le RN chaque fois qu’il a assumé la gestion d’une municipalité : Toulon, Vitrolles, Marignane, Orange, sans oublier la mairie des 13ème et 14ème arrondissements de Marseille. Interdiction de la langue arabe dans les centres sociaux, rues débaptisées, livres et presse interdits dans les bibliothèques, préférence nationale, discours haineux, voilà le risque que nous prenons clairement avec une présidence de couleur bleu marine et vert-de-gris.

Plus que jamais, continuons à combattre inlassablement le RN et ses mouvements cousins. Continuons à être force de propositions dans un mouvement de gauche rassemblée et fédératrice. Opposons-nous fermement à la réforme de l’assurance chômage et des retraites de Macron. Mais ne prenons pas le risque d’un Etat d’extrême droite. « Ma France », c’est une nation qui ouvre les bras et qui place l’être humain au centre de tout, à travers le droit à l’éducation, à la santé, au travail, etc. Ne la laissons pas aux mains des haineux qui n’ont par ailleurs aucun projet politique crédible et qui ne nous conduira que vers l’impasse ou pire. Non, définitivement non au RN !

Nicolas Céléguègne, Délégué national du MdP à l’emploi et à la formation professionnelle

Partager la tribune
sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
LinkedIn

Commentaires

Plus
de tribune